Catastrophe sanitaire du Covid-19 : pourquoi la CGT Educ’action 76/27 boycotte les instances

communiqué de la CGT éduc’action 7627
lundi 30 mars 2020
par  Luc De Chivré
popularité : 4%

Malgré le contexte de crise du Covid-19 avec un confinement important de la population, la Rectrice et les DASEN de l’Eure et de Seine-Maritime ont décidé de maintenir le calendrier des instances (Comité Technique Académique - CTA-, Comité Technique Spécial Départemental -CTSD-).
Au-delà des aspects techniques et réglementaires relatifs à la mise en place de la visio-conférence qui ne garantit ni les échanges sereins (liés au confinement où nous risquons d’être perturbés par notre environnement familial) ni le respect de la représentativité (problèmes de connections possibles), la tenue de ces instances pose problème :

  • Dans le 1er degré, alors que les inscriptions sont suspendues, les déménagements prévus des familles reportés, les collègues débordés pour assurer la continuité pédagogique et le suivi des familles, faire du télé-enseignement, répondre aux injonctions de la hiérarchie, être volontaire pour accueillir les enfants des personnels de santé... tout en gérant tant bien que mal une vie familiale quotidienne de confinement, était-il urgent de tenir ces instances dans les délais ? Ainsi dans le département de Seine-Maritime, les documents de travail présentés aux organisations syndicales faisaient état de 117 fermetures de classes envisagées pour seulement 61 ouvertures de classes, soit un différentiel de – 56 postes auxquels s’ajoute la création de 27 postes pour des mesures en faveur de l’école inclusive. Le bilan avant le groupe de travail est donc de – 29 postes. De plus, la dotation étant de + 6 postes, cela laisse ainsi 35 postes disponibles pour faire des ajustements. Cette proposition inédite démontre que la rentrée 2020 sera réellement bouleversée et ne peut se faire dans ces conditions. La CGT Educ’action 76 a toutefois fait remonter l’ensemble des situations pour obtenir une ouverture ou annuler une fermeture de classe lors d’un groupe de travail inédit par téléphone en … 30 minutes ! Elle s’est adressée à l’ensemble des organisations syndicales pour demander le report des instances et leur boycott. Ainsi, les deux CTSD collèges et 1er degré n’ont pu se tenir, ni même le CDEN 1er degré (conseil Départemental de l’Education Nationale) avec le refus de siéger de la FCPE.
  • Dans le 2nd degré, la situation est identique. Même si les DHG ont pu être présentées dans les Conseils d’Administration des établissements avant le confinement, le report des opérations de passage en 6ème et en 2nde risque de modifier les prévisions des effectifs. Pour les collèges de Seine-Maritime, malgré la promesse de l’Inspection académique le 17 janvier d’augmenter le nombre de postes (augmentation de 55 ETP, équivalent de temps plein), beaucoup de postes sont supprimés (plus de 40 postes) et les créations de postes amènent à un solde de presque zéro. Et tout cela dans un contexte de croissance démographique (plus de 200 élèves supplémentaires dans les collèges en Seine-Maritime). Pour les lycées généraux de Seine-Maritime et de l’Eure 55 suppressions de postes sont prévues, et dans les Lycées professionnels ce sont 47 suppressions qui sont programmées.
  • Que ce soit, pour les fermetures de classes dans les écoles, ou les suppressions de postes en collèges, lycées, lycées professionnels, elles se feront sans que les personnels et les parents ne soient en mesure de s’opposer à des décisions injustifiées.
  • De plus, le mouvement intra-académique s’effectue sans qu’apparaisse désormais la liste des postes vacants (seuls les postes spécifiques vacants sont publiés), ce qui ne permet pas aux collègues de faire leur mouvement de façon sereine. La nouvelle Loi de la Transformation de la Fonction Publique votée en juillet 2019, exclut de fait les organisations syndicales, qui ne peuvent plus exercer leur rôle de représentants des personnels dans les CAPA et les CAPD. En effet, les CAPA et les CAPD se voient retirer des prérogatives de toutes les opérations de mutations. Les collègues ne peuvent désormais qu’effectuer un éventuel recours individuel à l’issue de ces opérations avec un représentant du personnel, recours qui ne peut de toute façon porter que sur la prise en compte des points retenus par l’Administration. Mais dans ce contexte de confinement, comment peut-on réellement exercer ce droit et accompagner les collègues ?

