Région par région, pourquoi le nombre d’élèves contaminés donné par Blanquer est mensonger

article de Cédric Mathiot publié par le site Libération-Checknews le 11 novembre 2020
mardi 17 novembre 2020
par  Luc De Chivré
popularité : 21%

A lire sur cette question cruciale, cet article de Cécric Mathiot publié sur le site Libération-Checknews le novembre 2020. Soutenez la presse. Abonnez-vous.

Bonjour,

CheckNews a publié lundi un article sur le décalage considérable entre les chiffres de contaminations des élèves communiqués par le ministère de l’Education, et le nombre réel de jeunes testés, d’après les remontées des laboratoires. L’écart est colossal, révélant une sous-estimation massive par le ministère du nombre d’élèves contaminés. Là où Jean-Michel Blanquer évoquait 3 528 cas d’élèves positifs en France sur la semaine de la rentrée, les remontées des labos font état, selon la manière de calculer, de 7 à 12 fois plus de cas positifs chez les jeunes de 0 à 19 ans sur sept jours. Interrogé sur le décalage, le cabinet de Jean-Michel Blanquer se défend de minorer volontairement l’incidence de la maladie chez les élèves, et met en avant le fait que « les données communiquées par le ministère sont basées sur les déclarations des familles. »

Alors que les enseignants réclament un renforcement du protocole sanitaire en milieu scolaire, cette désinformation s’est aussi faite au niveau des académies. Le 6 novembre, la plupart d’entre elles ont communiqué dans leur région des chiffres, systématiquement rassurants, sur le nombre d’élèves contaminés. Ces données ont été largement diffusées dans la presse quotidienne régionale. Mais elles sont donc massivement sous-estimées. Plusieurs internautes nous ont demandé s’il était possible de faire ce travail comparatif région par région. Voici donc, pour chaque région, le nombre d’élèves contaminés selon les rectorats, et aussi le nombre de jeunes de 0 à 19 ans contaminés sur une semaine, cette fois d’après les données de Santé publique France. Notre méthode est expliquée en note (1).

A noter que les données de Santé publique France sur les contaminations sont disponibles par tranche d’âge. Pour les jeunes, nous avons les renseignements sur deux classes d’âge : de 0 à 9 ans et de 10 à 19 ans. Or, les jeunes de 0 à 19 ans testés positifs ne sont pas tous des élèves. Notamment les adolescents ou jeunes adultes qui ont fini le lycée, ou l’ont quitté précocement. De son côté, les rectorats comptent les élèves positifs (de la maternelle au lycée). Ce biais (qu’il est impossible de résoudre) peut être une raison (partielle) des écarts constatés entre les deux sources. Mais ne suffit évidemment pas à les expliquer, tant ils sont considérables.
Nouvelle Aquitaine

En Nouvelle-Aquitaine, les trois académies ont annoncé, le 6 novembre, les chiffres suivants :

Académie de Poitiers : 82 élèves positifs sur les sept derniers jours

Académie de Limoges : 20 élèves positifs les quatre derniers jours

Académie de Bordeaux : 96 élèves positifs les sept derniers jours

Au total, 198 élèves testés positifs sur la semaine précédant le 6 novembre.

Or, dans la région, selon Santé publique France, 406 enfants de 0 à 9 ans et 1 819 jeunes de 10 à 19 ans, ayant été prélevés la semaine du 26 octobre au 1er novembre, ont eu dans les jours suivants un résultat positif. Soit un total de 2 225 contaminations. Plus de 11 fois plus que les chiffres des rectorats.

Occitanie

En Occitanie, les deux académies ont annoncé, le 6 novembre, les chiffres suivants :

Académie de Toulouse : 185 élèves positifs sur les sept derniers jours

Académie de Montpellier : 104 élèves positifs sur les sept derniers jours

Au total : 289 élèves positifs sur la semaine précédant le 6 novembre.

Or, dans la région, selon Santé publique France, 526 enfants de 0 à 9 ans et 2 681 jeunes de 10 à 19 ans, prélevés la semaine du 26 octobre au 1er novembre, ont eu dans les jours suivants un résultat positif. Soit un total de 3 207. Plus de 11 fois plus que les chiffres des rectorats.

Provence-Alpes-Côte d’Azur

En région PACA, les deux académies ont annoncé les chiffres suivants :
Académie d’Aix-Marseille : 203 élèves sur les sept derniers jours.
Académie de Nice : 120 élèves testés positifs sur les sept jours précédant le 6 novembre, selon les données transmises par l’académie à CheckNews.
Soit pour la région un total de 323 élèves positifs sur la semaine précédant le 6 novembre.

