LP Fernand Léger : ni casse des retraites, ni casse du lycée pro !

mardi 4 février 2020
popularité : 5%

DHG rejetée par deux fois au conseil d’administration du LP Fernand Léger, Grand-Couronne.
Voici la motion présentée par les collègues le 4 février 2020.

Aujourd’hui, c’est une nouvelle fois un tableau noir qui nous est annoncé comme seule proposition pour l’organisation de l’année scolaire prochaine.
Une fois de plus, encore, c’est une diminution du nombre d’heure alloué à l’établissement.
Une fois de plus, encore, ce sont des suppressions de poste maquillés en départ en retraite non remplacé. Cinq suppressions de poste sur les cinq dernières années pour l’établissement.
Des suppressions de poste presque attendues voir espérer afin de gérer la misère tout en dérogeant aux textes réglementaires des grilles horaires dues aux élèves qui, elles, ne sont pourtant pas déjà franchement idylliques.
Aucune réflexion ni proposition de création de nouvelle formation initiale n’a été proposée. La seule nouveauté qui a vu le jour est une création de formation en alternance par le biais du GRETA qui n’apporte rien en terme d’heures poste et qui n’apporte pas grand-chose non plus aux élèves de l’établissement puisque cette formation existe déjà en initiale dans l’établissement.
Triste constat pour des enseignants à qui on en demande toujours plus, tout en diminuant leurs moyens.
La réforme de la voie professionnelle est une nouvelle attaque qui n’a que pour objectif de faire de nouvelles économies budgétaires tout en détruisant la qualité du service public.

- La co-intervention. Le Ministre n’a rien inventé de ce côté. Beaucoup d’enseignants pratiquaient cette co-intervention et la pratiquaient de manière intelligente en fonction de leurs besoins et des besoins des élèves. Des enseignants se retrouvaient pour animer ensemble quelques moments pédagogiques à différents moments de l’année lorsque l’un d’eux n’était pas devant des élèves et donc disponible pour cette co-intervention. Rappelons au passage que les enseignants ne travaillent pas uniquement lorsqu’ils sont devant des élèves (à savoir 18h pour les PLP/certifié, 20h pour les profs d’EPS, 15h pour les agrégés). Aujourd’hui, ce sont des créneaux obligatoires hebdomadaires impliquant les collègues d’enseignement professionnel, de mathématique et de français qui sont mis en place sans qu’une quelconque co-intervention ne soit nécessaire sur le plan pédagogique ! Ça ne matche pas ! La co-intervention imposée vide de son contenu et de son idée initiale tout intérêt pédagogique dans le seul but d’engager des économies sur le nombre d’heure d’enseignement. Durant cette co-intervention obligatoire, il n’y a pas d’enseignement du geste professionnel…. Ce sont donc des heures de formation en moins pour les élèves à raison de 3h par semaine !

- Le chef d’œuvre…. Une mise en place plus que chaotique sans réelle directive. Un contenu qui n’a pas nécessairement vocation à aboutir sur de la mise en application. Un temps de 3h hebdomadaire pris sur le temps d’enseignement professionnel pour une restitution orale de la partie de l’élève qui ne dépassera pas cinq minutes. Quelque chose qui à le goût du PPCP sans réel intérêt professionnel car ce n’est pas ce qu’attendent aujourd’hui les professionnels.

En somme, ce sont 6h chaque semaine qui sont prises sur les seules 17,5h (18h avant la réforme) avec un contenu des référentiels toujours plus exigeant.

Les enseignants ne sont pas des magiciens à qui on peut demander toujours plus avec de moins en moins et vider leur enseignement du savoir qu’ils savent mieux que personne enseigner n’est pas la solution pour nos élèves et l’image des lycées professionnels.

Mais la réforme de la voie professionnelle n’est pas la seule attaque que subissent aujourd’hui les enseignants. La réforme des retraites qui envisage aujourd’hui une retraite par points (capitalisés), ne garantissant aucune stabilité sur une pension permettant de vivre décemment lorsqu’un enseignant arrivera en fin de carrière si jamais il y arrive, est un nouveau signe de mépris qui ne tient pas compte de nos conditions de travail. Un âge pivot à 64 ans voire même 65 ans n’est qu’une sinistre plaisanterie pour l’insertion des jeunes dans l’emploi alors que les élèves, eux, ne vieilliront pas ! Le seul objectif de cette réforme est de pouvoir diminuer la valeur du point et donc le niveau de pension même si le gouvernement garantit le contraire aujourd’hui ! Une cotisation par point basé sur le salaire des enseignants alors que le point de rémunération est gelé depuis 2010 ne laisse aucune chance aux enseignants d’espérer une retraite permettant de vivre dignement ! Et ce ne sont pas les quelques augmentations que le gouvernement promet aujourd’hui, mises en cause par le Conseil Institutionnel, qui permettront de rattraper le manque depuis toutes ces années où les enseignants ont été sous payés ! Il est curieux de constater que le gouvernement ne sait s’inspirer des pays voisins que pour mettre en place certaines réforme sans en mettre d’autres…
En France, le salaire moyen annuel brut en début de carrière est aux alentours de 24000€ et de 42000€ en fin de carrière.
En Allemagne, il est de 50000€ annuel brut en début de carrière pour finir à 72000€.
En Belgique, le salaire est de 36000€ annuel brut en début de carrière pour finir à 62000€.
Et les exemples sont encore nombreux…

