La CGT éduc’action 7627 réaffirme sa solidarité envers les salarié-e-s qui assurent des missions de soin et essentielles, et demande la protection pour les personnels de l’Education !

courrier de la CGT éduc’action 7627 à Mme la Rectrice
lundi 23 mars 2020
par  Luc De Chivré
popularité : 4%

Madame la Rectrice,

Tout d’abord, dans ce contexte de crise épidémique mondiale et inédite, la CGT Educ’action de l’Académie de Rouen tient à réaffirmer toute sa solidarité envers tous les salariés qui, de part leur fonction ou leur métier, sont contraints d’assurer la continuité du service public ou des missions essentielles pour soigner les personnes atteintes du Covid-19 ou pour assurer le ravitaillement de la population. Elle rappelle aussi ses valeurs de solidarité essentielles qui doivent permettre aux enfants des personnels soignants d’être accueillis par des personnels de l’Éducation nationale volontaires.

De plus, nous sommes tous témoins des efforts faits par les enfants et les jeunes pour suivre des cours à distance ; et de l’implication des collègues qui se démènent actuellement, certains sur leur lieu de travail, pour accueillir les enfants de soignants, assurer la continuité pédagogique, garder le contact avec les élèves, rassurer les familles et parer à de nombreuses urgences. Nous sommes aussi convaincus des efforts faits par les enfants et les jeunes pour suivre des cours à distance, dans des conditions difficiles voire même impossible par manque d’outils mais aussi de disponibilités des familles. Nous tenons à rappeler que l’enseignement à distance ne remplacera jamais un enseignement de qualité en présentiel que nous revendiquons, avec des moyens à la hauteur des besoins dans le cadre d’un service public de l’Éducation nationale de qualité. Dans ce contexte, nous tenons à nous indigner des propos de M. Blanquer qui n’écarte pas la possibilité d’allonger l’année scolaire en raison de l’épidémie du COVID-19, laissant indirectement entendre que les personnels et les élèves seraient en vacances. L’urgence n’est pas à créer des polémiques alors que rien ne permet, à ce jour, de savoir comment va évoluer la situation, mais d’assurer la protection de tous les salariés, des jeunes, des privés d’emplois, des retraités… bref de toute la population.

Ainsi, nous avons pu constater que les personnels qui sont sur leur lieu de travail font comme ils peuvent pour se protéger. Il est donc impératif que seul·e·s les salarié·e·s indispensables, volontaires et ne pouvant pas travailler à distance aient à se rendre sur son lieu de travail. Nous avons aussi remarqué qu’à part un rappel d’obligation de fournir du savon et des essuie-main en quantité suffisante par les collectivités locales, rien d’autre n’a été mis en place pour garantir la sécurité sanitaire de ces personnels malgré l’obligation de l’employeur à garantir sa santé.

Avec beaucoup de professionnalisme, chacun applique les gestes barrière autant que possible mais ceux-ci sont insuffisants pour assurer une réelle protection alors même que des interactions entre collègues ou avec les enfants accueillis sont inévitables.

Nous sommes malheureusement conscients de la pénurie actuelle, notamment en terme de masques. Nous dénonçons l’impréparation du gouvernement pour faire face à cette épidémie et la volonté politique de réduire drastiquement le budget pour la santé qui conduisent à cette situation. Les personnels soignants sont en première ligne et leur demande d’être tou.te.s équipé.e.s d’un masque pour soigner les malades doit être immédiatement satisfaite. Tout comme la demande de nombreux autres salarié-e-s au contact également de la population.

Les personnels de l’éducation ne doivent pas être oublié·e·s. Plusieurs d’entre elles·eux se rendent chaque jour dans leur école ou leur établissement, ou dans les services académiques. Elles·Ils doivent pouvoir venir travailler le plus sereinement possible, avec une protection maximale. Le nombre de volontaires n’est pas extensible. S’ils tombent malades en l’absence de protection suffisante, que se passera-t-il ? Nous vous demandons donc de fournir à l’ensemble des salarié·e·s non confiné·e,s à leur domicile des masques aux normes NF EN 14683 en nombre suffisant, ainsi que du gel hydroalcoolique anti virucide, et de faire remonter au plus vite cette demande auprès du M. le Ministre de l’éducation.

