Covid19 : quelles vraies mesures de protection des travailleurs ?

vendredi 8 mai 2020
par  Stéphane Legardinier
popularité : 1%

Indispensable à lire et fondé sur la législation, l’expertise du collectif santé/travail de l’union départementale CGT.

1/ Supprimer le risque de contamination

Les principes généraux de prévention du code du travail1 imposent à l’employeur de supprimer le risque.
La règle générale doit donc être le maintien du confinement et du télétravail pour toutes les activités non essentielles dans la lutte contre le COVID, seul moyen d’éviter le risque de contamination.

2 /L’insuffisance de la distanciation à 1 mètre

La distance minimale censée protéger du risque de contamination a été estimée à un mètre en France, mais il faut bien expliquer que c’est un compromis voulu par les autorités et pas une distance validée scientifiquement. Pour l’illustrer, elle est de 2 mètres au Quebec, au Royaume Uni et en Suisse, de 1,5 mètre en Allemagne et en Belgique de 6 pieds soit 1,8 mètres aux USA.
Dans son avis d’expert, Santé Publique France indiquait en mai 2019 que la transmission de gouttelettes émises lors de la toux se faisait dans un rayon d’action de 2 mètres et 2,5 mètres.

D’autres travaux scientifiques notamment ceux de la chercheuse Lydia Bourouiba, publié le 26 mars 2020 mettent en évidence le risque de contamination par effet aérosol dans un rayon d’environ 6 mètres et insistent sur la nécessité de protéger la population et les travailleurs par des masques FFP2. Par ailleurs, l’avis du conseil scientifique du gouvernement n’exclut pas la transmission par aérosol.
Dans un avis de l’Académie nationale de Médecine du 25 avril 2020, celle-ci recommande « d’établir des distances de sécurité de 2 mètres minimum entre deux personnes, réductibles à 1 mètre pour se croiser, mais sans s’arrêter ni discuter  »
Il faut apprécier cette « règle » de distance en toutes circonstances, en incluant la circulation dans les couloirs, y compris en cas d’incident, lorsqu’il faut intervenir à deux pour dépanner, déplacer des objets lourds, pour des raisons de sécurité où on ne doit pas être tout seul, etc….

3 /La question des masques

Contrairement à ce qu’a indiqué le gouvernement début mars sur « l’inutilité des masques », ceux-ci sont indispensables pour éviter les contaminations dès lors qu’ils sont efficaces.
Pour masquer la pénurie, patrons et gouvernements font aussi de la désinformation sur les types de masques.
Les seuls masques véritablement protecteurs sont les masques FFP2 et FFP3 :
Avant les mensonges de PENICAUD, VERAN, PHILIPPE ET MACRON, le Ministère du travail a toujours recommandé le port de masques FFP2 comme le démontre la circulaire Ministère du travail DGT du 3 juillet 2009 concernant le risque de pandémie : « La première recommandation d’ordre sanitaire a trait à l’utilisation d’équipements de protection individuelle de type masques FFP2, destinés à protéger les personnes qui les portent. »

Les masques FFP2 filtrent à minima 94 % des particules de 0,6μm.
Le masque FFP3, ce dernier étant connu initialement contre l’amiante offre encore un meilleur niveau de protection. Le problème, c’est que c’est celui où il y a le plus de pénurie.

Pour le masque dit chirurgical, sa fonction est de protéger les patients et non le porteur du masque. On peut dire que sa fonction est l’inverse des FFP2. Il existe plusieurs types qui doivent correspondre à la norme NF EN 14683 :
Type I : 95 % des particules de 3 μm
Type II : 98 % des particules de 3 μm
Type IIR : 98 % des particules de 3 μm + protection contre les éclaboussures
Les masques chirurgicaux ne sont pas des équipements de protection individuelle au sens du code du travail. Attention à la confusion entre masques chirurgicaux, la marque CE conforme à la norme NF EN 14683 doit être indiqué sur la boite et des masques non sanitaires dits « grands publics ».

Les masques « grands publics » n’offrent aucune garantie d’efficacité :
Le 1er Ministre a menti une nouvelle fois en déclarant lors de la conférence de presse du 19 avril que : « Les masques grand public nous paraissent, après étude, après certification, après normalisation, être à même de garantir la sécurité sanitaire de ceux qui en disposent. »
A ce jour, les masques « grands publics » ne font l’objet d’aucune norme et d’aucune certification mais d’une simple spécification de l’AFNOR.

