Fortes odeurs d’hydrocarbures dans la Métropole Rouen Normandie les 1er et 2 janvier 2021 : LUBRIZOL – MULTISOL Coupables, ETAT Complice

Communiqué de la CGT de Seine-Maritime
jeudi 7 janvier 2021
par  Luc De Chivré
popularité : 4%

Les médias locaux ont relayé les nombreux signalements d’odeurs relatés par les habitants depuis vendredi 1er janvier 2021.

Alors que de nombreux plaignants faisant pourtant référence à des odeurs qui ressemblaient fortement à LUBRIZOL, les services du Préfet Pierre André DURAND diffusaient un communiqué indiquant que ces nuisances : « proviennent essentiellement des sources locales notamment le chauffage au bois et des chaudières qui sont fortement sollicitées en ce moment au regard des températures basses ».

Une nouvelle fois les services de la préfecture diffusent des informations erronées sans même faire rechercher les possibles sources de cette nouvelle pollution.

Il n’était pourtant pas difficile de mener l’enquête lorsqu’on sait qu’une partie des produits fabriqués par la célèbre usine LUBRIZOL de Rouen est désormais conditionnée sur le site de l’entreprise MULTISOL INTERNATIONAL SERVICE située à Saint Etienne du Rouvray.

Selon les éléments recueillis par l’Union Départementale CGT de Seine Maritime, les odeurs perçues depuis le 1er janvier 2021 proviennent d’un dysfonctionnement extrêmement grave sur le site. Ainsi, dans la nuit du 31 décembre au 1er janvier 2021, un mélangeur équipé d’un système de chauffage contenant des produits LUBRIZOL est monté anormalement en température dégageant de fortes fumées. Il apparait que nous sommes passés très près d’un incendie extrêmement important, d’une nouvelle catastrophe industrielle.

C’est la démonstration, soit de l’absence de tout système de sécurité empêchant une telle défaillance ou alors de son dysfonctionnement qui aurait dû être repéré et corrigé. Comment est-possible que les services de l’Etat n’aient pas vérifié ces éléments avant d’autoriser LUBRIZOL à sous-traiter cette activité à MULTISOL dans le cadre de la reprise d’activité ?

Il apparait que la société MULTISOL cherche à cacher cet incident grave qui nous interroge une nouvelle fois sur la capacité des industriels à produire tout en protégeant la santé des salariés et des riverains.

Lors des deux décisions de reprise d’activité de LUBRIZOL prises par le préfet DURAND, nous avions insisté, sans succès, pour connaitre les conditions exactes dans lesquels les activités d’enfutage et stockage.

Plus de quinze mois après l’incendie LUBRIZOL, comment est-il possible qu’un tel incident se réalise alors que l’entreprise est connue pour être l’un des sous-traitants de LUBRIZOL pour la mise en fûts des produits fabriqués par le géant américain ? Après l’incendie du 26 septembre 2019, au plus haut niveau de l’Etat, les ministres se sont engagés au « plus jamais ça ».

Depuis plus de quinze mois, la CGT alerte sur les incidents à répétition dans les sites SEVESO du département sans être entendue par la préfecture, la DREAL ou la DIRECCTE. Faudra-t-il un nouveau LUBRIZOL ou un nouveau AZF pour que le gouvernement impose clairement aux industriels la mise en œuvre de mesures de protection des salariés et des populations ?

Nous exigeons :

  • La mise en place d’une enquête immédiate associant les organisations syndicales et de défense de l’environnement
  • Le retour des CHSCT y compris dans les entreprises de moins de 50 salariés
  • L’interdiction de la sous-traitance dans les industries à risques
  • La transparence par la diffusion sur internet des courriers, rapports, décisions, des services de l’État adressés aux industriels
  • L’obligation de pompiers professionnels d’entreprise dans tous les établissements classés
  • L’abrogation des mesures de déréglementation concernant le code de l’environnement et le code du travail
  • Le renforcement des moyens humains et juridiques des services de l’inspection du travail, des DREAL et du service prévention de la CARSAT, la poursuite systématique des procès-verbaux,
  • L’impunité zéro contre la délinquance en col blanc, la création de l’infraction de crime industriel dans le code pénal

