Compte-rendu de la CAPD 76 du 22 novembre 2018

jeudi 29 novembre 2018
par  François-Xavier Durand
popularité : 10%

Cette CAPD abordait une seule question celle du Plan Académique de Formation. De nombreuses questions diverses ont été traitées aussi.

Plan Académique de Formation

  • Augmentation du nombre de candidatures 574 candidats pour 1353 demandes
  • Les collègues pouvaient faire 3 choix
  • Les collègues peuvent participer à 2 dispositifs dans la limite de 24h
  • Le classement se fait en fonction barème : AGS – le nombre de formation dans la carrière /4. En cas d’égalité, le départage se fait selon la règle : Barème, numéro du vœu, AGS puis date de naissance

Face au constat que seuls les stages PCS1 soient décentralisés, l’IA adjoint évoque la problématique des moyens de remplacement. Si on démultiplie les stages il faut démultiplier les formateurs.

Cela conforte la revendication de la CGT Éduc’action 76 quant aux nécessités de créer des postes de remplacements de type Brigade de Stage" et donc une dotation à la hauteur des besoins.

Le fait que certains stages soient plébiscités peut être mis en parallèle avec les animations pédagogiques qui portent seulement sur français et maths, les collègues aspirent à des formations dans d’autres matières. L’IA adjoint précise que dans les autres départements il y a 2x9h d’animations pédagogiques sur français et maths (Commande ministérielle). Chez nous c’est différent, Mme La DASEN a proposé de continuer à avoir du temps pour travailler dans le cadre du projet d’école.

La CGT Éduc’action 76 continuera de revendiquer une offre plus diversifiée des stages de formation qui répondent aux aspirations des collègues et dans tous les domaines.

Pour les 2 stages qui ne sont pas complets, il n’est pas possible de refaire un appel par les circonscriptions car cela compromettrait le principe d’égalité.

La CGT Éduc’action 76 a demandé qu’une nouvelle saisie puisse être faite pour permettre de compléter ses stages en établissant un barème. Elle a obtenu la garantie de la tenue de ces stages, sous réserve des moyens de remplacement comme les autres.

Les enseignants seront informés sur GAIA et ils recevront leur convocation 1 mois avant le début du stage.

Pour la CGT Éduc’action 76 les collègues doivent être informé·e·s le plus rapidement possible.

Questions diverses
Stages de formation continue annulés l’an passé
15 modules ont été annulés. Cela concernait 173 stagiaires (pour des raisons de remplacement ou d’organisation)

La CGT Éduc’action 76 regrette les annulations des stages souvent à la dernière minute. Il est urgent que les moyens soient suffisants pour répondre à la formation continue.

Paiement des frais de déplacement des « faux-ZIL »
Dans d’autres départements cela se fait (Var, Alpes Maritimes), donc une solution technique doit exister. Cette question est posée depuis plus d’un an.
Le chef de bureau de la DIPE indique que techniquement ça nous prend du temps. La DASEN précise qu’il n’y a pas de désinvoltures, et prend la situation très au sérieux.

La CGT Éduc’action 76 regrette le temps passé alors que cela fait 4 CAPD que le problème est posé. Il est urgent qu’une solution soit trouvée rapidement. Elle a indiqué qu’elle donnerait la consigne donnée aux collègues de refuser d’effectuer ces remplacements tant qu’il n’y a pas l’assurance d’être indemnisé et que nous les soutiendrons..

Zil et PPCR
Avec la grille actuelle fixée dans le cadre du PPCR, il est complexe d’évaluer certains item (notamment le lien avec les familles)
La DASEN rappelle que la grille est nationale (impossible de la modifier). Il ne faut pas oublier que les IEN sont des professionnels. Il ne faut pas réduire l’évaluation à la grille. Les IEN connaissent les ziliens, et ne se basent pas sur une journée ni sur l’observation, l’entretien aussi est important.

Pour la CGT Éduc’action 76 , cette grille qui découle du PPCR est problématique (lien famille pour les ziliens, l’enseignement pour un directeur totalement déchargé). Nous avions posé les mêmes questions lors de la CAPD de juin 2008 qui traitait de l’accès à la Hors Classe. En effet, nous avions appris alors que certains collègues, faute d’avoir toutes les croix dans toutes les cases, n’avaient pu obtenir un avis « Excellent » ce qui de fait qui les avait pénalisé dans leur promotion. L’inquiétude et les interrogation des collègues sont fortes : si je n’ai pas de croix dans une case, est-ce que cela me pénalise ?
La CGT Éduc’action 76 rappelle son opposition au PPCR, à toute promotion au mérite et revendique une évolution de carrière basée sur un avancement au rythme le plus rapide pour toutes et tous.

Prime REP+
Quand sera versé la majoration de la prime REP+ ?
La DASEN a affirmé que la prime a été versé en octobre. A sa demande, nous informerons le chef de bureau de la DIPE les personnes qui ne l’auraient pas perçues.

