Déclaration au CHSCT spécial Covid du 1er juillet 2020

jeudi 2 juillet 2020
par  Stéphane Legardinier
popularité : 13%

Cette séance du CHSCT est la première en présence physique depuis le confinement. Nous espérons que cela se déroule mieux qu’en visio-conférence, modalité qui rend les échanges plus compliqués. Nous regrettons cependant que le nombre de participants soit réduit unilatéralement par la DSDEN et que les suppléants ne puissent pas siéger. Nous exigeons que les suppléants puissent assister aux prochaines séances du CHSCT comme cela s’est toujours fait.
Autre point, cette séance relève-t-elle d’un CHSCT ordinaire ou extraordinaire ? La question se pose puisque nous avons reçu une convocation seulement deux jours avant, soit lundi 29 juin, et avec un ordre du jour très réduit et non négocié avec le secrétaire du CHSCT. Sur les 17 points que le secrétaire du CHSCT avait envoyés à l’administration vendredi 19 juin, après avoir consulté les 4 syndicats représentés au CHSCT, 10 d’entre eux ont été purement et simplement retirés par l’Administration. Comme cela se fait-il ? Nous constatons également que tous les aspects ayant trait à l’épidémie Covid-19 sont résumés en un laconique « point de situation Covid » au lieu de ceux que le secrétaire avait communiqués : nombre de cas de Covid avérés ou suspectés et de décès éventuels ; liste des écoles, EPLE et services impactés ; nombre de personnels testés ; masques (état des stocks, types de masques) ; gel hydroalcoolique (état des stocks) ; protocole sanitaire des services ; préparation de la rentrée 2020 dans le contexte de l’épidémie ; communication du DUERP de la DSDEN, date et contenu de son actualisation ». Formalisme, nous rétorquera-t-on ? Non, toutes ces propositions sont légitimes et réglementaires et la suppression de ces points est très révélatrice du fait que le CHSCT ne peut pas jouer son rôle, faute de volonté hiérarchique et de moyens suffisants, à savoir : « 1° contribuer à la protection de la santé physique et mentale et de la sécurité ; 2° contribuer à l’amélioration des conditions de travail [...] ; 3° veiller à l’observation des prescriptions légales prises en ces matières. » (article 47 du décret 82-453).
Pour la CGT Educ’action, cette séance ainsi que celle du 20 mai ne sauraient être considérées comme ordinaires dans ces conditions : elles doivent se tenir en plus des trois séances minimales ordinaires annuelles parce qu’indépendamment de la crise du Covid, de nombreux autres dossiers et situations de travail sont laissés en suspens alors qu’ils doivent être examinés afin de recueillir l’avis du CHSCT. Nous déplorons par exemple que les travaux de la délégation d’enquête du CHSCT pour le lycée Val de Seine ne soient toujours pas achevés, loin s’en faut, plus d’un an après avoir débuté.
Par ailleurs, l’ordre du jour de la séance du 5 mars n’ayant pas été épuisé, nous demandons que les points non examinés le soient dans les meilleurs délais. En relisant les précédents PV de séance, nous déplorons le manque de suivi de certains dossiers ou d’engagements formulés en séance.

Plus généralement, le niveau de l’information délivrée au CHSCT demeure particulièrement problématique, en quantité et en qualité, ce qui entrave la capacité d’action de l’instance. Nous siégeons depuis 2015 au CHSCT départemental et ce dysfonctionnement majeur n’a pas connu d’amélioration significative. Pour ne prendre que des exemples récents, nous avons ainsi écrit au président du CHSCT pour connaître les mesures prises à la suite de plusieurs cas de Covid, avérés ou suspectés, dans des écoles ou un collège de Rouen ou de Fécamp. Nous avons également alerté sur l’état de santé des personnels des écoles de Quévreville-la-Poterie ou de Baqueville-en-Caux. Aucune réponse ne nous a été fournie. Pour le reste, nous apprenons bien plus de choses par voie de presse ou par les échanges que nous avons avec nos collègues de travail que par la DSDEN dont le niveau d’information communiqué directement au CHSCT entre deux séances est proche de zéro. Il en est ainsi des foyers de l’agglomération rouennaise ou d’autres communes du département pour lesquels aucune information n’a été communiquée au CHSCT.

