Déclaration de la CGT Educ’action 76 à la CAPD du 22 novembre 2018

lundi 26 novembre 2018
par  François-Xavier Durand
popularité : 2%

Madame la Directrice Académique,

Cette CAPD se tient dans un contexte de mouvement social que nous ne pouvons ignorer. Depuis longtemps, la CGT a dénoncé l’ensemble des réformes mises en œuvre par le gouvernement : casse du code du travail, gel des salaires des fonctionnaires, suppression de postes dans la fonction publique, remise en cause des services publics, privatisation du transport ferroviaire, conditions de travail dégradées, réforme de la santé... Ce sont les raisons pour lesquelles la CGT a appelé l’ensemble des salariés à la grève notamment le 9 octobre dernier.
Concernant l’Éducation Nationale, la CGT Éduc’action, avec l’ensemble des organisations syndicales, avait appelé à la grève le 12 novembre pour dénoncer les suppressions de postes dans le 2nd degré et chez les administratifs, les réformes du collège, des lycées et de la voie professionnelle, ainsi que le report de la carte de l’éducation prioritaire, qui n’augure rien de bon pour l’avenir de celle-ci.

Aujourd’hui, le mécontentement des citoyens et des citoyennes qui sont dans la rue depuis plusieurs jours dépasse largement la hausse des prix des carburants. C’est bien l’ensemble de la politique du gouvernement qui est remise en cause. La fracture sociale s’exprime et la CGT comprend cette légitime colère tout en dénonçant toutes tentatives de récupération de l’extrême droite qui ne porte pas les valeurs de solidarité, de justice sociale, de paix et dénonce les actes de violences racistes et xénophobes, comme elle l’a toujours fait.
D’ailleurs, ce mouvement de colère apolitique et non syndical est rejoint depuis le début de la semaine par des mouvements catégoriels et syndicaux : les infirmiers et infirmières qui s’élèvent contre le plan santé 2022, les dockers de Rouen, les agents de pôle emploi ou encore les salariés au Havre...Pendant ce temps le gouvernement Macron/Philippe reste sourd et les annonces anti-sociales continuent : l’âge de départ à la retraite repoussé à 63 ans, casse du statut de la fonction publique en projetant de recourir massivement à l’emploi de contractuels, hausse de 40% des taxes sur les mutuelles, hausse de l’énergie, remise en cause du paritarisme par le risque de fusion des CHSCT et des CT ou en supprimant les prérogatives des CAP...

Dans l’Éducation Nationale, les créations de postes dans le 1er degré risquent d’être insuffisantes pour répondre à tous les besoins : dédoublements des classes de CE1 en REP et REP+, remplacements, départs en formation, demande de temps partiels et/ou de disponibilités, relance des RASED, scolarisation des 3 ans... L’accompagnement des élèves en situation de handicap se fera toujours par des emplois qui resteront précaires par absence de statut et d’outils de gestion pour les personnels administratifs. La multiplication des contrats (PEC, CDD et CDI AESH, Services civiques) ne peuvent répondre efficacement à l’ambition affichée d’accompagner correctement les élèves en situation de handicap et à l’exigence des personnels d’avoir enfin un métier pérenne, reconnu à temps plein. D’ailleurs dans le projet de loi de Finance 2019, on apprend que le budget alloué à la formation des AESH va baisser de 42% alors que les besoins sont criants pour une formation initiale et continue de qualité abordant tous les types de handicap.

Nous profitons de cette CAPD qui aborde les départs en formation dans le cadre du Plan Académique de Formation, pour demander que des stages proposés sur le handicap soient ouverts aux AESH avec des enseignants car la demande est forte pour des formations communes pour apprendre à travailler en ensemble sur les différents handicaps.
A la lecture des documents nous constatons que les collègues sont en demande de formation, les demandes pour le PAF de cette année sont en légère augmentation par rapport à 2017 et le nombre de collègues partant en stage également (cependant avec le document il n’est pas possible de savoir s’il y a eu plus de collègues demandant à partir en formation ou si les enseignants ont formulé plusieurs vœux, c’est pourquoi nous réitérons notre demande de l’an passé d’avoir le nombre de collègues ayant participé). Nous sommes particulièrement ravis de constater que la formation pour le PSC1 soit proposée dans plusieurs lieux du département, au vu des chiffres, nous voyons qu’elle a été plébiscitée, il faudra proposer ces formations à nouveau l’an prochain. Certains stages sont toujours attractifs comme celui sur la voix (déjà proposé l’an passé), sur l’estime de soi, sur les sciences au cycle 1 pour ne citer que ces trois là. Deux stages (celui sur « ouvrir sa classe à l’international » et « osons et partageons la diversité des langues »), au contraire, ne sont pas complets car les collègues ont atteint la limite de leur formation, ne serait-il pas possible de refaire un appel par les circonscriptions pour que certains collègues qui n’ auraient pas participer puisse s’inscrire ? Nous espérons que ces stages pourront avoir lieu et que les collègues seront remplacés pendant qu’ils seront en formation.


Agenda

<<

2018

 

<<

Décembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
262728293012
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31123456
Aucun évènement à venir les 3 prochains mois

Sites favoris


1 site référencé dans ce secteur

Brèves

La pédagogie Nutella ou le collège 2016... vu à la TV !

lundi 20 avril 2015

La réforme du collège 2016 agite le Landerneau enseignant depuis quelques semaines. Elle inquiète aussi à juste titre les parents qui se demandent bien ce que ledit collège réformé fera avec leur progéniture.