Agenda

<<

2021

 

<<

Avril

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293012
Aucun évènement à venir les 3 prochains mois

Sites favoris


7 sites référencés dans ce secteur

Brèves

Lubrizol : 1 an après on oublie pas ! Réunion publique le 25 septembre, manifestation le 26 septembre

mardi 8 septembre 2020

Réunion publique d’information sous chapiteau Vendredi 25 septembre 2020 de 18 à 20h A la Friche Lucien, place Carnot, ROUEN
Jeudi MANIFESTATION Samedi 26 septembre 13h30 Rendez-vous devant : LUBRIZOL (quai de France)

Télécharger et diffuser :

Ecoles Delaunay en action le 22 janvier 2020 pour revenir en REP+

jeudi 23 janvier 2020

Lors de l’animation pédagogique du mercredi 22 janvier 2020 sur « les élèves à besoins particuliers », les enseignants ont rappelé leur exigence de classer les écoles maternelle Delaunay-Laurencin et élémentaire Sonia Delaunay de Dieppe (Val Druel) en REP+. En effet, elles sont sorties de l’Éducation Prioritaire en 2014 et ont été exclues des dispositifs REP et REP+ alors qu’elles répondent à tous les critères pour être classées en REP+. Son rang (64ème) au niveau académique la situe au même niveau que les écoles de REP+ du Havre ou de Rouen Nord.

Tous les enseignant·e·s des deux écoles sont venu·e·s avec un tee-shirt rappelant leur exigence et ont pris la parole en début d’animation. À l’issue de l’animation, l’urne était disponible pour pouvoir faire voter au référendum d’initiative populaire.

La CGT Éduc’action 76 soutient les collègues dans leurs actions.

Motion de soutien aux salariés de la Chapelle d’Arblay

mercredi 18 septembre 2019

Les camarades de la CGT Educ’action Haute-Normandie réunis en Assemblée générale de rentrée le 16 septembre 2019 à Maromme expriment leur soutien aux salariés de la Chapelle Darblay, menacés de licenciement.
Dans le secteur privé, les fermetures de site et les plans de licenciement se multiplient. Dans les services publics, ce sont les suppressions de postes massives et la dégradation des conditions de travail.
De plus, la réforme des retraites est une attaque contre l’ensemble des salariés.

  • Zéro licenciement !
  • Non à la fermeture des sites !
  • Non à la casse des services publics !
  • Non à la réforme des retraites ! Luttons tous ensemble !

Motion adoptée à l’unanimité par l’AG des syndiqué-e-s CGT éduc’action Rouen

Fusion des académies : j’habite à Evreux, pourra-t-on me nommer à Cherbourg ?

vendredi 13 septembre 2019

La lettre de cadrage pour la fusion des académies de Caen et Rouen certifiait que la gestion des personnels enseignants ne serait pas impacté jusqu’en 2022 (Mais en 2018 on nous jurait que la fusion n’était pas encore décidée). A en croire M. le Ministre, jusqu’à cette ce cas de figure n’existera pas. Mais après 2022 ça devient tout à fait possible pour les personnels du second degré. Le Rectorat a tout intérêt à ce que la souplesse et la mobilité des personnels soient maximales. Et avec l’affaiblissement du rôle des CAPA il sera encore plus compliqué d’influer sur les choix des services académiques, sans oublier que pour les contractuels ce « contrôle » est inexistant.

Une fusion des académies pour fermer des sections !

vendredi 13 septembre 2019

Le Rectorat et la Région Normandie lancent la réflexion pour une nouvelle carte de formation à la rentrée de septembre 2020. Ca ne sent pas bon du tout ! L’académie et la région de Normandie auront, si nous ne faisons pas reculer le Ministère, le même périmètre au 1° janvier. Les filières de formation, frontalières pour le moment, ou seulement identiques, seront à la prochaine rentrée dans la même académie. Ce sera une très bonne excuse pour fusionner et fermer par ci par là et pour récupérer les postes.