Bac pro GA, casse de la fonction publique, perte de pouvoir d’achat... : nos élu.e.s font entendre la voix des PLP

mercredi 15 mai 2019
par  Stéphane Legardinier
popularité : 3%

La CGT Educ’Action remercie les personnels du rectorat de Rouen de l’écoute et de la qualité des documents transmis. Elle s’interroge sur la pérennité de cette qualité de travail et de cette proximité lorsque la fusion des académies sera effective avec le transfert des personnels et de certains services à Caen. Nous soutenons l’ensemble des personnels mobilisés contre cette fusion dont le seul intérêt est financier puisqu’il est appuyé par un plan de suppression de postes dans la Fonction publique. La CGT Educ’Action s’oppose à cette marche forcée et n’est pas dupée par le changement de recteur.

C’est avec cette même vision financière, que, comme le ferait une entreprise privée, l’Education Nationale lance un plan social en GA. En effet, cette filière disparaîtra dans de nombreux établissements à l’horizon 2022. Malgré les annonces faites en groupe de travail sur une certaine bienveillance envers les collègues concernés, c’est sans ménagement que les collègues ont été avertis. Nous dénonçons la violence avec laquelle ont été faites ces annonces dans les établissements et le manque de réponses apportées à des demandes plus que légitimes des collègues. Et que dire de la pression mise sur les enseignants pour donner leur proposition de reclassement dans les plus brefs délais ? Cette situation anxiogène et stressante s’oppose à la bienveillance affichée. La CGT Educ’Action soutiendra les mobilisations des personnels qui s’opposeront à cette situation. Mais n’oublions pas non plus tous les élèves qui auraient été dans cette filière et les places en bac pro qui manqueront à l’avenir. Sachant qu’à ce jour aucune alternative n’est proposée à ces élèves, pour grande partie des filles, ne nous dirigeons-nous pas vers un décrochage programmé et une accentuation des inégalités territoriales face à l’orientation ?

Les réformes de la fonction publique et la loi dite pour une « Ecole de la confiance » renforcent la politique managériale déjà évoquée ci-dessus avec la situation des GA. Le projet de loi sur la fonction publique constitue une attaque majeure contre les salarié.e.s de la fonction publique et les services publics en généralisant le recours aux contractuels, en donnant une plus grande place au mérite, en diminuant les prérogatives des Commissions Académiques Paritaires et en supprimant les CHSCT, garants des conditions de travail et de la santé des personnels. Pour sa part, la réforme Blanquer renforce l’autorité du ministre sur l’institution et musèle les personnels qui oseraient s’exprimer publiquement. La CGT Educ’Action dénonce les premières mesurent d’intimidations sur les collègues avant même le vote de la loi. La CGT Educ’Action réitère sa volonté de soutenir les personnels qui exercent leur liberté d’expression inscrite dans la constitution.

Revenons à l’ordre du jour

La CAPA de promotion à la hors classe est une CAPA toujours très attendue par les collègues, car, dans le contexte de la politique austéritaire actuelle, elle représente la seule réelle possibilité de rattrapage de la perte de pouvoir d’achat.
En effet, il faut rappeler que le blocage des salaires dans la Fonction publique, initié en juillet 2010, a fait perdre aux fonctionnaires près de 15 % de pouvoir d’achat depuis 2000. Cela correspond à plus de 300 euros de perte de pouvoir d ’achat pour un collègue entrant dans le métier. Dans ces conditions, la volonté du gouvernement de pérenniser les politiques antérieures est inacceptable.
La CGT Educ’Action refuse la rhétorique qui consiste à dire que la dette et le déficit public imposent des sacrifices à tous. Ce ne sont pas aux personnels de payer une crise dont ils ne sont en rien responsables alors que le gouvernement continue d ’offrir des milliards d’euros de cadeau au patronat à travers le CICE par exemple.

La CGT Educ’Action réaffirme la priorité absolue qui doit être donnée à l’augmentation immédiate de la valeur du point d’indice, augmentation sans laquelle toute réforme des carrières et des parcours professionnels est vouée à l’échec puisque le décrochage avec l’inflation future annulerait, de fait, les revalorisations de la grille salariale.

La CGT ne peut se satisfaire de la logique instaurée par le gouvernement actuel et exprime son désaccord face à la reconduction d’une politique non-assumée de réduction des dépenses publiques. Une véritable revalorisation du métier est nécessaire, et ce n’est pas le Parcours Professionnels, Carrières et Rémunérations (PPCR) qui change grand-chose sur le fond. Dans la période actuelle, l’éducation devrait être une priorité pour le gouvernement afin d’assurer un avenir aux jeunes mais aussi à la Nation.

De même que les années précédentes, la CGT Educ’Action s’offusque du manque de postes adaptés au regard du nombre croissant des demandes qui reflètent les conditions actuelles de travail actuelles. La suppression de CHSCT ne suffira pas pour cacher la souffrance des personnels. Le plan social en GA et la réforme de la voie pro ne font qu’ajouter de la souffrance à celle déjà présente.

Pour finir, en ces jours de commémoration, fin de la guerre en Europe, reconnaissance de l’esclavage comme crime contre l’humanité, seul un investissement massif et une politique publique avec parmi ses priorités une réelle politique éducative permettront à notre pays de porter un modèle solidaire, humaniste afin d’accompagner un épanouissement citoyen.

La CGT Educ’Action s’interroge sur ce devoir de mémoire dans l’avenir avec la diminution des heures d’enseignement, particulièrement en français et histoire.