Or, dans la région, selon Santé publique France, 568 enfants de 0 à 9 ans et 2 557 jeunes de 10 à 19 ans, prélevés la semaine du 26 octobre au 1er novembre, ont eu dans les jours suivants un résultat positif. Soit un total de 3 125. Près de 10 fois plus que les chiffres des rectorats.

Corse

L’académie de Corse a annoncé les chiffres suivants : 64 élèves contaminés recensés lors de la semaine de la rentrée.
Or, dans la région, selon Santé publique France, 35 enfants de 0 à 9 ans et 132 jeunes de 10 à 19 ans, prélevés la semaine du 26 octobre au 1er novembre, ont reçu dans les jours suivants un résultat positif. Soit un total de 167. Un peu moins de trois fois plus que les chiffres du rectorat.

Auvergne-Rhône-Alpes

En région Auvergne-Rhône-Alpes, les trois académies ont annoncé le 6 novembre les chiffres suivants :
Académie de Grenoble : 156 élèves positifs sur les sept derniers jours
Académie de Lyon : 127 élèves positifs depuis la rentrée
Académie de Clermont : 92 élèves positifs sur les sept derniers jours
Au total sur la région : 375 élèves positifs sur la semaine précédant le 6 novembre.

Or, dans la région, selon Santé publique France, 1 365 enfants de 0 à 9 ans et 7 423 jeunes de 10 à 19 ans, prélevés la semaine du 26 octobre au 1er novembre, ont reçu dans les jours suivants un résultat positif. Soit un total de 8 920. Presque 24 fois plus que les chiffres des rectorats.

Bourgogne-Franche-Comté

En région Bourgogne Franche-Comté, les deux académies ont annoncé le 6 novembre les chiffres suivants :
Académie de Dijon : 50 élèves positifs sur les 7 derniers jours
Académie de Besançon :50 élèves positifs sur les 7 derniers jours
Au total : 100 élèves positifs sur la semaine précédant le 6 novembre.

Or, dans la région, selon Santé publique France, 290 enfants de 0 à 9 ans et 1 578 jeunes de 10 à 19 ans, prélevés la semaine du 26 octobre au 1er novembre, ont reçu dans les jours suivants un résultat positif. Soit un total de 1 868. Presque 19 fois plus que les chiffres des rectorats.

Grand Est

En région Grand Est, les trois académies ont annoncé le 6 novembre les chiffres suivants :
Académie de Reims : 82 élèves positifs sur les sept derniers jours
Académie de Metz-Nancy : 263 élèves positifs sur les sept derniers jours
Académie de Strasbourg : 83 élèves positifs sur les sept derniers jours
Au total : 428 élèves positifs sur la semaine précédant le 6 novembre.

Or, dans la région, selon Santé publique France, 584 enfants de 0 à 9 ans et 2 727 jeunes de 10 à 19 ans, prélevés la semaine du 26 octobre au 1er novembre, ont reçu dans les jours suivants un résultat positif. Soit un total de 3 331. Presque 8 fois plus que les chiffres des rectorats.

Hauts de France

En région Hauts-de-France, seule une des deux académies a annoncé des chiffres le 6 novembre :
Académie d’Amiens : 130 élèves sur la semaine précédant le 6 novembre
Académie Lille : pas de données communiquées à notre connaissance.

L’académie de Lille n’ayant pas communiqué un nombre d’élèves contaminés, il est impossible de comparer avec les remontées des labos. On peut simplement souligner que les chiffres de Santé publique France sur les contaminations des jeunes dans les deux départements qui constitue l’académie de Lille (Nord et Pas-de-Calais) sont très importants. Dans ces départements, 892 enfants de 0 à 9 ans et 3 641 jeunes de 10 à 19 ans, prélevés la semaine du 26 octobre au 1er novembre, ont eu dans les jours suivants un résultat positif. Soit un total de 4 533.

Dans l’académie d’Amiens, regroupant les départements de l’Oise, la Somme et l’Aisne, 167 enfants de 0 à 9 ans et 820 jeunes de 10 à 19 ans, prélevés la semaine du 26 octobre au 1er novembre, ont reçu dans les jours suivants un résultat positif. Soit un total de 987 résultats positifs, selon Santé publique France. Presque 8 fois plus que les chiffres communiqués par le rectorat.

Ile-de-France

En région Ile-de-France, les trois académies ont annoncé le 6 novembre les chiffres suivants :
Académie de Paris : 238
Académie de Créteil : 213
Académie de Versailles : 241

Soit un total de 692 élèves testés positifs la semaine précédant le 6 novembre.

