PAS DE TESTS, PAS DE MASQUES = PAS DE REPRISE

pétition académique de l’intersyndicale FNEC-FP FO, FSU, CGTéduc’action, SUD éducation, FCPE
mardi 21 avril 2020
par  Luc De Chivré
popularité : 3%

Les organisations syndicales FNEC-FP FO, FSU, CGTéduc’action, SUD éducation, FCPE de l’académie de Rouen, appellent les personnels et les parents d’élèves à signer la pétition intersyndicale pour exiger que la réouverture des écoles et des établissements scolaires soit conditionnée à la garantie absolue de la santé des personnels, des élèves et de la population toute entière.

La reprise des cours à tout prix : inacceptable ! Irresponsable !

La décision du président Macron et du ministre Blanquer est d’une gravité sans précédent.

Après des semaines où l’impréparation (au bout d’un mois de confinement, les masques commencent à arriver mais en nombre insuffisant) le dispute à l’absurdité (utiles quand il y en a, les masques deviennent inutiles quand il n’y en a plus…) et au mépris (les déclarations de la porte-parole sont dans toutes les mémoires), l’annonce d’une reprise progressive des cours le 11 mai suscite une profonde colère et inquiétude chez les personnels de l’Éducation nationale, ainsi que chez les parents d’élèves inquiets pour la santé de leurs enfants.

La question n’est pas quand mais comment ! Et surtout pas à n’importe quel prix !

  • Pourquoi serait-il sans risque d’ouvrir les écoles, les collèges et les lycées quand les cinémas, les théâtres, les restaurants resteront fermés ?
  • Comment n’y aurait-il pas de contamination dans des lycées à plus de 1000 élèves quand il y en aurait dans un restaurant avec 30 adultes ?
  • Comment respecter les gestes barrières dans des collèges où s’entassent 700 élèves, dans des classes de maternelle ou dans les cours de récréation et les réfectoires ?
  • Comment garantir les distances sanitaires à 30 ou 35 élèves par classe ?
  • Comment appliquer les gestes barrière en EPS ?
  • Comment croire que le ministre, qui a battu le record du nombre de fermetures de collèges REP, se soucie maintenant en priorité des élèves en situation de décrochage scolaire à cause du confinement et qu’il veut faire revenir en priorité ces élèves dans les établissements ?
  • Comment assurer que les établissements ne deviendront pas des foyers de contagion sans tester tous les élèves et les personnels ?

L’école n’est pas la garderie du MEDEF

Dans son allocution, le président de la République a clairement désigné les enseignants comme la « 2ème ligne » après les soignants. On attend de l’Éducation nationale qu’elle remplisse une fonction de garderie, au détriment de la santé des personnels, des élèves et à travers eux de la population entière, prenant le risque d’une deuxième vague de contamination pour que les entreprises puissent recommencer à produire et que le MEDEF soit satisfait.

Quand l’économie prend le pas sur le respect des règles sanitaires, tous les personnels et les élèves sont délibérément mis en danger. C’est révoltant !

PAS DE TESTS, PAS DE MASQUES = PAS DE REPRISE

Au regard de l’évolution actuelle de l’épidémie, la réouverture même progressive des écoles, collèges, lycées nous semble dangereuse et impossible.

Cela suppose a minima :

  • des tests généralisés, des équipements de protection adéquats (masques FFP1 ou FFP2, gants, gel hydro-alcoolique, savon…),
  • l’accueil des élèves par groupes très restreints,
  • le nettoyage des locaux deux fois par jour et par des personnels d’entretien formés aux risques de tous les locaux,
  • la formation de tous les personnels et élèves dès la reprise aux risques liés au covid,
  • la réunion et consultation des CHSCT départementaux et académique et des CHS ou CA des EPLE et des conseils d’écoles avant toute reprise.

Le ministre doit se conformer à l’avis adopté par le CHSCT ministériel et repris par le Comité Technique académique de Rouen le 8 avril : « Afin d’endiguer l’épidémie, pour assurer la sécurité et protéger la santé de tous les personnels, le CHSCTM exige la mise en place du dépistage systématique comme le préconise l’OMS... »

Après deux mois de confinement, il ne faudrait pas que la « nouvelle étape » du 11 mai soit en réalité le début d’une nouvelle vague de l’épidémie. Il en va de la santé de tous.

