Le ministre doit clarifier ses positions sur la crise du Covid-19 , dans l’intérêt du service public d’éducation

samedi 14 mars 2020
par  Luc De Chivré
popularité : 5%

La CGT Éduc’action a été reçue, tout comme les autres organisations représentatives, au ministère de l’Éducation à la demande de Jean-Michel Blanquer pour faire le point sur la situation dans les établissements scolaires face à la crise du coronavirus.
Nous avons participé à cette réunion afin de clarifier la manière dont les personnels allaient accomplir leurs missions durant une période qui devrait aller jusqu’au mois d’avril et peut-être au-delà.
Le ministre a affiché sa volonté de privilégier l’enseignement à distance avec des plates-formes différentes : CNED, et ENT.
Pour les organisations syndicales, dont la CGT Éduc’action, beaucoup de questions demeurent.
Tout d’abord, le manque de cadrage national. On peut déplorer des injonctions contradictoires d’une académie à une autre, voire d’un département à un autre ce qui met les personnels dans une situation de stress inutile.
Nous avons obtenu quelques réponses qui peuvent être utiles à tous les personnels.
Pour le ministère, il faut impérativement mettre en place une continuité pédagogique, mais aussi administrative dans les écoles et dans les établissements du second degré.
Les instances comme les conseils de classe, par exemple, pourraient se tenir.
Néanmoins la consigne générale est de privilégier le télétravail au maximum pour tous les personnels sauf les chef∙fes d’établissement, les personnels de sécurité et d’entretien (pour des raisons d’hygiène).
Les internats doivent rester ouverts pour les élèves qui ne peuvent pas rejoindre leur domicile.
Concernant les enfants des personnels soignants : un service minimum sera mis en place d’une manière adaptée, au moins jusqu’à la classe de 4ème. Ces classes s’organisent dans des établissements scolaires proches d’établissements hospitaliers. Une liste des personnels soignants concernés dont les enfants devront être accueilli.es en service minimum d’accueil sera donnée lundi matin. Le schéma arrêté à ce stade est le suivant : les parents concernés doivent prendre contact pour se signaler et l’accueil se fera sous justificatifs. Pour les modalités les plus cohérentes, le ministère veut se donner la semaine pour construire un dispositif plus efficace d’accueil des enfants de personnels soignants.
Concernant les personnels du ministère de l’Éducation nationale qui seraient particulièrement vulnérables au SARS-CoV-2 : une liste de pathologies va paraitre lundi pour que des personnels qui en souffrent soient placés automatiquement en télétravail. Si ce n’est pas possible, ils doivent voir le médecin de prévention ou leur médecin habituel pour obtenir un arrêt de travail.
Les personnels du ministère de l’Éducation parents d’enfants de moins de 16 ans, qui n’ont pas de solution de garde, bénéficient d’office d’une autorisation spéciale d’absence.
Pour les personnels AESH, les AED, ils sont en mesures conservatoires. Donc ne sont pas tenu.es de venir sur leur lieu de travail.
Il y a bien sûr, continuité totale des primes de tout genre à l’exception des HSE.
Il faut privilégier le bon sens, pour la CGT Éduc’action il est primordial que tous les personnels qui ne sont pas indispensables à la continuité administrative des établissements ne soient pas contraints à se rendre sur leurs lieux de travail.
Les horaires de télétravail ne peuvent pas être identiques aux obligations de service tout comme l’enseignement à distance ne peut pas remplacer le présentiel.
S’agissant des concours, ils seront maintenus.
S’agissant des examens et Baccalauréats, le ministre pense que d’ici le mois de juin, tout devrait rentrer en ordre ce qui permettrait aux épreuves de se dérouler «  normalement  ».
Pour les élèves en stage, et apprenti.es, ils et elles pourront poursuivre leur formation sauf si celle -ci s’effectue dans des lieux interdits aux mineur.es comme les Ehpad, les visites de stages doivent donc se faire.
Pour les personnels Greta et formation continue, il est recommandé de privilégier la formation à distance, mais les formations en présentiel ne sont pas suspendues dans la mesure où ce sont «  des adultes  ».
Commentaire CGT sur cette réunion
Le ministre semble dépassé sur certaines questions et il renvoie la responsabilité aux acteurs locaux.
Il dit qu’en même temps qu’il faut un cadre national, mais qu’il y a aussi des réalités locales (sans préciser lesquelles).
À ce jour, nous déplorons le manque de consignes claires aux Recteurs ou Rectrices.
Nous considérons que le ministère doit donner dans les meilleurs délais des consignes claires et précises aux IEN et chef.fes d’établissement, pour éviter ces injonctions contradictoires et rétablir la sérénité pour faire face à cette crise épidémique majeure.
N’hésitez pas à nous faire remonter des situations dans vos établissements qui vous paraissent incohérentes ou ne répondant pas aux préconisations du ministère.
Les militant·es de la CGT Éduc’action interviendront sur toutes les situations problématiques.


