Projets de loi autour du téléenseignement et des missions de direction d’école : propositions inacceptables.

Communiqué de l’Union nationale CGT éduc’action
jeudi 28 mai 2020
par  Luc De Chivré
popularité : 4%

Pendant la crise sanitaire, l’engagement et le dévouement des personnels ont permis de maintenir à flot les Services publics alors que nous subissions les effets des politiques libérales de casse de notre système (restrictions budgétaires, suppressions de postes, de lits dans les hôpitaux, externalisation et territorialisation, précarisation accrue des personnels, des missions, des locaux…). L’École a aussi dû s’adapter dans ce contexte et les personnels ont mis en place en urgence le maintien d’un lien entre les élèves et les apprentissages, loin du slogan ministériel de « continuité pédagogique ».

Un tel constat nous oblige à un changement d’orientation profond des politiques publiques pour qu’elles protègent mieux toutes les populations, mais les premières initiatives législatives sont très éloignées de cette priorité. En effet, une proposition de loi de la seule députée LR Frédérique Meunier veut rendre obligatoire, pour l’État, un enseignement à distance. Dans le même temps, une autre proposition de la députée LREM Cécile Rilhac envisage de modifier la fonction de direction d’école, qui, sans changer le statut (Professeur·e des écoles) des directeur·trices, leur donnerait autorité dans l’école sur les personnels et de nouvelles responsabilités en échange d’une augmentation de rémunération. La CGT Éduc’action dénonce ces deux propositions qui ressemblent étrangement aux volontés exprimées du ministre Blanquer et qui sont dangereuses pour l’École, les personnels et les usager·ères.

En effet, la crise a révélé qu’enseigner ne s’improvise pas et que cela ne pouvait pas se faire autrement qu’en présentiel, avec un contact humain, une interaction sociale et dans des situations d’apprentissage favorables (groupe d’élèves restreints). La « continuité pédagogique » l’a démontré : tout enseignement à distance via des outils numériques est illusoire car sources de profondes injustices sociales. Cette proposition est surtout un nouveau prétexte pour supprimer des postes.

De même, la CGT Éduc’action dénonce le désengagement de notre administration qui a poussé les directeur·trices à gérer seul·les cette crise avec l’aide des autres personnels de l’école. Ce n’est pas en transformant leurs missions et en leur donnant un rôle d’encadrement qu’on gagnera en efficacité. C’est surtout vouloir imposer un projet ministériel largement repoussé il y a peu par les personnels et la majorité des organisations syndicales.

La CGT Éduc’action estime que la priorité n’est pas aujourd’hui de jouer aux apprentis sorciers, mais bien au contraire d’imposer des propositions renforçant les Services publics, garants de plus de justice sociale. Pour la CGT Éduc’action, l’urgence est la tenue immédiate d’un collectif budgétaire extraordinaire afin de recruter massivement des personnels, améliorer les taux d’encadrement des élèves pour favoriser leurs conditions d’études et améliorer significativement les conditions de travail des personnels. L’urgence, c’est aussi de porter notre projet d’une direction d’école collégiale, avec du temps à disposition des équipes pédagogiques, avec des emplois de personnels administratifs sous statut public dans toutes les écoles, permettant la prise en charge des tâches administratives, mais aussi un conseil des maître·esses aux décisions souveraines.

Pour nous, les urgences sont là. A nous de les imposer.

Montreuil, le 27 mai 2020



Agenda

<<

2020

 

<<

Septembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
31123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
2829301234
Aucun évènement à venir les 3 prochains mois

Sites favoris


7 sites référencés dans ce secteur

Brèves

Lubrizol : 1 an après on oublie pas ! Réunion publique le 25 septembre, manifestation le 26 septembre

mardi 8 septembre

Réunion publique d’information sous chapiteau Vendredi 25 septembre 2020 de 18 à 20h A la Friche Lucien, place Carnot, ROUEN
Jeudi MANIFESTATION Samedi 26 septembre 13h30 Rendez-vous devant : LUBRIZOL (quai de France)

Télécharger et diffuser :

Ecoles Delaunay en action le 22 janvier 2020 pour revenir en REP+

jeudi 23 janvier

Lors de l’animation pédagogique du mercredi 22 janvier 2020 sur « les élèves à besoins particuliers », les enseignants ont rappelé leur exigence de classer les écoles maternelle Delaunay-Laurencin et élémentaire Sonia Delaunay de Dieppe (Val Druel) en REP+. En effet, elles sont sorties de l’Éducation Prioritaire en 2014 et ont été exclues des dispositifs REP et REP+ alors qu’elles répondent à tous les critères pour être classées en REP+. Son rang (64ème) au niveau académique la situe au même niveau que les écoles de REP+ du Havre ou de Rouen Nord.

Tous les enseignant·e·s des deux écoles sont venu·e·s avec un tee-shirt rappelant leur exigence et ont pris la parole en début d’animation. À l’issue de l’animation, l’urne était disponible pour pouvoir faire voter au référendum d’initiative populaire.

La CGT Éduc’action 76 soutient les collègues dans leurs actions.

Motion de soutien aux salariés de la Chapelle d’Arblay

mercredi 18 septembre 2019

Les camarades de la CGT Educ’action Haute-Normandie réunis en Assemblée générale de rentrée le 16 septembre 2019 à Maromme expriment leur soutien aux salariés de la Chapelle Darblay, menacés de licenciement.
Dans le secteur privé, les fermetures de site et les plans de licenciement se multiplient. Dans les services publics, ce sont les suppressions de postes massives et la dégradation des conditions de travail.
De plus, la réforme des retraites est une attaque contre l’ensemble des salariés.

  • Zéro licenciement !
  • Non à la fermeture des sites !
  • Non à la casse des services publics !
  • Non à la réforme des retraites ! Luttons tous ensemble !

Motion adoptée à l’unanimité par l’AG des syndiqué-e-s CGT éduc’action Rouen

Fusion des académies : j’habite à Evreux, pourra-t-on me nommer à Cherbourg ?

vendredi 13 septembre 2019

La lettre de cadrage pour la fusion des académies de Caen et Rouen certifiait que la gestion des personnels enseignants ne serait pas impacté jusqu’en 2022 (Mais en 2018 on nous jurait que la fusion n’était pas encore décidée). A en croire M. le Ministre, jusqu’à cette ce cas de figure n’existera pas. Mais après 2022 ça devient tout à fait possible pour les personnels du second degré. Le Rectorat a tout intérêt à ce que la souplesse et la mobilité des personnels soient maximales. Et avec l’affaiblissement du rôle des CAPA il sera encore plus compliqué d’influer sur les choix des services académiques, sans oublier que pour les contractuels ce « contrôle » est inexistant.

Une fusion des académies pour fermer des sections !

vendredi 13 septembre 2019

Le Rectorat et la Région Normandie lancent la réflexion pour une nouvelle carte de formation à la rentrée de septembre 2020. Ca ne sent pas bon du tout ! L’académie et la région de Normandie auront, si nous ne faisons pas reculer le Ministère, le même périmètre au 1° janvier. Les filières de formation, frontalières pour le moment, ou seulement identiques, seront à la prochaine rentrée dans la même académie. Ce sera une très bonne excuse pour fusionner et fermer par ci par là et pour récupérer les postes.