Pour rassurer tout le monde, la télévision publique nous montre à quoi ressemblera le collège 2016, dans deux reportages successifs. En effet, le collège réformé s’inspire de dispositifs innovants qui existent déjà dans quelques établissements expérimentaux.

Alors savourons cet avant-goût du collège nouveau...

Lire la suite sur le site La Vie Moderne

Chatel : « Certaines mesures vont dans le bon sens »

lundi 20 avril 2015

C’est le spécialiste des réformes destructrices Chatel qui ont mis à mal le lycée général et liquidé la voie STI qui nous le dit.
On constate facilement où Vallaud-Belkacem trouve son inspiration !

« Que les conservateurs tombent les masques ! »

lundi 20 avril 2015

Voici le titre de l’interview de Vallaud-Belkacem au très réactionnaire journal Le Point.
Notre seule réponse à NVB : « Que les néo-libéraux tombent également le masque ! »

4 pages spécial Retraités de la FERC

samedi 31 août 2013

Au sommaire : Conférence de l’UFR... les retraités à l’offensive ! - Quelle UFR, quelle structure ? - Place des retraités dans la CGT - Continuité syndicale et renforcement - Impressions croisées
Télécharger le 4 pages

Au sujet des dépenses scolaires…

jeudi 22 août 2013

Chaque année, à l’approche de la rentrée, on retrouve dans les médias des articles plus ou moins bien renseignés sur les « dépenses de la rentrée des classes ». Je les parcours toujours avec un peu d’agacement quand ils mettent en avant les nouveaux cartables, les vêtements, les classeurs, les crayons et les compas, les garderies et les cantines.
Parler de ces frais là, c’est évoquer l’arbre pour cacher la forêt. Les cartables et les compas durent facilement plusieurs années et les vêtements ne me semblent pas être une dépense scolaire : mes filles iraient-elles nues si l’école n’existait pas ? Idem pour la cantine : il faut manger même en dehors de l’obligation scolaire. Admettons pour la garderie des petits. Ce qui m’interpelle, ce sont les frais dont on parle moins et qui pourtant jalonnent bien le parcours scolaire des jeunes.
Lire la suite sur le site de l’Ecole démocratique

Ecole élémentaire : en France, le nombre d’élèves par enseignant supérieur à la moyenne OCDE (Depp)

vendredi 16 août 2013

Selon la revue « L’Éducation natio­nale en chiffres » de la Depp, le taux d’encadrement dans les écoles élémen­taires fran­çaises se situe en des­sous de la moyenne des pays de l’OCDE.
Le taux d’encadrement dans les écoles élémen­taires fran­çaises est en des­sous de la moyenne des pays de l’OCDE, selon la revue « L’Éducation natio­nale en chiffres » éditée par la Depp et parue en juillet 2013.
Dans les pays de l’OCDE, le nombre moyen d’élèves par ensei­gnant était à ce niveau de 15,4, en 2011 contre 18,4 en moyenne en France.

Loire-Atlantique / Rythmes : lettre ouverte des UD CGT, FO, FSU et Solidaires au DASEN et aux 26 maires de Loire-Atlantique appliquant la réforme en 2013

samedi 29 juin 2013

Depuis plusieurs mois, nos organisations syndicales ne cessent de dénoncer la précipitation et les dangers contenus dans la réforme des rythmes scolaires. Si les appréciations de nos syndicats respectifs peuvent diverger sur l’analyse de la loi Peillon et de son volet sur les rythmes scolaires, cela ne nous empêche en rien de partager nombre de points de vue sur les effets néfastes de cette réforme. Les propos volontaristes des municipalités ayant décidé de s’engager dès septembre 2013 dans la mise en œuvre du pan de réforme sur les rythmes ne résistent pas à un l’examen pragmatique. Pour notre part cette réforme relève plus d’un projet politique portant sur la territorialisation de l’École que sur les effets bénéfiques pour les enfants et les familles.
L’intention gouvernementale affiche une volonté de servir la réussite scolaire des élèves. Nous pensons qu’il y a loin du discours à une réalité qui malmène aussi les personnels concourant aux rythmes éducatifs des enfants. Les campagnes de communication politiciennes ne peuvent dissimuler les malaises grandissant autour de la rentrée 2013 précipitée.
Lire la suite

Coaching patronal au collège, sous l’œil attendri de France 2

mercredi 26 juin 2013

Mardi 18 juin, dans le 20h de France 2, après les 9 min inaugurales sur les inondations en France, et parmi les quelques miettes distribuées aux autres sujets (3 min sur le mouvement social au Brésil, 2 sur l’accueil des touristes à Paris), on retiendra un reportage d’anthologie, intitulé (sur le site de France 2) « Éducation : du coaching en ZEP » : 4 min 20 consacrées à l’intervention d’une cadre dirigeante dans un collège de « ZEP », pour appliquer, selon ses propres dires, les « méthodes d’entreprise » à l’école. 4 min 20 pour un « gros plan » qui « traite » un sujet sans (se) poser la moindre question, sans rien en dire sinon célébrer les vertus d’une initiative qui, avec d’autres, relève d’un entrisme entrepreneurial dans l’institution scolaire, du reste fort à la mode. Une initiative présentée sans contrepoint ni distance : un tel éloge relève-t-il encore de l’information ?
Lire la suite sur le site d’ACRIMED