La CGT Educ’action de Seine-Maritime et de l’Eure a dénoncé aussitôt cette situation et s’est adressée à la Rectrice et au DASEN pour demander le report de toutes les instances ainsi qu’un moratoire sur la carte scolaire 1er degré, sur les suppressions de postes dans le 2nd degré et une dotation exceptionnelle pour répondre aux nécessaires besoins à la rentrée.
La CGT Educ’action, au niveau national, a interpellé le Ministre sur ces points. Le Ministre a reconnu en partie nos arguments en prenant des engagements concernant la carte scolaire 1er degré. En effet, il a affirmé qu’il y aurait une « enveloppe » de postes supplémentaires pour prendre en compte le caractère exceptionnel de la situation que nous vivons et permettre de revoir l’équilibre ouvertures / fermetures en milieu urbain. De plus, le ministre s’est engagé à ne fermer aucune classe en milieu rural sans l’accord du maire. La CGT Educ’action a demandé à ce que la notion d’école en milieu rural soit précisée et a rappelé que des tensions existent ailleurs et notamment en éducation prioritaire. Il y aura donc révision des opérations de carte scolaire.
Concernant le mouvement 2nd degré, la DGRH a demandé aux académies d’ouvrir les serveurs plus tard. L’accusé de réception sera vraisemblablement envoyé par mail.
Sur le mouvement 1er degré, un nouvel outil est en phase de test, le mouvement risque de s’étaler jusqu’à mi-mai.
La CGT Educ’action est intervenue pour signaler qu’il y avait des remontées concernant les recours individuels qui ne peuvent pas être effectués dans le cadre réglementaire prévu. À ce jour, la seule réponse est que le ministère est en train de caler la procédure et qu’une ordonnance vient de paraître pour rallonger d’un mois le délai pour les recours.
Si à la CGT Educ’action 76/27 nous actons positivement les engagements du Ministre, nous demandons toujours le report de toutes les instances. C’est la raison pour laquelle la CGT Educ’action76/27 a décidé de ne siéger dans aucune instance, ni au CTSD « collège » de repli du 31 mars, ni au CTSD 1er degré de repli du 7 avril ni au CTA du 8 avril et de repli.

La CGT Educ’action continue à défendre l’ensemble des personnels de l’Éducation nationale dans cette situation extrêmement difficile et reprendra, dès que ce sera possible, la lutte pour des moyens à la hauteur des besoins, pour les effectifs de classe de 15 élèves en Éducation prioritaire et 20 élèves ailleurs, pour une Éducation de qualité pour toutes et tous.


Agenda

<<

2020

 

<<

Septembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
31123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
2829301234
Aucun évènement à venir les 3 prochains mois

Sites favoris


7 sites référencés dans ce secteur

Brèves

Lubrizol : 1 an après on oublie pas ! Réunion publique le 25 septembre, manifestation le 26 septembre

mardi 8 septembre

Réunion publique d’information sous chapiteau Vendredi 25 septembre 2020 de 18 à 20h A la Friche Lucien, place Carnot, ROUEN
Jeudi MANIFESTATION Samedi 26 septembre 13h30 Rendez-vous devant : LUBRIZOL (quai de France)

Télécharger et diffuser :

Ecoles Delaunay en action le 22 janvier 2020 pour revenir en REP+

jeudi 23 janvier

Lors de l’animation pédagogique du mercredi 22 janvier 2020 sur « les élèves à besoins particuliers », les enseignants ont rappelé leur exigence de classer les écoles maternelle Delaunay-Laurencin et élémentaire Sonia Delaunay de Dieppe (Val Druel) en REP+. En effet, elles sont sorties de l’Éducation Prioritaire en 2014 et ont été exclues des dispositifs REP et REP+ alors qu’elles répondent à tous les critères pour être classées en REP+. Son rang (64ème) au niveau académique la situe au même niveau que les écoles de REP+ du Havre ou de Rouen Nord.

Tous les enseignant·e·s des deux écoles sont venu·e·s avec un tee-shirt rappelant leur exigence et ont pris la parole en début d’animation. À l’issue de l’animation, l’urne était disponible pour pouvoir faire voter au référendum d’initiative populaire.

La CGT Éduc’action 76 soutient les collègues dans leurs actions.

Motion de soutien aux salariés de la Chapelle d’Arblay

mercredi 18 septembre 2019

Les camarades de la CGT Educ’action Haute-Normandie réunis en Assemblée générale de rentrée le 16 septembre 2019 à Maromme expriment leur soutien aux salariés de la Chapelle Darblay, menacés de licenciement.
Dans le secteur privé, les fermetures de site et les plans de licenciement se multiplient. Dans les services publics, ce sont les suppressions de postes massives et la dégradation des conditions de travail.
De plus, la réforme des retraites est une attaque contre l’ensemble des salariés.

  • Zéro licenciement !
  • Non à la fermeture des sites !
  • Non à la casse des services publics !
  • Non à la réforme des retraites ! Luttons tous ensemble !

Motion adoptée à l’unanimité par l’AG des syndiqué-e-s CGT éduc’action Rouen

Fusion des académies : j’habite à Evreux, pourra-t-on me nommer à Cherbourg ?

vendredi 13 septembre 2019

La lettre de cadrage pour la fusion des académies de Caen et Rouen certifiait que la gestion des personnels enseignants ne serait pas impacté jusqu’en 2022 (Mais en 2018 on nous jurait que la fusion n’était pas encore décidée). A en croire M. le Ministre, jusqu’à cette ce cas de figure n’existera pas. Mais après 2022 ça devient tout à fait possible pour les personnels du second degré. Le Rectorat a tout intérêt à ce que la souplesse et la mobilité des personnels soient maximales. Et avec l’affaiblissement du rôle des CAPA il sera encore plus compliqué d’influer sur les choix des services académiques, sans oublier que pour les contractuels ce « contrôle » est inexistant.

Une fusion des académies pour fermer des sections !

vendredi 13 septembre 2019

Le Rectorat et la Région Normandie lancent la réflexion pour une nouvelle carte de formation à la rentrée de septembre 2020. Ca ne sent pas bon du tout ! L’académie et la région de Normandie auront, si nous ne faisons pas reculer le Ministère, le même périmètre au 1° janvier. Les filières de formation, frontalières pour le moment, ou seulement identiques, seront à la prochaine rentrée dans la même académie. Ce sera une très bonne excuse pour fusionner et fermer par ci par là et pour récupérer les postes.