Merci d’indiquer, lors de votre signature, si vous êtes professeur des écoles, enseignant dans le secondaire - collèges, lycées, LP - AESH, personnel administratif, CPE, AED, agent territorial, parent d’élève, élève...



Agenda

<<

2020

 

<<

Novembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2627282930311
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30123456
Aucun évènement à venir les 3 prochains mois

Sites favoris


7 sites référencés dans ce secteur

Brèves

Tracts pour la grève du 10 novembre 2020 :...

vendredi 6 novembre

Tracts pour la grève du 10 novembre 2020 :
TRACT ROUEN
TRACT LE HAVRE
TRACT DIEPPE
TRACT EVREUX

Lubrizol : 1 an après on oublie pas ! Réunion publique le 25 septembre, manifestation le 26 septembre

mardi 8 septembre

Réunion publique d’information sous chapiteau Vendredi 25 septembre 2020 de 18 à 20h A la Friche Lucien, place Carnot, ROUEN
Jeudi MANIFESTATION Samedi 26 septembre 13h30 Rendez-vous devant : LUBRIZOL (quai de France)

Télécharger et diffuser :

Ecoles Delaunay en action le 22 janvier 2020 pour revenir en REP+

jeudi 23 janvier

Lors de l’animation pédagogique du mercredi 22 janvier 2020 sur « les élèves à besoins particuliers », les enseignants ont rappelé leur exigence de classer les écoles maternelle Delaunay-Laurencin et élémentaire Sonia Delaunay de Dieppe (Val Druel) en REP+. En effet, elles sont sorties de l’Éducation Prioritaire en 2014 et ont été exclues des dispositifs REP et REP+ alors qu’elles répondent à tous les critères pour être classées en REP+. Son rang (64ème) au niveau académique la situe au même niveau que les écoles de REP+ du Havre ou de Rouen Nord.

Tous les enseignant·e·s des deux écoles sont venu·e·s avec un tee-shirt rappelant leur exigence et ont pris la parole en début d’animation. À l’issue de l’animation, l’urne était disponible pour pouvoir faire voter au référendum d’initiative populaire.

La CGT Éduc’action 76 soutient les collègues dans leurs actions.

Motion de soutien aux salariés de la Chapelle d’Arblay

mercredi 18 septembre 2019

Les camarades de la CGT Educ’action Haute-Normandie réunis en Assemblée générale de rentrée le 16 septembre 2019 à Maromme expriment leur soutien aux salariés de la Chapelle Darblay, menacés de licenciement.
Dans le secteur privé, les fermetures de site et les plans de licenciement se multiplient. Dans les services publics, ce sont les suppressions de postes massives et la dégradation des conditions de travail.
De plus, la réforme des retraites est une attaque contre l’ensemble des salariés.

  • Zéro licenciement !
  • Non à la fermeture des sites !
  • Non à la casse des services publics !
  • Non à la réforme des retraites ! Luttons tous ensemble !

Motion adoptée à l’unanimité par l’AG des syndiqué-e-s CGT éduc’action Rouen

Fusion des académies : j’habite à Evreux, pourra-t-on me nommer à Cherbourg ?

vendredi 13 septembre 2019

La lettre de cadrage pour la fusion des académies de Caen et Rouen certifiait que la gestion des personnels enseignants ne serait pas impacté jusqu’en 2022 (Mais en 2018 on nous jurait que la fusion n’était pas encore décidée). A en croire M. le Ministre, jusqu’à cette ce cas de figure n’existera pas. Mais après 2022 ça devient tout à fait possible pour les personnels du second degré. Le Rectorat a tout intérêt à ce que la souplesse et la mobilité des personnels soient maximales. Et avec l’affaiblissement du rôle des CAPA il sera encore plus compliqué d’influer sur les choix des services académiques, sans oublier que pour les contractuels ce « contrôle » est inexistant.

Une fusion des académies pour fermer des sections !

vendredi 13 septembre 2019

Le Rectorat et la Région Normandie lancent la réflexion pour une nouvelle carte de formation à la rentrée de septembre 2020. Ca ne sent pas bon du tout ! L’académie et la région de Normandie auront, si nous ne faisons pas reculer le Ministère, le même périmètre au 1° janvier. Les filières de formation, frontalières pour le moment, ou seulement identiques, seront à la prochaine rentrée dans la même académie. Ce sera une très bonne excuse pour fusionner et fermer par ci par là et pour récupérer les postes.