Des enseignants à qui on en demande toujours plus avec de moins en moins. Des enseignants qui ont un indice de rémunération gelé depuis 2010 et donc un pouvoir d’achat qui a énormément diminué. Des enseignants qui n’ont aucune certitude d’une retraite décente acquise à un âge raisonné. Des enseignants qui ne sont plus considérés et que l’institution traite de fainéant à commencer par le Président de la République lors d’une prise de parole en septembre 2017 ne manquant pas de montrer toute sa reconnaissance à son peuple comme il aime l’appeler.
Des enseignants abattus, méprisés et fatigués de tout ce matraquage incessant qui ne reconnaît plus en eux les valeurs et l’investissement fourni.
Des enseignants écœurés et découragés qui alertent l’institution depuis longtemps notamment par le biais des registres Santé et Sécurité au Travail et des CHSCT Départementales et Académiques. Malheureusement, force est de constater que même lors de ces alertes, la réponse donnée est détachée de toute compassion et de réel intérêt au mal être de plus en plus grandissant. Nous renvoyant dans bien des cas vers le médecin de prévention du Rectorat. Médecin lui-même recruté par le Recteur ce qui n’est pas sans faire réfléchir sur la réelle indépendance de l’avis médical.
La CGT exige le retrait de la réforme de la voie professionnelle ainsi que l’abandon du projet de loi sur la réforme des retraites.


Agenda

<<

2020

 

<<

Juin

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293012345
Aucun évènement à venir les 3 prochains mois

Sites favoris


7 sites référencés dans ce secteur

Brèves

Ecoles Delaunay en action le 22 janvier 2020 pour revenir en REP+

jeudi 23 janvier

Lors de l’animation pédagogique du mercredi 22 janvier 2020 sur « les élèves à besoins particuliers », les enseignants ont rappelé leur exigence de classer les écoles maternelle Delaunay-Laurencin et élémentaire Sonia Delaunay de Dieppe (Val Druel) en REP+. En effet, elles sont sorties de l’Éducation Prioritaire en 2014 et ont été exclues des dispositifs REP et REP+ alors qu’elles répondent à tous les critères pour être classées en REP+. Son rang (64ème) au niveau académique la situe au même niveau que les écoles de REP+ du Havre ou de Rouen Nord.

Tous les enseignant·e·s des deux écoles sont venu·e·s avec un tee-shirt rappelant leur exigence et ont pris la parole en début d’animation. À l’issue de l’animation, l’urne était disponible pour pouvoir faire voter au référendum d’initiative populaire.

La CGT Éduc’action 76 soutient les collègues dans leurs actions.

Motion de soutien aux salariés de la Chapelle d’Arblay

mercredi 18 septembre 2019

Les camarades de la CGT Educ’action Haute-Normandie réunis en Assemblée générale de rentrée le 16 septembre 2019 à Maromme expriment leur soutien aux salariés de la Chapelle Darblay, menacés de licenciement.
Dans le secteur privé, les fermetures de site et les plans de licenciement se multiplient. Dans les services publics, ce sont les suppressions de postes massives et la dégradation des conditions de travail.
De plus, la réforme des retraites est une attaque contre l’ensemble des salariés.

  • Zéro licenciement !
  • Non à la fermeture des sites !
  • Non à la casse des services publics !
  • Non à la réforme des retraites ! Luttons tous ensemble !

Motion adoptée à l’unanimité par l’AG des syndiqué-e-s CGT éduc’action Rouen

Fusion des académies : j’habite à Evreux, pourra-t-on me nommer à Cherbourg ?

vendredi 13 septembre 2019

La lettre de cadrage pour la fusion des académies de Caen et Rouen certifiait que la gestion des personnels enseignants ne serait pas impacté jusqu’en 2022 (Mais en 2018 on nous jurait que la fusion n’était pas encore décidée). A en croire M. le Ministre, jusqu’à cette ce cas de figure n’existera pas. Mais après 2022 ça devient tout à fait possible pour les personnels du second degré. Le Rectorat a tout intérêt à ce que la souplesse et la mobilité des personnels soient maximales. Et avec l’affaiblissement du rôle des CAPA il sera encore plus compliqué d’influer sur les choix des services académiques, sans oublier que pour les contractuels ce « contrôle » est inexistant.

Une fusion des académies pour fermer des sections !

vendredi 13 septembre 2019

Le Rectorat et la Région Normandie lancent la réflexion pour une nouvelle carte de formation à la rentrée de septembre 2020. Ca ne sent pas bon du tout ! L’académie et la région de Normandie auront, si nous ne faisons pas reculer le Ministère, le même périmètre au 1° janvier. Les filières de formation, frontalières pour le moment, ou seulement identiques, seront à la prochaine rentrée dans la même académie. Ce sera une très bonne excuse pour fusionner et fermer par ci par là et pour récupérer les postes.

Mac Do Neufchâtel en Bray veut licencier une militante syndicale CGT !

vendredi 6 juillet 2018

Suite à un entretien disciplinaire une syndiquée CGT depuis un mois au McDonald’s de Neufchatel en Bray a été mise à pieds à titre conservatoire avant que ne soit décidé un licenciement. Les vrais motifs de cette mise à pied : la distribution de tracts dans les restaurants de cette franchise (Dieppe, Yvetot et Neufchâtel en bray) mentionnant les acquis obtenus au restaurant d’Elbeuf (13e mois, prime trimestrielles, congés enfants malades, arbre de Noël ...), et la crainte que les salariés reprennent eux aussi ces revendications !
Rassemblement Dimanche 8 juillet 18h45 devant le Mac Donald de Neufchâtel en Bray.