En ce qui concerne les accidents de service, nous sommes contraints d’insister à nouveau pour obtenir toutes les informations utiles permettant d’en avoir connaissance au fur et à mesure qu’ils se produisent et de faire de la prévention, conformément aux conclusions du rapport de l’inspection du travail de janvier 2018. Le 20 mai dernier, nous avons demandé pour la énième fois en séance que la présidence du CHSCT apporte au CHSCT toutes les informations utiles permettant aux collègues d’être pris en charge correctement plutôt que de se perdre dans un véritable labyrinthe administratif.

Quant au registre santé et sécurité au travail dématérialisé, nous constatons le nombre élevé de fiches remplies par des personnels depuis la crise sanitaire, environ une centaine. Certaines d’entre elles sont véritablement alarmantes et en disent long sur la très forte dégradation des conditions de travail actuelles. Plusieurs éléments reviennent fréquemment : la surcharge de travail et l’épuisement professionnel des personnels, en particulier dans les écoles ; le manque de reconnaissance, le dénigrement dont les personnels ont fait l’objet dans la sphère médiatique et politique, et pire, le silence du ministre qui n’a pas daigné défendre les enseignants injustement calomniés ; le décalage énorme entre la communication ministérielle et les conditions de travail et d’application des protocoles sur le terrain. Bien sûr, seule une infime partie des innombrables situations de travail qui auraient pu être signalées ont fait l’objet d’une fiche SST. Mais cette augmentation est bien un signe qui ne trompe pas.

En conclusion, LA CGT EDUC’ACTION réaffirme les revendications suivantes :
- Des tests de dépistage réguliers et massifs pour l’ensemble des personnels et des élèves, mais aussi pour toute la population, et des moyens humains pour les effectuer, afin d’éviter des mesures trop restrictives.
- Des moyens de protection sanitaires gratuits, aux normes et en nombre suffisant pour tous.te.s : masques FFP2 et chirurgicaux, savon et gel hydro-alcoolique, produits virucides, installations et matériel en plexiglass, constitution de stocks afin d’être prêts en cas de rebond de l’épidémie, pour les personnels et les élèves, mais également pour toute la population.
- Le renforcement des moyens, du nombre et des prérogatives des CHSCT, ainsi que l’application de la réglementation, en particulier sur les enquêtes du CHSCT (article 5-7 et 53 du décret 82-453), ce qui n’est toujours pas le cas puisque le président du CHSCT départemental n’a diligenté aucune enquête suite à 7 droits d’alerte effectués très récemment par plusieurs membres du CHSCT.
- Le renforcement des moyens et des prérogatives de la médecine de prévention, des personnels chargés de la prévention à tous les niveaux, départemental et local, ainsi que l’application du Code du travail en matière de santé dans l’éducation nationale (suppression des risques professionnels, évaluation des risques professionnels, plans de prévention...).
- Un vrai travail d’anticipation et de préparation de la rentrée prochaine, d’évaluation des risques professionnels et d’actualisation des DUER, qui associe et donne la parole aux travailleur.ses.s et s’appuie sur leur expertise de terrain.
- La protection des personnels à risques et de ceux/celles dont un proche est à risques en leur permettant de ne pas se rendre sur leur lieu de travail.
- Des maxima de 15 élèves par classe, et moins en REP et REP+, toute l’année scolaire 2020/2021, de l’école au lycée, hors épidémie, afin de rattraper le retard scolaire de cette année, et de 10 élèves par classe si l’épidémie est toujours présente.
Pour ne pas perdre sa vie à la gagner !


Agenda

<<

2020

 

<<

Octobre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2829301234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930311
Aucun évènement à venir les 3 prochains mois

Sites favoris


1 site référencé dans ce secteur

Brèves

Justice - La taxe de 35 euros enfin supprimée

dimanche 4 août 2013

L’instauration d’un timbre fiscal de 35 €, décidée par le Gouvernement en 2011 et applicable depuis octobre 2011, pour toutes instances introduites devant les juridictions civiles, sociales, administratives et prud’homales, remet en cause l’accès au juge pour des milliers de salariés.

Comme nous l’avions prévu, cette taxe a entraîné une baisse conséquente des contentieux judiciaires, nombreux justiciables ayant renoncé à leur droit.