Veuillez agréer, Madame la Rectrice, l’expression de notre respect.

Rouen, le 23 mars 2020


Agenda

<<

2020

 

<<

Septembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
31123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
2829301234
Aucun évènement à venir les 3 prochains mois

Sites favoris


7 sites référencés dans ce secteur

Brèves

Lubrizol : 1 an après on oublie pas ! Réunion publique le 25 septembre, manifestation le 26 septembre

mardi 8 septembre

Réunion publique d’information sous chapiteau Vendredi 25 septembre 2020 de 18 à 20h A la Friche Lucien, place Carnot, ROUEN
Jeudi MANIFESTATION Samedi 26 septembre 13h30 Rendez-vous devant : LUBRIZOL (quai de France)

Télécharger et diffuser :

Ecoles Delaunay en action le 22 janvier 2020 pour revenir en REP+

jeudi 23 janvier

Lors de l’animation pédagogique du mercredi 22 janvier 2020 sur « les élèves à besoins particuliers », les enseignants ont rappelé leur exigence de classer les écoles maternelle Delaunay-Laurencin et élémentaire Sonia Delaunay de Dieppe (Val Druel) en REP+. En effet, elles sont sorties de l’Éducation Prioritaire en 2014 et ont été exclues des dispositifs REP et REP+ alors qu’elles répondent à tous les critères pour être classées en REP+. Son rang (64ème) au niveau académique la situe au même niveau que les écoles de REP+ du Havre ou de Rouen Nord.

Tous les enseignant·e·s des deux écoles sont venu·e·s avec un tee-shirt rappelant leur exigence et ont pris la parole en début d’animation. À l’issue de l’animation, l’urne était disponible pour pouvoir faire voter au référendum d’initiative populaire.

La CGT Éduc’action 76 soutient les collègues dans leurs actions.

Motion de soutien aux salariés de la Chapelle d’Arblay

mercredi 18 septembre 2019

Les camarades de la CGT Educ’action Haute-Normandie réunis en Assemblée générale de rentrée le 16 septembre 2019 à Maromme expriment leur soutien aux salariés de la Chapelle Darblay, menacés de licenciement.
Dans le secteur privé, les fermetures de site et les plans de licenciement se multiplient. Dans les services publics, ce sont les suppressions de postes massives et la dégradation des conditions de travail.
De plus, la réforme des retraites est une attaque contre l’ensemble des salariés.

  • Zéro licenciement !
  • Non à la fermeture des sites !
  • Non à la casse des services publics !
  • Non à la réforme des retraites ! Luttons tous ensemble !

Motion adoptée à l’unanimité par l’AG des syndiqué-e-s CGT éduc’action Rouen

Fusion des académies : j’habite à Evreux, pourra-t-on me nommer à Cherbourg ?

vendredi 13 septembre 2019

La lettre de cadrage pour la fusion des académies de Caen et Rouen certifiait que la gestion des personnels enseignants ne serait pas impacté jusqu’en 2022 (Mais en 2018 on nous jurait que la fusion n’était pas encore décidée). A en croire M. le Ministre, jusqu’à cette ce cas de figure n’existera pas. Mais après 2022 ça devient tout à fait possible pour les personnels du second degré. Le Rectorat a tout intérêt à ce que la souplesse et la mobilité des personnels soient maximales. Et avec l’affaiblissement du rôle des CAPA il sera encore plus compliqué d’influer sur les choix des services académiques, sans oublier que pour les contractuels ce « contrôle » est inexistant.

Une fusion des académies pour fermer des sections !

vendredi 13 septembre 2019

Le Rectorat et la Région Normandie lancent la réflexion pour une nouvelle carte de formation à la rentrée de septembre 2020. Ca ne sent pas bon du tout ! L’académie et la région de Normandie auront, si nous ne faisons pas reculer le Ministère, le même périmètre au 1° janvier. Les filières de formation, frontalières pour le moment, ou seulement identiques, seront à la prochaine rentrée dans la même académie. Ce sera une très bonne excuse pour fusionner et fermer par ci par là et pour récupérer les postes.