EN GRÈVE ET EN MANIF LE 17 SEPTEMBRE !

appel intersyndical CGT éduc’action, SNES-FSU, SNUipp-FSU, SNUEP-FSU, FSU, SUD éducation
samedi 29 août 2020
par  Luc De Chivré
popularité : 4%

Les organisations CGT éduc’action, SNES-FSU, SNUipp-FSU, SNUEP-FSU, FSU et SUD éducation appellent à faire de la journée du 17 septembre une première journée de grève et mobilisation pour imposer le changement nécessaire.

ROUEN : 10h Cours Clémenceau
LE HAVRE : 10h00 devant la CCI
DIEPPE : 10h30 Gare
FECAMP : 14h30 Espace Henri Dunant

Une rupture profonde s’impose ! La rentrée sociale revêt un caractère tout à fait inédit à plus d’un titre. Aux conséquences humaines de la crise sanitaire, où les gouvernements de M. MACRON et de ses prédécesseurs sont responsables de milliers de morts, via leurs politiques de fermeture de lits ou en laissant des milliers de travailleurs en 1ère ligne sans masque de protection efficace, s’ajoutent des mesures régressives portées par le Gouvernement. Celles et ceux qui travaillent et produisent les richesses, dont les salariés qui ont été particulièrement exposés et mis à contribution pendant le confinement, sont les premiers à payer les velléités d’employeurs qui annoncent licenciements et délocalisations pour maintenir le versement de dividendes pour les actionnaires, alors même que le gouvernement leur offre de nouvelles exonérations de cotisations sociales et des baisses d’impôts sans aucune contrepartie ni contrôle.
Nos organisations condamnent toute nouvelle régression en matière de retraite et de protection sociale déjà programmées. L’urgence sociale impose aujourd’hui tout au contraire, de donner la priorité à la préservation et à la création en nombre d’emplois stables et qualifiés, à la sortie de la précarité, à l’augmentation des salaires, des traitements, des pensions et des minimas sociaux.
La fonction publique va payer le prix fort de cette politique et les attaques vont encore s’intensifier pour compenser les milliards offerts aux entreprises. Dans l’éducation Nationale, des 500 millions déjà insuffisants « promis » par Blanquer pour augmenter les salaires et atténuer les pertes liées à la réforme des retraites il ne reste au final que 400 millions. Côté postes, dans le second degré, Ministère et Rectorats ont entériné toutes les suppressions en plein confinement espérant faire passer la pilule en faisant l’aumône de 1600 postes au niveau national en premier degré.
Comment lutter contre les retards scolaires des enfants et des jeunes, le décrochage, les conditions de travail des personnels, la précarité et les risques de contamination dans les écoles et les établissements sans aucun moyen supplémentaire ? La rentrée scolaire s’est préparée en catastrophe, sans vrai matériel de protection en stock et avec des effectifs de classe surchargés. Le gouvernement favorise le patronat au lieu d’investir dans l’Education, dans la santé, dans les services publics. Il est pourtant possible de faire d’autres choix. L’Italie a décidé de distribuer quotidiennement 11 millions de masques pour les élèves et les personnels, a recruté au moins 50 000 personnels dans l’éducation à la rentrée et opté pour un plan de relance de 977 millions d’euros pour l’éducation.
A l’image des établissements et écoles de l’académie mobilisés dès la rentrée pour obtenir des ouvertures de classes, avec succès parfois, c’est la lutte qui nous fera gagner sur nos revendications.
Les organisations CGT éduc’action, SNES-FSU, SNUipp-FSU, SNUEP-FSU, FSU et SUD éducation appellent à faire de la journée du 17 septembre une première journée de grève et mobilisation pour imposer le changement nécessaire.

TOUS ENSEMBLE POUR GAGNER SUR NOS REVENDICATIONS :

  • Un recrutement de titulaires, très massif et en urgence, pour l’enseignement, l’entretien, la vie scolaire, les services sociaux et médico-scolaires, entre autres par la titularisation des précaires.
  • L’annulation des suppressions de postes et fermetures de classe. Un allègement conséquent des effectifs partout, de l’école au lycée.
  • La création d’un véritable statut dans la Fonction Publique pour les AESH et leur titularisation à temps plein DOUBLÉE d’une réelle formation initiale et continue.
  • Le rétablissement plein et entier des services publics et entreprises publiques. L’arrêt des privatisations.
  • La hausse des salaires (+ 300 € pour tous et toutes), des pensions, des minimas sociaux et des bourses.
  • Le rétablissement des libertés de rassemblement, de manifestation, l’annulation de toutes les sanctions contre les militants syndicaux.
  • La gratuité de tous les masques aux normes pour les personnels, les élèves et la population ; Des moyens de protection en stock ; la reconnaissance automatique des salariés exposés atteints du covid en maladie professionnelle ; la suppression des jours de carence ; la protection des personnels fragiles et de ceux qui ont à leur foyer une personne fragile face au COVID, en ne leur imposant pas un retour sur leur lieu de travail.
  • Le maintien et l’amélioration de tous les régimes de retraite. L’abandon du projet de régime universel par points.