Agenda

<<

2020

 

<<

Juin

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293012345
Aucun évènement à venir les 3 prochains mois

Sites favoris


7 sites référencés dans ce secteur

Brèves

Ecoles Delaunay en action le 22 janvier 2020 pour revenir en REP+

jeudi 23 janvier

Lors de l’animation pédagogique du mercredi 22 janvier 2020 sur « les élèves à besoins particuliers », les enseignants ont rappelé leur exigence de classer les écoles maternelle Delaunay-Laurencin et élémentaire Sonia Delaunay de Dieppe (Val Druel) en REP+. En effet, elles sont sorties de l’Éducation Prioritaire en 2014 et ont été exclues des dispositifs REP et REP+ alors qu’elles répondent à tous les critères pour être classées en REP+. Son rang (64ème) au niveau académique la situe au même niveau que les écoles de REP+ du Havre ou de Rouen Nord.

Tous les enseignant·e·s des deux écoles sont venu·e·s avec un tee-shirt rappelant leur exigence et ont pris la parole en début d’animation. À l’issue de l’animation, l’urne était disponible pour pouvoir faire voter au référendum d’initiative populaire.

La CGT Éduc’action 76 soutient les collègues dans leurs actions.

Motion de soutien aux salariés de la Chapelle d’Arblay

mercredi 18 septembre 2019

Les camarades de la CGT Educ’action Haute-Normandie réunis en Assemblée générale de rentrée le 16 septembre 2019 à Maromme expriment leur soutien aux salariés de la Chapelle Darblay, menacés de licenciement.
Dans le secteur privé, les fermetures de site et les plans de licenciement se multiplient. Dans les services publics, ce sont les suppressions de postes massives et la dégradation des conditions de travail.
De plus, la réforme des retraites est une attaque contre l’ensemble des salariés.

  • Zéro licenciement !
  • Non à la fermeture des sites !
  • Non à la casse des services publics !
  • Non à la réforme des retraites ! Luttons tous ensemble !

Motion adoptée à l’unanimité par l’AG des syndiqué-e-s CGT éduc’action Rouen

Fusion des académies : j’habite à Evreux, pourra-t-on me nommer à Cherbourg ?

vendredi 13 septembre 2019

La lettre de cadrage pour la fusion des académies de Caen et Rouen certifiait que la gestion des personnels enseignants ne serait pas impacté jusqu’en 2022 (Mais en 2018 on nous jurait que la fusion n’était pas encore décidée). A en croire M. le Ministre, jusqu’à cette ce cas de figure n’existera pas. Mais après 2022 ça devient tout à fait possible pour les personnels du second degré. Le Rectorat a tout intérêt à ce que la souplesse et la mobilité des personnels soient maximales. Et avec l’affaiblissement du rôle des CAPA il sera encore plus compliqué d’influer sur les choix des services académiques, sans oublier que pour les contractuels ce « contrôle » est inexistant.

Une fusion des académies pour fermer des sections !

vendredi 13 septembre 2019

Le Rectorat et la Région Normandie lancent la réflexion pour une nouvelle carte de formation à la rentrée de septembre 2020. Ca ne sent pas bon du tout ! L’académie et la région de Normandie auront, si nous ne faisons pas reculer le Ministère, le même périmètre au 1° janvier. Les filières de formation, frontalières pour le moment, ou seulement identiques, seront à la prochaine rentrée dans la même académie. Ce sera une très bonne excuse pour fusionner et fermer par ci par là et pour récupérer les postes.

Mac Do Neufchâtel en Bray veut licencier une militante syndicale CGT !

vendredi 6 juillet 2018

Suite à un entretien disciplinaire une syndiquée CGT depuis un mois au McDonald’s de Neufchatel en Bray a été mise à pieds à titre conservatoire avant que ne soit décidé un licenciement. Les vrais motifs de cette mise à pied : la distribution de tracts dans les restaurants de cette franchise (Dieppe, Yvetot et Neufchâtel en bray) mentionnant les acquis obtenus au restaurant d’Elbeuf (13e mois, prime trimestrielles, congés enfants malades, arbre de Noël ...), et la crainte que les salariés reprennent eux aussi ces revendications !
Rassemblement Dimanche 8 juillet 18h45 devant le Mac Donald de Neufchâtel en Bray.