ÉDUCATION PRIORITAIRE : Carte gelée,.. Chronique d’une mort annoncée ?

dimanche 18 novembre 2018
par  François-Xavier Durand
popularité : 5%

La carte de l’éducation prioritaire est gelée en attendant un nouveau rapport Mathiot sur « la territorialisation des politiques éducatives, sur les politiques dédiées à l’éducation prioritaire ainsi qu’au monde rural dans toute sa diversité »

Les lycées toujours exclus
Suite aux mobilisations des personnels concernés, avec la CGT Educ’action, le ministère avait prorogé le dispositif transitoire de sortie de l’éducation prioritaire, pour les bonifications mouvement et l’indemnité ZEP.
La ministre d’alors avait même annoncé un possible retour des lycées en éducation prioritaire au moment de la modification de la carte des REP à la rentrée 2019.
JM Blanquer, son successeur, repoussait toute discussion sur les lycées à l’élaboration de cette carte.
L’annonce du report de la nouvelle carte est donc un scandale puisqu’il maintient les lycées en dehors de l’éducation prioritaire.
Suite à la demande de la CGT Éduc’action, le ministère a assuré qu’il prorogerait d’un an les mesures de sortie des personnels des dispositifs ZEP. C’est insuffisant : la carte des établissements relevant de l’éducation prioritaire doit être définie sur des critères objectifs et transparents d’origine sociale et géographique des élèves et élargie, sur cette base, aux lycées, notamment professionnels.

La fin du « label » éducation prioritaire ?
L’annonce du ministre Blanquer de geler la carte de l’éducation prioritaire et la parution dans la foulée du rapport critique de la Cour des comptes préparent une transformation d’ampleur, quasi préméditée.
M. Blanquer s’oppose à la labellisation car selon lui « les fa-milles aisées mettent en œuvre des stratégies de fuite des établissements classés éducation prioritaire dont la réputation est jugée négative ». Le ministre fait-il semblant d’ignorer que, label ou non, tout le monde connait la réputation du collège ou de l’école du coin. De plus, l’abandon de la carte scolaire a déjà renforcé un marché scolaire qui met les établissements en concurrence. En bout de chaine, ce sont toujours les mêmes qui trinquent : les élèves de milieux populaires qui resteront dans ces établissements paupérisés et les personnels de ces établissements.
La disparition du « label » éducation prioritaire, articulée au projet de « territorialisation des politiques éducatives », ouvre la porte à toutes les interprétations locales, dans la plus grande opacité. La perte du cadre national laisse présager l’accentuation des inégalités éducatives entre régions (voir le modèle allemand).
M. Blanquer ne veut plus « opposer rural et urbain ». Dans ce cas-là, qu’il donne les moyens supplémentaires pour les zones rurales !

Indemnité REP+ sous condition...
Plus de 16 mois après la promesse de campagne d’E. Macron d’augmenter de 3000 euros la prime REP+, sa mise en œuvre a débuté en septembre. La philosophie de cette prime semble préfigurer les attaques du gouvernement sur la rémunération de la Fonction publique, basée sur la carrière et attachée au grade et au corps des personnels.
Toujours des exclusions : continueront à être exclu·es de cette prime les assistant·es d’éducation et les AESH.
Pour les autres, un fixe et une variable : le ministère compte verser 1000 euros nets pour l’année scolaire 2018-2019 à l’ensemble des personnels. 2 000 euros seraient débloqués entre 2019 et 2021 avec une partie fixe pour tou·tes et une partie correspondant à une « prime de valorisation collective », portant sur un projet d’école ou d’établissement, avec des objectifs à atteindre. Pour que la prime soit versée en intégralité, il faudrait qu’une instance valide le projet puis vérifie que les objectifs ont bien été atteints. Quelle instance ? Quelle serait la part variable de la prime ? Qui fixerait les objectifs et comment ? Seraient-ils qualitatifs ou quantitatifs ? Comment seraient-ils évalués ? Quid des personnels intégrant ou quittant l’école ou l’établissement dans ce laps de temps ou les personnels remplaçants ?
Ce projet confirme la vision de l’indemnité REP et REP+ du ministre, à savoir qu’elle n’est pas censée reconnaître la difficulté d’exercice dans ces réseaux mais qu’elle est une sorte de « récompense » d’un investissement qu’il imagine hypothétique.

La CGT Éduc’action refuse toute forme de prime différenciée mettant les personnels en concurrence.

En attendant, avec ce nouveau report, les clauses de sauvegarde seraient prorogées d’un an...

Une dégradation flagrante des conditions de travail en REP +
Sur le papier, les conditions de travail en collège REP + se sont améliorées  : la prime est alléchante et certains personnels bénéficient d’une pondération horaire de 1h30 (même si le ministre précise fréquemment qu’il ne s’agit pas là de reconnaitre la pénibilité, mais de « libérer les énergies »…). Sur le terrain, la réalité est toute autre…

La pondération ne se traduit pas en réduction du temps de travail pour les nombreux collègues qui doivent accepter 1h ou une 1h30 supplémentaire. Ils et elles doivent en revanche, comme tou·tes les autres, assister à de très nombreuses réunions, sur la pause méridienne et en fin de journée, dans un cadre imposé par l’administration. Réunions dont on peut penser qu’elles sont uniquement programmées pour satisfaire la demande institutionnelle et permettre aux coordonnateur·trices ou inspecteur·trices d’écrire des rapports d’activité. Les questions de fond, notamment sociales, y sont systématiquement contournées.