et à 17h30 rassemblement de soutien aux collègues devant le collège Branly, le Grand Quevilly



Agenda

<<

2020

 

<<

Décembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
30123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031123
Aucun évènement à venir les 3 prochains mois

Sites favoris


7 sites référencés dans ce secteur

Brèves

Tracts pour la grève du 10 novembre 2020 :...

vendredi 6 novembre

Tracts pour la grève du 10 novembre 2020 :
TRACT ROUEN
TRACT LE HAVRE
TRACT DIEPPE
TRACT EVREUX

Lubrizol : 1 an après on oublie pas ! Réunion publique le 25 septembre, manifestation le 26 septembre

mardi 8 septembre

Réunion publique d’information sous chapiteau Vendredi 25 septembre 2020 de 18 à 20h A la Friche Lucien, place Carnot, ROUEN
Jeudi MANIFESTATION Samedi 26 septembre 13h30 Rendez-vous devant : LUBRIZOL (quai de France)

Télécharger et diffuser :

Ecoles Delaunay en action le 22 janvier 2020 pour revenir en REP+

jeudi 23 janvier

Lors de l’animation pédagogique du mercredi 22 janvier 2020 sur « les élèves à besoins particuliers », les enseignants ont rappelé leur exigence de classer les écoles maternelle Delaunay-Laurencin et élémentaire Sonia Delaunay de Dieppe (Val Druel) en REP+. En effet, elles sont sorties de l’Éducation Prioritaire en 2014 et ont été exclues des dispositifs REP et REP+ alors qu’elles répondent à tous les critères pour être classées en REP+. Son rang (64ème) au niveau académique la situe au même niveau que les écoles de REP+ du Havre ou de Rouen Nord.

Tous les enseignant·e·s des deux écoles sont venu·e·s avec un tee-shirt rappelant leur exigence et ont pris la parole en début d’animation. À l’issue de l’animation, l’urne était disponible pour pouvoir faire voter au référendum d’initiative populaire.

La CGT Éduc’action 76 soutient les collègues dans leurs actions.

Motion de soutien aux salariés de la Chapelle d’Arblay

mercredi 18 septembre 2019

Les camarades de la CGT Educ’action Haute-Normandie réunis en Assemblée générale de rentrée le 16 septembre 2019 à Maromme expriment leur soutien aux salariés de la Chapelle Darblay, menacés de licenciement.
Dans le secteur privé, les fermetures de site et les plans de licenciement se multiplient. Dans les services publics, ce sont les suppressions de postes massives et la dégradation des conditions de travail.
De plus, la réforme des retraites est une attaque contre l’ensemble des salariés.

  • Zéro licenciement !
  • Non à la fermeture des sites !
  • Non à la casse des services publics !
  • Non à la réforme des retraites ! Luttons tous ensemble !

Motion adoptée à l’unanimité par l’AG des syndiqué-e-s CGT éduc’action Rouen

Fusion des académies : j’habite à Evreux, pourra-t-on me nommer à Cherbourg ?

vendredi 13 septembre 2019

La lettre de cadrage pour la fusion des académies de Caen et Rouen certifiait que la gestion des personnels enseignants ne serait pas impacté jusqu’en 2022 (Mais en 2018 on nous jurait que la fusion n’était pas encore décidée). A en croire M. le Ministre, jusqu’à cette ce cas de figure n’existera pas. Mais après 2022 ça devient tout à fait possible pour les personnels du second degré. Le Rectorat a tout intérêt à ce que la souplesse et la mobilité des personnels soient maximales. Et avec l’affaiblissement du rôle des CAPA il sera encore plus compliqué d’influer sur les choix des services académiques, sans oublier que pour les contractuels ce « contrôle » est inexistant.

Une fusion des académies pour fermer des sections !

vendredi 13 septembre 2019

Le Rectorat et la Région Normandie lancent la réflexion pour une nouvelle carte de formation à la rentrée de septembre 2020. Ca ne sent pas bon du tout ! L’académie et la région de Normandie auront, si nous ne faisons pas reculer le Ministère, le même périmètre au 1° janvier. Les filières de formation, frontalières pour le moment, ou seulement identiques, seront à la prochaine rentrée dans la même académie. Ce sera une très bonne excuse pour fusionner et fermer par ci par là et pour récupérer les postes.