Problème de l’indemnisation des tuteurs des stagiaires CAPPEI n’ont rien eu sur leur bulletin de salaire
Le chef de bureau de la DIPE précise que la régularisation a été faite en octobre donc cela impactera le salaire de novembre. Il a fallu faire un arbitrage avec l’académie de Caen. Montant de 600€

Journée de pondération en REP+
N’y a-t-il plus de journées inter-degré ? Sont-elles rRemplacées par des journées de
rencontres des partenaires : qui sont-ils ? S’il n’y a pas de partenaires peut-on rester chez soi ?
L’IA adjoint précise qu’il n’a jamais été dit qu’il n’y aurait pas de réunion inter-degré. Au contraire les coordonateurs REP ont eu une orientation plutôt inverse pour partir du diagnostic des réseaux en lien avec le tableau de bord.
Il précise aussi que s’il y a du temps de travail (rencontre avec les partenaires, réunions...) le soir, la pondération, qui a lieu dans la journée, les collègues peuvent rester chez eux.
Il définit les partenaires comme étant tout personne non enseignante, extérieure à l’école, les 1ers sont les parents d’élèves, la Mairie, les associations dans le cadre du comité de pilotage
Il rappelle aussi que les pondérations ne sont pas des décharges, mais si le temps de travail a été effectué après la classe ou le mercredi, les collègues peuvent rester à leur domicile.

Dans quel cadre pouvons-nous accueillir des étudiants en stage d’observation dans les écoles ?
L’IA adjoint informe que l’Inspection Académique est en pleine discussion avec l’ESPE et les universités, par rapport aux changements qui vont arriver pour la formation initiale. Il y aura un tableau pour les IEN avec les UFR concernées. Les stagiaires ne sont pas forcément accueillis par un MAT.
La DASEN précise les différents refus :

  • pour les stagiaires hors ESPE et d’autres départements.
  • pour les stagiaires de 3è, l’école n’est pas un lieu de découverte, ils la connaissent bien.

La CGT Educ’Action 76 demande si une convention avec l’IRTS, l’IFEN ou l’IFCASS a été signée pour valider le diplôme AES des futurs AESH car il y a une obligation d’avoir un stage en école.
L’IA adjoint précise que l’Inspection Académique y travaille avec l’IEN en charge de l’ASH pour finaliser une convention avec l’IRTS.
Une réflexion est menée à propos des tuteurs de ces stagiaires. L’éducation nationale ne peut pas rémunérer les tuteurs.

Situation avec des AVS et AESH
La Secrétaire Générale de l’IA précise l’état de l’accompagnement des élèves en situation de handicap au 21/11/2018 :

  • 2307 élèves notifiés par la MDPH
  • 2144 élèves accompagnés,
  • taux de couverture de 92,93% La DASEN indique qu’il y a une crise des vocations, il faut en moyenne 5 entretiens pour trouver 1 personne. Candidats souvent handicapés, en souffrance. Alors qu’il y a plus de 500 possibilités d’emplois de contrats PEC, il n’y a que 300 contrats signés. La DASEN précise que la MDPH de Seine-Maritime tenant au respect du secret médical, les affectations se font à « l’aveugle » (ce n’est pas le cas dans tous les départements) : nous ne connaissons pas le handicap de l’enfant, ni ses besoins réels... La CGT Educ’action 76 rappelle sa revendication d’un statut dans la Fonction Publique à temps plein qui permettrait de sortir les personnels de la précarité et rendre le métier attractif. Elle a redemandé un groupe de travail sur la problématique d’affectation des AESH/AVS. Pour la CGT Educ’action 76, il faut aussi indemniser tous les frais de déplacement des AESH surtout lorsqu’ils/elles sont affecté·e·s sur plusieurs écoles.

Agenda

<<

2018

 

<<

Décembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
262728293012
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31123456
Aucun évènement à venir les 3 prochains mois

Sites favoris


1 site référencé dans ce secteur

Brèves

La pédagogie Nutella ou le collège 2016... vu à la TV !

lundi 20 avril 2015

La réforme du collège 2016 agite le Landerneau enseignant depuis quelques semaines. Elle inquiète aussi à juste titre les parents qui se demandent bien ce que ledit collège réformé fera avec leur progéniture.

Pour rassurer tout le monde, la télévision publique nous montre à quoi ressemblera le collège 2016, dans deux reportages successifs. En effet, le collège réformé s’inspire de dispositifs innovants qui existent déjà dans quelques établissements expérimentaux.

Alors savourons cet avant-goût du collège nouveau...

Lire la suite sur le site La Vie Moderne

Chatel : « Certaines mesures vont dans le bon sens »

lundi 20 avril 2015

C’est le spécialiste des réformes destructrices Chatel qui ont mis à mal le lycée général et liquidé la voie STI qui nous le dit.
On constate facilement où Vallaud-Belkacem trouve son inspiration !