12 organisations, à l’initiative de la CGT se sont prononcées contre cette taxe. Après des mois de lutte nous avons enfin été entendus.

Christiane Taubira, Garde des sceaux, Ministre de la Justice, a annoncé, le 23 juillet 2013, la suppression, dans le projet de loi de finances pour 2014, de cette taxe.

Nous nous félicitons de cette décision obtenue grâce aux multiples manifestations dont une pétition nationale.

Montreuil, le 29 juillet 2013

Motion de la CGT Renault Cléon à propos de la défense des retraites

mardi 25 juin 2013

Texte de la motion votée à l’unanimité par la Commission exécutive du Syndicat CGT Renault Cléon à propos de la mobilisation contre la prochaine réforme des retraites.
Dès la fin septembre – début octobre, le gouvernement soumettra au parlement un projet de loi modifiant les conditions de départ à la retraite et abaissant le niveau des pensions des retraités, aggravant les effets de la réforme imposée par le gouvernement Sarkozy en 2010.
Ce qui laisse très peu de temps pour construire un rapport de force suffisant pour imposer l’abandon de ce projet de réforme.
Réuni en Commission exécutive, ce vendredi 21 juin, le syndicat CGT Renault Cléon appelle le bureau confédéral de la CGT :
- à proposer dès le début juillet une première date de mobilisation nationale pour les premiers jours de septembre
- à inscrire très clairement cette première date de mobilisation dans la perspective d’un blocage de l’économie, à la différence de la stratégie qui a conduit à l’échec de la mobilisation pour les retraites de 2010.

Voté à l’unanimité des 28 membres présents de la Commission exécutive

Projet de loi sur l’égalité femmes/hommes Pour la CGT le compte n’y est pas

mercredi 12 juin 2013

La Ministre des droits des femmes a présenté ce lundi en conseil supérieur pour l’égalité professionnelle le projet de loi pour l’égalité entre les femmes et les hommes. La CGT considère que ce projet de loi doit être un levier historique pour enfin atteindre l’égalité réelle entre les femmes et les hommes et sera particulièrement exigeante quant à son contenu.
Lire la suite du communiqué de la Confédératio}

Garantie Individuelle de Pouvoir d’Achat (GIPA) 2013

mercredi 8 mai 2013

Consultez, ci-contre, la fiche de calcul de la GIPA versée en 2013 réalisée par la CGT Fonction Publique. Cette fiche permet à tou
un chacun de savoir s’il a droit à la GIPA et, si oui, quel en sera le montant. La fiche permet aussi decalculer la perte réelle hors GVT ("glissement vieillesse-technicité") subie par tout agent de la Fonction Publique.

Les inégalités se creusent entre retraités

mercredi 24 avril 2013

Le niveau de vie des seniors est proche de celui des actifs. Les pensions des jeunes retraités progressent plus vite. Les revenus du patrimoine accentuent les écarts.
Lire la suite sur le site des Echos

Notre fiche de paie finance la Protection Sociale

jeudi 12 juillet 2012

Sur mon salaire brut on me prélève différents pourcentages, à mon employeur aussi : C’est le financement de « Notre protection sociale ». Toutes ces cotisations assises sur mon salaire vont dans le « pot commun » et quand j’ai un problème, je bénéficie de droits. C’est le salaire Socialisé. Les cotisations permettent d’assurer la protection sociale de TOUS car nous sommes tous des assurés sociaux ! C’est la solidarité
Lire le tract de la CGT Organismes sociaux

L’enseignement agricole veut "crever l’abcès" de la précarité

mardi 3 juillet 2012

A la veille d’une rencontre avec le nouveau ministre de l’agriculture, six syndicats de l’enseignement agricole font démarche commune pour obtenir un plan de titularisation des contractuels correspondant aux besoins et sortir des agents de la grande pauvreté liée à des statuts parfois illégaux.
Lire la suite sur le Café pédagogique

NouveVidéo : M. et Mme Pognon ne payent pas beaucoup de taxe d’habitation.lle brève

jeudi 29 décembre 2011

Retrouver M. et Mme Pognon avec le paiement de leur taxe d’habitation. Comme toujours, ils trouvent cela bien trop cher, et pourtant...
Voir la vidéo sur le site de la CGT Finances