Déclaration des élu.e.s CGT à la CAPA du 14 mai 2019


Agenda

<<

2019

 

<<

Novembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
28293031123
45678910
11121314151617
18192021222324
2526272829301
Aucun évènement à venir les 3 prochains mois

Sites favoris


1 site référencé dans ce secteur

Brèves

Mouvement 2019 des personnels ATSS :

samedi 22 décembre 2018

Mouvement inter-académique des AAE et des SAENES :
La saisie des voeux doit se faire du 11 décembre 2018 au 8 janvier 2019. La CAPN des SAENES aura lieu le 19 mars 2019, et celle des AAE le 21 mars 2019.

Mouvement à gestion déconcentrés ADJAENES
la pré-inscription se fera du 10 janvier 2019 au 7 février 2019. Le reste du calendrier sera en fonction des académies demandées.

Mouvement à gestion déconcentrés des ATRF
la pré-inscription se fera du 10 janvier 2019 au 7 février 2019. Le reste du calendrier sera en fonction des académies demandées.

La pédagogie Nutella ou le collège 2016... vu à la TV !

lundi 20 avril 2015

La réforme du collège 2016 agite le Landerneau enseignant depuis quelques semaines. Elle inquiète aussi à juste titre les parents qui se demandent bien ce que ledit collège réformé fera avec leur progéniture.

Pour rassurer tout le monde, la télévision publique nous montre à quoi ressemblera le collège 2016, dans deux reportages successifs. En effet, le collège réformé s’inspire de dispositifs innovants qui existent déjà dans quelques établissements expérimentaux.

Alors savourons cet avant-goût du collège nouveau...

Lire la suite sur le site La Vie Moderne

Chatel : « Certaines mesures vont dans le bon sens »

lundi 20 avril 2015

C’est le spécialiste des réformes destructrices Chatel qui ont mis à mal le lycée général et liquidé la voie STI qui nous le dit.
On constate facilement où Vallaud-Belkacem trouve son inspiration !

« Que les conservateurs tombent les masques ! »

lundi 20 avril 2015

Voici le titre de l’interview de Vallaud-Belkacem au très réactionnaire journal Le Point.
Notre seule réponse à NVB : « Que les néo-libéraux tombent également le masque ! »

4 pages spécial Retraités de la FERC

samedi 31 août 2013

Au sommaire : Conférence de l’UFR... les retraités à l’offensive ! - Quelle UFR, quelle structure ? - Place des retraités dans la CGT - Continuité syndicale et renforcement - Impressions croisées
Télécharger le 4 pages

Au sujet des dépenses scolaires…

jeudi 22 août 2013

Chaque année, à l’approche de la rentrée, on retrouve dans les médias des articles plus ou moins bien renseignés sur les « dépenses de la rentrée des classes ». Je les parcours toujours avec un peu d’agacement quand ils mettent en avant les nouveaux cartables, les vêtements, les classeurs, les crayons et les compas, les garderies et les cantines.
Parler de ces frais là, c’est évoquer l’arbre pour cacher la forêt. Les cartables et les compas durent facilement plusieurs années et les vêtements ne me semblent pas être une dépense scolaire : mes filles iraient-elles nues si l’école n’existait pas ? Idem pour la cantine : il faut manger même en dehors de l’obligation scolaire. Admettons pour la garderie des petits. Ce qui m’interpelle, ce sont les frais dont on parle moins et qui pourtant jalonnent bien le parcours scolaire des jeunes.
Lire la suite sur le site de l’Ecole démocratique

Ecole élémentaire : en France, le nombre d’élèves par enseignant supérieur à la moyenne OCDE (Depp)

vendredi 16 août 2013

Selon la revue « L’Éducation natio­nale en chiffres » de la Depp, le taux d’encadrement dans les écoles élémen­taires fran­çaises se situe en des­sous de la moyenne des pays de l’OCDE.
Le taux d’encadrement dans les écoles élémen­taires fran­çaises est en des­sous de la moyenne des pays de l’OCDE, selon la revue « L’Éducation natio­nale en chiffres » éditée par la Depp et parue en juillet 2013.
Dans les pays de l’OCDE, le nombre moyen d’élèves par ensei­gnant était à ce niveau de 15,4, en 2011 contre 18,4 en moyenne en France.

Loire-Atlantique / Rythmes : lettre ouverte des UD CGT, FO, FSU et Solidaires au DASEN et aux 26 maires de Loire-Atlantique appliquant la réforme en 2013

samedi 29 juin 2013

Depuis plusieurs mois, nos organisations syndicales ne cessent de dénoncer la précipitation et les dangers contenus dans la réforme des rythmes scolaires. Si les appréciations de nos syndicats respectifs peuvent diverger sur l’analyse de la loi Peillon et de son volet sur les rythmes scolaires, cela ne nous empêche en rien de partager nombre de points de vue sur les effets néfastes de cette réforme. Les propos volontaristes des municipalités ayant décidé de s’engager dès septembre 2013 dans la mise en œuvre du pan de réforme sur les rythmes ne résistent pas à un l’examen pragmatique. Pour notre part cette réforme relève plus d’un projet politique portant sur la territorialisation de l’École que sur les effets bénéfiques pour les enfants et les familles.
L’intention gouvernementale affiche une volonté de servir la réussite scolaire des élèves. Nous pensons qu’il y a loin du discours à une réalité qui malmène aussi les personnels concourant aux rythmes éducatifs des enfants. Les campagnes de communication politiciennes ne peuvent dissimuler les malaises grandissant autour de la rentrée 2013 précipitée.
Lire la suite