Or, dans la région, selon Santé publique France, 1 448 enfants de 0 à 9 ans et 6 712 jeunes de 10 à 19 ans, prélevés la semaine du 26 octobre au 1er novembre, ont reçu dans les jours suivants un résultat positif. Soit un total de 8 160. Presque 12 fois plus que les chiffres des rectorats.

Centre Val-de-Loire

En région Centre Val-de-Loire, l’unique académie d’Orléans a annoncé le 6 novembre les chiffres suivants : 185 élèves testés positifs sur la semaine.

Or, dans la région, selon Santé publique France, 151 enfants de 0 à 9 ans et 1 051 jeunes de 10 à 19 ans, prélevés la semaine du 26 octobre au 1er novembre, ont reçu dans les jours suivants un résultat positif. Soit un total de 1 202. Presque 7 fois plus que les chiffres du rectorat.

Pays de la Loire

En région Pays de la Loire, l’unique académie (Nantes) a annoncé les chiffres suivants : 132 élèves positifs sur la semaine précédant le 6 novembre

Or, dans la région, selon Santé publique France, 262 enfants de 0 à 9 ans et 1 601 jeunes de 10 à 19 ans, prélevés la semaine du 26 octobre au 1er novembre, ont reçu dans les jours suivants un résultat positif. Soit un total de 1 863. Presque 14 fois plus que les chiffres du rectorat.

Normandie

En région Normandie, l’unique académie a annoncé vendredi 6 novembre les chiffres suivants : 103 élèves positifs sur la semaine précédant le 6 novembre

Or, dans la région, selon Santé publique France, 305 enfants de 0 à 9 ans et 1 262 jeunes de 10 à 19 ans, prélevés la semaine du 26 octobre au 1er novembre, ont reçu dans les jours suivants un résultat positif. Soit un total de 1 567. Plus de 15 fois plus que les chiffres du rectorat.

Bretagne

En région Bretagne, l’unique académie (Rennes) a annoncé le 6 novembre les chiffres suivants : 179 élèves ayant eu un résultat positif sur la semaine

Or, dans la région, selon Santé publique France, 226 enfants de 0 à 9 ans et 893 jeunes de 10 à 19 ans, prélevés la semaine du 26 octobre au 1er novembre, ont reçu dans les jours suivants un résultat positif. Soit un total de 1 119. Plus de 6 fois plus que les chiffres du rectorat.

Nous n’avons trouvé aucune communication des académies d’outre-mer sur le nombre d’élèves positifs au 6 novembre. Voici toutefois, à partir des données de Santé publique France, le nombre de jeunes de 0 à 19 ans ayant été prélevés la semaine du 26 octobre au 1er novembre, et ayant eu un résultat positif les jours suivants.

Martinique : 102 (11 de 0 à 9 ans, 91 de 10 à 19 ans)
Réunion : 120 (25 de 0 à 9 ans, 95 de 10 à 19 ans)
Guyane : 13 (1 de 0 à 9 ans, 12 de 10 à 19 ans)
Guadeloupe : 20 (4 de 0 à 9 ans, 16 de 10 à 19 ans)
Mayotte : 42 (2 de 0 à 9 ans, 40 de 10 à 19 ans)

Cordialement

(1) Les données communiquées par les rectorats sur une semaine donnée correspondent aux résultats obtenus cette même semaine (pour des prélèvements ayant pu être réalisés la semaine précédente). Le 6 novembre, les rectorats ont ainsi communiqué sur le nombre de résultats positifs leur étant parvenus jusqu’à la veille à 13 heures. Il s’agit en majorité de résultats d’analyse de prélèvements ayant été effectués la semaine précédente, sachant qu’il faut un délai moyen de trois jours pour obtenir les résultats.

Santé publique France communique en revanche par date de prélèvement. Ainsi, pour une semaine donnée, on trouve sur le portail Geodes de l’agence sanitaire le nombre de personnes testées positives dont les prélèvements ont été effectués cette semaine-là. Ces données sont connues (le temps de l’analyse) avec un délai de trois jours à partir de la date de prélèvement. Par exemple, les chiffres du 4 et du 5 novembre ne seront connus que le 7 et le 8 (et seront susceptibles d’être actualisés plusieurs jours après, en cas de remontées tardives de résultats).

