Pour la défense de nos libertés Retrait de la loi de sécurité globale !

mercredi 13 janvier 2021
par  Luc De Chivré
popularité : 30%

Pour la liberté d’informer et d’être informés
la liberté d’expression
pour la liberté de manifester
MARCHE DES LIBERTES
ROUEN samedi 16 janvier 14h30 Théâtre des Arts
le HAVRE samedi 16 janvier 15h00 Hôtel de ville

Après les manifestations du 21 novembre du 28 novembre, qui ont réuni des centaines de milliers de personnes à l’appel de la coordination StopLoiSecuritéGlobale, une Marche des Libertés et des Justices s’est tenue partout en France samedi 5 décembre. Le mouvement pour la liberté d’ l’information et pour le respect de l’état de droit et de nos libertés ne cesse de croître.
On a beaucoup parlé de l’article 24 dont l’objectif est d’empêcher la diffusion par les journalistes, reporteurs-photo, reporteurs d’images, documentaristes, membres d’observatoires citoyens mais aussi quiconque, des violences commises par les policiers ou gendarmes, renforçant ainsi le sentiment d’impunité des policiers violents et de multiplier les violences contre les manifestantes et manifestants.
Malgré une mobilisation de très grande ampleur (500 000 manifestant-e-s en France, le 28 novembre), déployée dans un contexte d’état d’urgence sanitaire et de confinement, le gouvernement et les parlementaires se sont contentés d’effets d’annonce s’agissant de la réécriture de cet article 24. Texte que le sénat semble vouloir fusionner avec l’article 18 du projet de loi « confortant les principes républicains », précédemment nommée « contre le séparatisme ».
En outre la disparition de cet article 24, si elle se produit, ne retire pas tous les autres articles liberticides de cette loi.
La loi Sécurité Globale va beaucoup plus loin que cet article 24
Le déploiement massif des caméras mobiles et des drones, s’ajoutant aux caméras fixes déjà existantes, couplés aux systèmes de reconnaissance faciale permettront d’identifier les citoyennes et les citoyens, les militantes et militants des associations, des syndicats et des organisations politiques. Cela entraînerait une capacité de surveillance généralisée de l’espace public,ne laissant plus aucune place à l’anonymat essentiel au respect du droit à la vie privée et ne pouvant avoir qu’un effet coercitif sur la liberté d’expression et de manifestation.
Ces dispositions liberticides, la remise en cause des lois de 1881 sur la liberté de la presse, de 1901 sur le droit d’association, s’ajoutant au nouveau schéma national du maintien de l’ordre, sont une menace et doivent disparaître
Nous ne voulons pas d’une loi qui porte atteinte aux libertés fondamentales et au regard des citoyen.nes.
Nous refusons que la France soit le pays des violences policières et des atteintes à la liberté d’informer.
Nous ne voulons pas d’une société où l’État peut voir avec des drones et des caméras piétons, sans être vu. Nous soutenons que sans images diffusées par la société civile, les violences policières resteront impunies.
Nous rappelons que le droit français sanctionne les actes et non les intentions, comme le prévoit l’article 24 et d’autres projets de lois en discussion.
Nous refusons cette politique autoritaire et le basculement possible dans un état de police, nous ne resterons pas silencieux·ses ni assis·es !
Amplifions le mouvement en fédérant les syndicats, les collectifs, les associations, les organisations de défense des droits humains et toutes les citoyennes et les citoyens pour arriver demain au retrait de cette Loi Sécurité globale et après demain de toutes les autres lois liberticides
Pour la liberté d’informer et d’être informés
Pour la la liberté d’expression
Pour la liberté de manifester
MARCHE DES LIBERTES à Rouen samedi 16 janvier 14h30 Théatre des Arts



Agenda

<<

2021

 

<<

Janvier

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
28293031123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Aucun évènement à venir les 3 prochains mois

Sites favoris


7 sites référencés dans ce secteur

Brèves

Lubrizol : 1 an après on oublie pas ! Réunion publique le 25 septembre, manifestation le 26 septembre

mardi 8 septembre 2020

Réunion publique d’information sous chapiteau Vendredi 25 septembre 2020 de 18 à 20h A la Friche Lucien, place Carnot, ROUEN
Jeudi MANIFESTATION Samedi 26 septembre 13h30 Rendez-vous devant : LUBRIZOL (quai de France)

Télécharger et diffuser :

Ecoles Delaunay en action le 22 janvier 2020 pour revenir en REP+

jeudi 23 janvier 2020

Lors de l’animation pédagogique du mercredi 22 janvier 2020 sur « les élèves à besoins particuliers », les enseignants ont rappelé leur exigence de classer les écoles maternelle Delaunay-Laurencin et élémentaire Sonia Delaunay de Dieppe (Val Druel) en REP+. En effet, elles sont sorties de l’Éducation Prioritaire en 2014 et ont été exclues des dispositifs REP et REP+ alors qu’elles répondent à tous les critères pour être classées en REP+. Son rang (64ème) au niveau académique la situe au même niveau que les écoles de REP+ du Havre ou de Rouen Nord.

Tous les enseignant·e·s des deux écoles sont venu·e·s avec un tee-shirt rappelant leur exigence et ont pris la parole en début d’animation. À l’issue de l’animation, l’urne était disponible pour pouvoir faire voter au référendum d’initiative populaire.

La CGT Éduc’action 76 soutient les collègues dans leurs actions.

Motion de soutien aux salariés de la Chapelle d’Arblay

mercredi 18 septembre 2019

Les camarades de la CGT Educ’action Haute-Normandie réunis en Assemblée générale de rentrée le 16 septembre 2019 à Maromme expriment leur soutien aux salariés de la Chapelle Darblay, menacés de licenciement.
Dans le secteur privé, les fermetures de site et les plans de licenciement se multiplient. Dans les services publics, ce sont les suppressions de postes massives et la dégradation des conditions de travail.
De plus, la réforme des retraites est une attaque contre l’ensemble des salariés.

  • Zéro licenciement !
  • Non à la fermeture des sites !
  • Non à la casse des services publics !
  • Non à la réforme des retraites ! Luttons tous ensemble !

Motion adoptée à l’unanimité par l’AG des syndiqué-e-s CGT éduc’action Rouen

Fusion des académies : j’habite à Evreux, pourra-t-on me nommer à Cherbourg ?

vendredi 13 septembre 2019

La lettre de cadrage pour la fusion des académies de Caen et Rouen certifiait que la gestion des personnels enseignants ne serait pas impacté jusqu’en 2022 (Mais en 2018 on nous jurait que la fusion n’était pas encore décidée). A en croire M. le Ministre, jusqu’à cette ce cas de figure n’existera pas. Mais après 2022 ça devient tout à fait possible pour les personnels du second degré. Le Rectorat a tout intérêt à ce que la souplesse et la mobilité des personnels soient maximales. Et avec l’affaiblissement du rôle des CAPA il sera encore plus compliqué d’influer sur les choix des services académiques, sans oublier que pour les contractuels ce « contrôle » est inexistant.

Une fusion des académies pour fermer des sections !

vendredi 13 septembre 2019

Le Rectorat et la Région Normandie lancent la réflexion pour une nouvelle carte de formation à la rentrée de septembre 2020. Ca ne sent pas bon du tout ! L’académie et la région de Normandie auront, si nous ne faisons pas reculer le Ministère, le même périmètre au 1° janvier. Les filières de formation, frontalières pour le moment, ou seulement identiques, seront à la prochaine rentrée dans la même académie. Ce sera une très bonne excuse pour fusionner et fermer par ci par là et pour récupérer les postes.