Dédoublement : pas si rose que cela. Si les conditions de travail et d’apprentissage sont meilleures dans les CP-CE1 dédoublés, celles des autres classes se sont largement dégradées car il a fallu se serrer dans les écoles concernées. Les postes ponctionnés dans les autres écoles pour construire ces dispositifs ont fait augmenter les effectifs par classe.

La CGT Éduc’action revendique :

  • le maintien d’une carte scolaire nationale, reposant sur des critères sociaux et géographiques clairs.
  • des moyens supplémentaires pour réduire réglementairement les effectifs en éducation priori-taire (15 élèves maximum/classe) et permettre de réels dédoublements, fléchés nationalement.
  • une éducation prioritaire qui va de la maternelle à la fin du lycée et donc le retour des lycées dans l’éducation prioritaire.
  • du temps de concertation intégré au temps de service entre pairs, au bénéfice de nos élèves.

Agenda

<<

2020

 

<<

Novembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2627282930311
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30123456
Aucun évènement à venir les 3 prochains mois

Sites favoris


7 sites référencés dans ce secteur

Brèves

Tracts pour la grève du 10 novembre 2020 :...

vendredi 6 novembre

Tracts pour la grève du 10 novembre 2020 :
TRACT ROUEN
TRACT LE HAVRE
TRACT DIEPPE
TRACT EVREUX

Lubrizol : 1 an après on oublie pas ! Réunion publique le 25 septembre, manifestation le 26 septembre

mardi 8 septembre

Réunion publique d’information sous chapiteau Vendredi 25 septembre 2020 de 18 à 20h A la Friche Lucien, place Carnot, ROUEN
Jeudi MANIFESTATION Samedi 26 septembre 13h30 Rendez-vous devant : LUBRIZOL (quai de France)

Télécharger et diffuser :

Ecoles Delaunay en action le 22 janvier 2020 pour revenir en REP+

jeudi 23 janvier

Lors de l’animation pédagogique du mercredi 22 janvier 2020 sur « les élèves à besoins particuliers », les enseignants ont rappelé leur exigence de classer les écoles maternelle Delaunay-Laurencin et élémentaire Sonia Delaunay de Dieppe (Val Druel) en REP+. En effet, elles sont sorties de l’Éducation Prioritaire en 2014 et ont été exclues des dispositifs REP et REP+ alors qu’elles répondent à tous les critères pour être classées en REP+. Son rang (64ème) au niveau académique la situe au même niveau que les écoles de REP+ du Havre ou de Rouen Nord.

Tous les enseignant·e·s des deux écoles sont venu·e·s avec un tee-shirt rappelant leur exigence et ont pris la parole en début d’animation. À l’issue de l’animation, l’urne était disponible pour pouvoir faire voter au référendum d’initiative populaire.

La CGT Éduc’action 76 soutient les collègues dans leurs actions.

Motion de soutien aux salariés de la Chapelle d’Arblay

mercredi 18 septembre 2019

Les camarades de la CGT Educ’action Haute-Normandie réunis en Assemblée générale de rentrée le 16 septembre 2019 à Maromme expriment leur soutien aux salariés de la Chapelle Darblay, menacés de licenciement.
Dans le secteur privé, les fermetures de site et les plans de licenciement se multiplient. Dans les services publics, ce sont les suppressions de postes massives et la dégradation des conditions de travail.
De plus, la réforme des retraites est une attaque contre l’ensemble des salariés.

  • Zéro licenciement !
  • Non à la fermeture des sites !
  • Non à la casse des services publics !
  • Non à la réforme des retraites ! Luttons tous ensemble !

Motion adoptée à l’unanimité par l’AG des syndiqué-e-s CGT éduc’action Rouen

Fusion des académies : j’habite à Evreux, pourra-t-on me nommer à Cherbourg ?

vendredi 13 septembre 2019

La lettre de cadrage pour la fusion des académies de Caen et Rouen certifiait que la gestion des personnels enseignants ne serait pas impacté jusqu’en 2022 (Mais en 2018 on nous jurait que la fusion n’était pas encore décidée). A en croire M. le Ministre, jusqu’à cette ce cas de figure n’existera pas. Mais après 2022 ça devient tout à fait possible pour les personnels du second degré. Le Rectorat a tout intérêt à ce que la souplesse et la mobilité des personnels soient maximales. Et avec l’affaiblissement du rôle des CAPA il sera encore plus compliqué d’influer sur les choix des services académiques, sans oublier que pour les contractuels ce « contrôle » est inexistant.

Une fusion des académies pour fermer des sections !

vendredi 13 septembre 2019

Le Rectorat et la Région Normandie lancent la réflexion pour une nouvelle carte de formation à la rentrée de septembre 2020. Ca ne sent pas bon du tout ! L’académie et la région de Normandie auront, si nous ne faisons pas reculer le Ministère, le même périmètre au 1° janvier. Les filières de formation, frontalières pour le moment, ou seulement identiques, seront à la prochaine rentrée dans la même académie. Ce sera une très bonne excuse pour fusionner et fermer par ci par là et pour récupérer les postes.