La seule étude randomisée comparant l’efficacité des masques tissus à celle des masques chirurgicaux, a été publiée dans le British Medical Journal en 2015. Elle concluait que « la pénétration des masques en tissu par des particules était de près de 97 % et [pour] les masques médicaux de 44 % ».
« La rétention d’humidité, la réutilisation des masques en tissu et une mauvaise filtration peuvent entraîner un risque accru d’infection  », signalait la revue.
Pour leur part, la Société française des sciences de la stérilisation (SF2F) et la Société française d’hygiène hospitalière (SF2H) ont publié le 21 mars une recommandation déconseillant formellement l’usage de masques en tissu comme « solutions palliatives pour couvrir les besoins des soignants et des usagers des établissements ». «  Il n’existe pas de preuve scientifique de l’efficacité des masques en tissu », insiste cet avis.
Le propre Conseil scientifique du gouvernement indique dans son avis du 20 avril que « nous n’avons pas de données solides actuellement sur l’efficacité des masques alternatifs » 

- Consultation des représentants du personnel sur les masques :
Pour rappel, il existe une obligation de consultation préalable du CSE et des CHSCT de la fonction publique sur « les conditions dans lesquelles les équipements de protection individuelle sont mis à disposition et utilisés ». Il faut exiger la transmission des notices de l’ensemble des types de masques utilisés et les modalités de la formation obligatoire

- Durée du port des masques :
Concernant les appareils de protection respiratoire (masques) vis-à-vis du risque biologique, l’INRS recommande dans sa fiche de juillet 2019 de « limiter à 1h la durée de port en continu »
L’organisation du travail doit donc être revue pour un passage aux vestiaires / sanitaires toute les 55 minutes max et en respectant une grande distanciation lors du changement de masque.

ATTENTION : Les protections de type plexiglass ou encore visière sont INSUFFISANTES pour se protéger compte tenu de la propagation sous forme aérosol en plus des gouttelettes.

4 / La question de la désinfection des locaux, de l’outillage, des claviers….

La durée de vie du virus sur des contacts de surface peut aller jusqu’à 9 jours.
Compte tenu du risque de contamination par contact, en portant des mains ou gants souillés au visage, il est nécessaire de procéder au nettoyage des sols, sanitaires et de tous les points de contacts par un produit virucide.
Il existe un temps de contact minimum à respecter entre le produit et la surface pour que le caractère virucide du produit utilisé fasse effet. Exiger la transmission des fiches techniques, cette durée peut être comprise entre 5 et 30 minutes !

Fréquence de Nettoyage :
Le guide BTP validé par le Ministère du travail indique « Les surfaces de contact les plus usuelles (portes, rampes d’escalier, fenêtres et tout autre équipement où l’on peut poser les mains, toilettes, y compris toilettes mobiles) doivent être nettoyées toutes les deux heures »
Les produits utilisés (demander la fiche technique et la fiche de danger de données de sécurité) doivent correspondre à la norme EN 14 476 ou à défaut des produits comprenant 62-71% d’éthanol (alcool modifié à 70) ou de l’hypochlorite de sodium (eau de javel) de 0,1% à 0.5% (dilué dans de l’eau froide)

Que faut-il nettoyer ?
Sols, sanitaires, rambardes d’escalier, bouton d’ascenseur, ensemble des équipements mutualisés (photocopieur, poignée de porte, bouton d’ascenseur, voitures, engins, machines….) En GROS, partout où on pose les mains lors du travail !

ATTENTION : ne pas passer l’aspirateur sur les moquettes car cela crée un effet aérosol.
Quand la prestation de nettoyage est sous-traitée il faut impérativement exiger :
La réalisation d’une nouvelle inspection préalable commune compte tenu des nouvelles modalités de nettoyage
La mise à jour du plan de prévention intégrant le risque biologique COVID 19. Le plan de prévention est obligatoirement écrit même si la durée de l’intervention est inférieure à 400 heures.

Quid des vestiaires et sanitaires ?
Le coronavirus résiste plusieurs jours en milieu humide.
Par conséquent des dispositions d’hygiène exceptionnelles doivent être mises en place. Pour les sanitaires, une désinfection à chaque utilisation. Idem pour les douches. Un passage dans le vestiaire réalisé à tour de rôle pour conserver une bonne distance de sécurité.

5/ La ventilation :

Le risque lié à la ventilation nécessite d’être investiguer.
L’INRS préconise l’arrêt du recyclage d’air.
Les représentants du personnel doivent exiger à consulter la consigne d’utilisation des ventilations ainsi que le dernier rapport de vérification datant de moins de 6 mois.


Agenda

<<

2020

 

<<

Mai

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
27282930123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Aucun évènement à venir les 3 prochains mois

Sites favoris


1 site référencé dans ce secteur

Brèves

Justice - La taxe de 35 euros enfin supprimée

dimanche 4 août 2013

L’instauration d’un timbre fiscal de 35 €, décidée par le Gouvernement en 2011 et applicable depuis octobre 2011, pour toutes instances introduites devant les juridictions civiles, sociales, administratives et prud’homales, remet en cause l’accès au juge pour des milliers de salariés.

