Notre camarade VALENTIN condamné injustement pour usage de la liberté d’expression à l’encontre du Ministre DARMANIN.

communiqué du Collectif en solidarité avec les réprimé.e.s lors de la venue de Darmanin le 26 juillet 2020
lundi 14 décembre 2020
par  Luc De Chivré
popularité : 9%

Le 14 décembre 2020, le tribunal correctionnel de Rouen a décidé de condamner Valentin, militant CGT à 100 jours amende de 15€ pour outrage à personne dépositaire de l’autorité publique. En l’espèce, il lui était reproché d’avoir crié « DARMANIN violeur, sale violeur » le 26 juillet dernier à l’occasion de la venue du Ministre à St Etienne du Rouvray.
Cette peine est loin d’être dérisoire pour un ouvrier ajusteur dans l’automobile sachant qu’elle équivaut au montant d’un mois de salaire. Pire encore, chaque fraction de 15€ non payée entraine son incarcération pour une journée. C’est la démonstration que nous sommes face à une justice de classe !
Alors que le Ministre Darmanin multiplie les écrits mensongers et diffamatoires à l’encontre des nombreux manifestants pacifiques injustement arrêtés dans la manifestation de samedi dernier à Paris, les présentant comme « individus ultra-violents », la justice condamne lourdement Valentin qui a juste voulu exprimer sa colère face à nomination comme Ministre d’un responsable politique accusé de viol.
Si la présomption d’innocence doit être respectée, celle-ci ne peut avoir pour objet ou pour effet de limiter la liberté d’expression. Comme le souligne notamment Amnesty International, de nombreux.ses manifestant.es sont régulièrement condamné.es pour outrage sur la base d’une loi vague permettant surtout de limiter le droit d’expression pourtant reconnu par la Charte des Droits Fondamentaux de l’Union Européenne.
Cette lourde condamnation intervient dans un contexte où le droit des manifestants est remis en cause, tant à Rouen (interdiction de manifester en centre-ville, détention arbitraire par les forces de police, amende pour tapage diurne) qu’au niveau national par l’adoption en première lecture de la Loi Sécurité Globale.
Valentin a d’ores et déjà décidé de faire appel de cette décision scandaleuse.
La liberté d’expression, comme celle de manifester, constituent des droits fondamentaux dont nous ne pouvons accepter la remise en cause.

Nous exigeons :

  • L’annulation de la peine prononcée contre Valentin
  • La suppression des infractions « d’outrage à personne dépositaire de l’autorité publique » et « émission de bruit portant atteinte à la tranquillité du voisinage ou à la santé de l’homme » dans le cadre des manifestations
  • La fin de toutes les techniques illégales, nassage, privation de liberté, utilisées par les forces de l’ordre
  • La suspension immédiate du projet de Loi Sécurité Globale

Rouen, le 14 décembre 2020


Agenda

<<

2021

 

<<

Janvier

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
28293031123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Aucun évènement à venir les 3 prochains mois

Sites favoris


7 sites référencés dans ce secteur

Brèves

Lubrizol : 1 an après on oublie pas ! Réunion publique le 25 septembre, manifestation le 26 septembre

mardi 8 septembre 2020

Réunion publique d’information sous chapiteau Vendredi 25 septembre 2020 de 18 à 20h A la Friche Lucien, place Carnot, ROUEN
Jeudi MANIFESTATION Samedi 26 septembre 13h30 Rendez-vous devant : LUBRIZOL (quai de France)

Télécharger et diffuser :

Ecoles Delaunay en action le 22 janvier 2020 pour revenir en REP+

jeudi 23 janvier 2020

Lors de l’animation pédagogique du mercredi 22 janvier 2020 sur « les élèves à besoins particuliers », les enseignants ont rappelé leur exigence de classer les écoles maternelle Delaunay-Laurencin et élémentaire Sonia Delaunay de Dieppe (Val Druel) en REP+. En effet, elles sont sorties de l’Éducation Prioritaire en 2014 et ont été exclues des dispositifs REP et REP+ alors qu’elles répondent à tous les critères pour être classées en REP+. Son rang (64ème) au niveau académique la situe au même niveau que les écoles de REP+ du Havre ou de Rouen Nord.

Tous les enseignant·e·s des deux écoles sont venu·e·s avec un tee-shirt rappelant leur exigence et ont pris la parole en début d’animation. À l’issue de l’animation, l’urne était disponible pour pouvoir faire voter au référendum d’initiative populaire.

La CGT Éduc’action 76 soutient les collègues dans leurs actions.

Motion de soutien aux salariés de la Chapelle d’Arblay

mercredi 18 septembre 2019

Les camarades de la CGT Educ’action Haute-Normandie réunis en Assemblée générale de rentrée le 16 septembre 2019 à Maromme expriment leur soutien aux salariés de la Chapelle Darblay, menacés de licenciement.
Dans le secteur privé, les fermetures de site et les plans de licenciement se multiplient. Dans les services publics, ce sont les suppressions de postes massives et la dégradation des conditions de travail.
De plus, la réforme des retraites est une attaque contre l’ensemble des salariés.

  • Zéro licenciement !
  • Non à la fermeture des sites !
  • Non à la casse des services publics !
  • Non à la réforme des retraites ! Luttons tous ensemble !

Motion adoptée à l’unanimité par l’AG des syndiqué-e-s CGT éduc’action Rouen

Fusion des académies : j’habite à Evreux, pourra-t-on me nommer à Cherbourg ?

vendredi 13 septembre 2019

La lettre de cadrage pour la fusion des académies de Caen et Rouen certifiait que la gestion des personnels enseignants ne serait pas impacté jusqu’en 2022 (Mais en 2018 on nous jurait que la fusion n’était pas encore décidée). A en croire M. le Ministre, jusqu’à cette ce cas de figure n’existera pas. Mais après 2022 ça devient tout à fait possible pour les personnels du second degré. Le Rectorat a tout intérêt à ce que la souplesse et la mobilité des personnels soient maximales. Et avec l’affaiblissement du rôle des CAPA il sera encore plus compliqué d’influer sur les choix des services académiques, sans oublier que pour les contractuels ce « contrôle » est inexistant.

Une fusion des académies pour fermer des sections !

vendredi 13 septembre 2019

Le Rectorat et la Région Normandie lancent la réflexion pour une nouvelle carte de formation à la rentrée de septembre 2020. Ca ne sent pas bon du tout ! L’académie et la région de Normandie auront, si nous ne faisons pas reculer le Ministère, le même périmètre au 1° janvier. Les filières de formation, frontalières pour le moment, ou seulement identiques, seront à la prochaine rentrée dans la même académie. Ce sera une très bonne excuse pour fusionner et fermer par ci par là et pour récupérer les postes.