« Que les conservateurs tombent les masques ! »

lundi 20 avril 2015

Voici le titre de l’interview de Vallaud-Belkacem au très réactionnaire journal Le Point.
Notre seule réponse à NVB : « Que les néo-libéraux tombent également le masque ! »

4 pages spécial Retraités de la FERC

samedi 31 août 2013

Au sommaire : Conférence de l’UFR... les retraités à l’offensive ! - Quelle UFR, quelle structure ? - Place des retraités dans la CGT - Continuité syndicale et renforcement - Impressions croisées
Télécharger le 4 pages

Au sujet des dépenses scolaires…

jeudi 22 août 2013

Chaque année, à l’approche de la rentrée, on retrouve dans les médias des articles plus ou moins bien renseignés sur les « dépenses de la rentrée des classes ». Je les parcours toujours avec un peu d’agacement quand ils mettent en avant les nouveaux cartables, les vêtements, les classeurs, les crayons et les compas, les garderies et les cantines.
Parler de ces frais là, c’est évoquer l’arbre pour cacher la forêt. Les cartables et les compas durent facilement plusieurs années et les vêtements ne me semblent pas être une dépense scolaire : mes filles iraient-elles nues si l’école n’existait pas ? Idem pour la cantine : il faut manger même en dehors de l’obligation scolaire. Admettons pour la garderie des petits. Ce qui m’interpelle, ce sont les frais dont on parle moins et qui pourtant jalonnent bien le parcours scolaire des jeunes.
Lire la suite sur le site de l’Ecole démocratique

Ecole élémentaire : en France, le nombre d’élèves par enseignant supérieur à la moyenne OCDE (Depp)

vendredi 16 août 2013

Selon la revue « L’Éducation natio­nale en chiffres » de la Depp, le taux d’encadrement dans les écoles élémen­taires fran­çaises se situe en des­sous de la moyenne des pays de l’OCDE.
Le taux d’encadrement dans les écoles élémen­taires fran­çaises est en des­sous de la moyenne des pays de l’OCDE, selon la revue « L’Éducation natio­nale en chiffres » éditée par la Depp et parue en juillet 2013.
Dans les pays de l’OCDE, le nombre moyen d’élèves par ensei­gnant était à ce niveau de 15,4, en 2011 contre 18,4 en moyenne en France.

Loire-Atlantique / Rythmes : lettre ouverte des UD CGT, FO, FSU et Solidaires au DASEN et aux 26 maires de Loire-Atlantique appliquant la réforme en 2013

samedi 29 juin 2013

Depuis plusieurs mois, nos organisations syndicales ne cessent de dénoncer la précipitation et les dangers contenus dans la réforme des rythmes scolaires. Si les appréciations de nos syndicats respectifs peuvent diverger sur l’analyse de la loi Peillon et de son volet sur les rythmes scolaires, cela ne nous empêche en rien de partager nombre de points de vue sur les effets néfastes de cette réforme. Les propos volontaristes des municipalités ayant décidé de s’engager dès septembre 2013 dans la mise en œuvre du pan de réforme sur les rythmes ne résistent pas à un l’examen pragmatique. Pour notre part cette réforme relève plus d’un projet politique portant sur la territorialisation de l’École que sur les effets bénéfiques pour les enfants et les familles.
L’intention gouvernementale affiche une volonté de servir la réussite scolaire des élèves. Nous pensons qu’il y a loin du discours à une réalité qui malmène aussi les personnels concourant aux rythmes éducatifs des enfants. Les campagnes de communication politiciennes ne peuvent dissimuler les malaises grandissant autour de la rentrée 2013 précipitée.
Lire la suite

Coaching patronal au collège, sous l’œil attendri de France 2

mercredi 26 juin 2013

Mardi 18 juin, dans le 20h de France 2, après les 9 min inaugurales sur les inondations en France, et parmi les quelques miettes distribuées aux autres sujets (3 min sur le mouvement social au Brésil, 2 sur l’accueil des touristes à Paris), on retiendra un reportage d’anthologie, intitulé (sur le site de France 2) « Éducation : du coaching en ZEP » : 4 min 20 consacrées à l’intervention d’une cadre dirigeante dans un collège de « ZEP », pour appliquer, selon ses propres dires, les « méthodes d’entreprise » à l’école. 4 min 20 pour un « gros plan » qui « traite » un sujet sans (se) poser la moindre question, sans rien en dire sinon célébrer les vertus d’une initiative qui, avec d’autres, relève d’un entrisme entrepreneurial dans l’institution scolaire, du reste fort à la mode. Une initiative présentée sans contrepoint ni distance : un tel éloge relève-t-il encore de l’information ?
Lire la suite sur le site d’ACRIMED