Comme nous l’avions prévu, cette taxe a entraîné une baisse conséquente des contentieux judiciaires, nombreux justiciables ayant renoncé à leur droit.

12 organisations, à l’initiative de la CGT se sont prononcées contre cette taxe. Après des mois de lutte nous avons enfin été entendus.

Christiane Taubira, Garde des sceaux, Ministre de la Justice, a annoncé, le 23 juillet 2013, la suppression, dans le projet de loi de finances pour 2014, de cette taxe.

Nous nous félicitons de cette décision obtenue grâce aux multiples manifestations dont une pétition nationale.

Montreuil, le 29 juillet 2013

Motion de la CGT Renault Cléon à propos de la défense des retraites

mardi 25 juin 2013

Texte de la motion votée à l’unanimité par la Commission exécutive du Syndicat CGT Renault Cléon à propos de la mobilisation contre la prochaine réforme des retraites.
Dès la fin septembre – début octobre, le gouvernement soumettra au parlement un projet de loi modifiant les conditions de départ à la retraite et abaissant le niveau des pensions des retraités, aggravant les effets de la réforme imposée par le gouvernement Sarkozy en 2010.
Ce qui laisse très peu de temps pour construire un rapport de force suffisant pour imposer l’abandon de ce projet de réforme.
Réuni en Commission exécutive, ce vendredi 21 juin, le syndicat CGT Renault Cléon appelle le bureau confédéral de la CGT :
- à proposer dès le début juillet une première date de mobilisation nationale pour les premiers jours de septembre
- à inscrire très clairement cette première date de mobilisation dans la perspective d’un blocage de l’économie, à la différence de la stratégie qui a conduit à l’échec de la mobilisation pour les retraites de 2010.

Voté à l’unanimité des 28 membres présents de la Commission exécutive

Projet de loi sur l’égalité femmes/hommes Pour la CGT le compte n’y est pas

mercredi 12 juin 2013

La Ministre des droits des femmes a présenté ce lundi en conseil supérieur pour l’égalité professionnelle le projet de loi pour l’égalité entre les femmes et les hommes. La CGT considère que ce projet de loi doit être un levier historique pour enfin atteindre l’égalité réelle entre les femmes et les hommes et sera particulièrement exigeante quant à son contenu.
Lire la suite du communiqué de la Confédératio}

Garantie Individuelle de Pouvoir d’Achat (GIPA) 2013

mercredi 8 mai 2013

Consultez, ci-contre, la fiche de calcul de la GIPA versée en 2013 réalisée par la CGT Fonction Publique. Cette fiche permet à tou
un chacun de savoir s’il a droit à la GIPA et, si oui, quel en sera le montant. La fiche permet aussi decalculer la perte réelle hors GVT ("glissement vieillesse-technicité") subie par tout agent de la Fonction Publique.

Les inégalités se creusent entre retraités

mercredi 24 avril 2013

Le niveau de vie des seniors est proche de celui des actifs. Les pensions des jeunes retraités progressent plus vite. Les revenus du patrimoine accentuent les écarts.
Lire la suite sur le site des Echos

Notre fiche de paie finance la Protection Sociale

jeudi 12 juillet 2012

Sur mon salaire brut on me prélève différents pourcentages, à mon employeur aussi : C’est le financement de « Notre protection sociale ». Toutes ces cotisations assises sur mon salaire vont dans le « pot commun » et quand j’ai un problème, je bénéficie de droits. C’est le salaire Socialisé. Les cotisations permettent d’assurer la protection sociale de TOUS car nous sommes tous des assurés sociaux ! C’est la solidarité
Lire le tract de la CGT Organismes sociaux

L’enseignement agricole veut "crever l’abcès" de la précarité

mardi 3 juillet 2012

A la veille d’une rencontre avec le nouveau ministre de l’agriculture, six syndicats de l’enseignement agricole font démarche commune pour obtenir un plan de titularisation des contractuels correspondant aux besoins et sortir des agents de la grande pauvreté liée à des statuts parfois illégaux.
Lire la suite sur le Café pédagogique

NouveVidéo : M. et Mme Pognon ne payent pas beaucoup de taxe d’habitation.lle brève

jeudi 29 décembre 2011

Retrouver M. et Mme Pognon avec le paiement de leur taxe d’habitation. Comme toujours, ils trouvent cela bien trop cher, et pourtant...
Voir la vidéo sur le site de la CGT Finances