Pour plus de rigueur, nous avons choisi de tenir compte de ce point dans notre méthodologie. Ainsi, pour chaque région, nous comparons le nombre de résultats positifs recueillis sur la semaine par les académies, avec, pour les données SI-DEP, le nombre de jeunes qui ont été prélevés la semaine précédente (du 26 octobre au 1er novembre) et dont les résultats positifs sont donc parvenus ensuite, avec au minimum trois jours de décalage.
Cédric Mathiot



Agenda

<<

2020

 

<<

Novembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2627282930311
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30123456
Aucun évènement à venir les 3 prochains mois

Sites favoris


7 sites référencés dans ce secteur

Brèves

Tracts pour la grève du 10 novembre 2020 :...

vendredi 6 novembre

Tracts pour la grève du 10 novembre 2020 :
TRACT ROUEN
TRACT LE HAVRE
TRACT DIEPPE
TRACT EVREUX

Lubrizol : 1 an après on oublie pas ! Réunion publique le 25 septembre, manifestation le 26 septembre

mardi 8 septembre

Réunion publique d’information sous chapiteau Vendredi 25 septembre 2020 de 18 à 20h A la Friche Lucien, place Carnot, ROUEN
Jeudi MANIFESTATION Samedi 26 septembre 13h30 Rendez-vous devant : LUBRIZOL (quai de France)

Télécharger et diffuser :

Ecoles Delaunay en action le 22 janvier 2020 pour revenir en REP+

jeudi 23 janvier

Lors de l’animation pédagogique du mercredi 22 janvier 2020 sur « les élèves à besoins particuliers », les enseignants ont rappelé leur exigence de classer les écoles maternelle Delaunay-Laurencin et élémentaire Sonia Delaunay de Dieppe (Val Druel) en REP+. En effet, elles sont sorties de l’Éducation Prioritaire en 2014 et ont été exclues des dispositifs REP et REP+ alors qu’elles répondent à tous les critères pour être classées en REP+. Son rang (64ème) au niveau académique la situe au même niveau que les écoles de REP+ du Havre ou de Rouen Nord.

Tous les enseignant·e·s des deux écoles sont venu·e·s avec un tee-shirt rappelant leur exigence et ont pris la parole en début d’animation. À l’issue de l’animation, l’urne était disponible pour pouvoir faire voter au référendum d’initiative populaire.

La CGT Éduc’action 76 soutient les collègues dans leurs actions.

Motion de soutien aux salariés de la Chapelle d’Arblay

mercredi 18 septembre 2019

Les camarades de la CGT Educ’action Haute-Normandie réunis en Assemblée générale de rentrée le 16 septembre 2019 à Maromme expriment leur soutien aux salariés de la Chapelle Darblay, menacés de licenciement.
Dans le secteur privé, les fermetures de site et les plans de licenciement se multiplient. Dans les services publics, ce sont les suppressions de postes massives et la dégradation des conditions de travail.
De plus, la réforme des retraites est une attaque contre l’ensemble des salariés.

  • Zéro licenciement !
  • Non à la fermeture des sites !
  • Non à la casse des services publics !
  • Non à la réforme des retraites ! Luttons tous ensemble !

Motion adoptée à l’unanimité par l’AG des syndiqué-e-s CGT éduc’action Rouen

Fusion des académies : j’habite à Evreux, pourra-t-on me nommer à Cherbourg ?

vendredi 13 septembre 2019

La lettre de cadrage pour la fusion des académies de Caen et Rouen certifiait que la gestion des personnels enseignants ne serait pas impacté jusqu’en 2022 (Mais en 2018 on nous jurait que la fusion n’était pas encore décidée). A en croire M. le Ministre, jusqu’à cette ce cas de figure n’existera pas. Mais après 2022 ça devient tout à fait possible pour les personnels du second degré. Le Rectorat a tout intérêt à ce que la souplesse et la mobilité des personnels soient maximales. Et avec l’affaiblissement du rôle des CAPA il sera encore plus compliqué d’influer sur les choix des services académiques, sans oublier que pour les contractuels ce « contrôle » est inexistant.

Une fusion des académies pour fermer des sections !

vendredi 13 septembre 2019

Le Rectorat et la Région Normandie lancent la réflexion pour une nouvelle carte de formation à la rentrée de septembre 2020. Ca ne sent pas bon du tout ! L’académie et la région de Normandie auront, si nous ne faisons pas reculer le Ministère, le même périmètre au 1° janvier. Les filières de formation, frontalières pour le moment, ou seulement identiques, seront à la prochaine rentrée dans la même académie. Ce sera une très bonne excuse pour fusionner et fermer par ci par là et pour récupérer les postes.