Protocole sanitaire renforcé : Des moyens urgents pour son application !

samedi 6 février 2021
par  Luc De Chivré
popularité : 23%

Suite à l’apparition de nouveaux variants du virus de la COVID 19, le Ministre de l’Éducation Nationale vient d’imposer un nouveau protocole sanitaire renforcé qui doit s’appliquer au plus tard le lundi 8 février.
Concernant les masques, ce nouveau protocole ne répond toujours pas à une revendication que la CGT Éduc’action 76 porte depuis le début de la crise sanitaire et plus précisément depuis la sortie du 1er confinement le 11 mai 2020.
En effet, la CGT Éduc’action 76, privilégiant la prévention, a toujours revendiqué la distribution gratuite de masques réellement protecteurs et aux normes, chirurgicaux ou FFP2, pour tous, personnels et élèves. Elle n’a cessé de dénoncer, notamment lors du CHSCT-76 et lors de toutes les instances représentatives des personnels, le non-respect par l’employeur de ses obligations de moyens et de résultats en matière de santé ainsi que les mesures prises au coup par coup par le gouvernement, sans aucune anticipation.
En imposant aux familles, qui ont déjà dû s’équiper de masques depuis la rentrée de septembre, l’achat de nouveaux masques en tissu de catégorie 1 ou de masques chirurgicaux, le gouvernement fait une nouvelle fois porter le coût de la protection de la santé sur les citoyens eux-mêmes, entraînant pour nombre d’entre eux des conséquences financières non négligeables.
Cette décision et cette méthode nous interrogent. Comment contrôler la qualité du masque ? Qui le contrôle ? Que faire si un élève se présente à l’école ou dans un établissement scolaire avec un masque qui ne serait pas conforme au protocole sanitaire ? Pour la CGT Éduc’action 76, il n’est pas acceptable que les directeurs, les directrices, les enseignant·e·s, les chef·fe·s d’établissements soient contraint·e·s de faire un contrôle systématique, les mettant en difficulté face à des parents et des élèves déjà fortement inquiets.
Concernant la restauration scolaire, les nouvelles mesures entraînent une énième réorganisation des services et un bouleversement des emplois du temps des enseignements. Cela risque aussi d’alourdir la charge de travail des agents des cantines scolaires ou de la vie scolaire, dégradant ainsi leurs conditions de travail.
Pour la CGT Éduc’action 76, la santé n’a pas de prix. L’État doit prendre ses responsabilités pour protéger tous les personnels et usagers de l’École. Cela passe par :

  • l’application du Code du travail et du décret 82-453 en matière de santé, de sécurité et de conditions de travail, ce qui est loin d’être le cas depuis le début de l’épidémie ;
  • des masques FFP2 ou chirurgicaux gratuits, distribués à l’entrée des écoles ou des établissements scolaires et autant que de besoin durant le temps scolaire et la pause méridienne pour tous les personnels et les élèves ;
  • la généralisation des dédoublements ou des mesures d’alternance (par exemple une semaine en établissement scolaire et une semaine à la maison) pour permettre la distanciation physique et le respect des règles sanitaires ;
  • des créations de postes en nombre suffisant pour répondre aux besoins tant du point de vue Éducation Nationale que des collectivités locales ;
  • des campagnes de tests qui doivent être systématiquement mises en place dès l’apparition du 1er cas de COVID afin de lutter efficacement contre la propagation du virus dans les écoles et les établissements. La CGT Éduc’action 76 a déposé une alerte sociale et un préavis de grève pour couvrir tous les collègues qui pourraient décider de se mettre en grève si le protocole sanitaire venait à ne pas pouvoir être appliqué. Elle soutiendra aussi tous les collègues qui pourraient exercer leur droit de retrait si leur santé venait à être en danger et elle incite l’ensemble des collègues à remplir des fiches du Registre Santé et Sécurité au Travail pour alerter sur leurs conditions de travail dégradées. Pour ne pas perdre sa vie à la gagner ! Rouen, le 4 février 2021

Agenda

<<

2021

 

<<

Février

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
Aucun évènement à venir les 3 prochains mois

Sites favoris


7 sites référencés dans ce secteur

Brèves

Lubrizol : 1 an après on oublie pas ! Réunion publique le 25 septembre, manifestation le 26 septembre

mardi 8 septembre 2020

Réunion publique d’information sous chapiteau Vendredi 25 septembre 2020 de 18 à 20h A la Friche Lucien, place Carnot, ROUEN
Jeudi MANIFESTATION Samedi 26 septembre 13h30 Rendez-vous devant : LUBRIZOL (quai de France)

Télécharger et diffuser :

Ecoles Delaunay en action le 22 janvier 2020 pour revenir en REP+

jeudi 23 janvier 2020

Lors de l’animation pédagogique du mercredi 22 janvier 2020 sur « les élèves à besoins particuliers », les enseignants ont rappelé leur exigence de classer les écoles maternelle Delaunay-Laurencin et élémentaire Sonia Delaunay de Dieppe (Val Druel) en REP+. En effet, elles sont sorties de l’Éducation Prioritaire en 2014 et ont été exclues des dispositifs REP et REP+ alors qu’elles répondent à tous les critères pour être classées en REP+. Son rang (64ème) au niveau académique la situe au même niveau que les écoles de REP+ du Havre ou de Rouen Nord.

Tous les enseignant·e·s des deux écoles sont venu·e·s avec un tee-shirt rappelant leur exigence et ont pris la parole en début d’animation. À l’issue de l’animation, l’urne était disponible pour pouvoir faire voter au référendum d’initiative populaire.

La CGT Éduc’action 76 soutient les collègues dans leurs actions.

Motion de soutien aux salariés de la Chapelle d’Arblay

mercredi 18 septembre 2019

Les camarades de la CGT Educ’action Haute-Normandie réunis en Assemblée générale de rentrée le 16 septembre 2019 à Maromme expriment leur soutien aux salariés de la Chapelle Darblay, menacés de licenciement.
Dans le secteur privé, les fermetures de site et les plans de licenciement se multiplient. Dans les services publics, ce sont les suppressions de postes massives et la dégradation des conditions de travail.
De plus, la réforme des retraites est une attaque contre l’ensemble des salariés.

  • Zéro licenciement !
  • Non à la fermeture des sites !
  • Non à la casse des services publics !
  • Non à la réforme des retraites ! Luttons tous ensemble !

Motion adoptée à l’unanimité par l’AG des syndiqué-e-s CGT éduc’action Rouen

Fusion des académies : j’habite à Evreux, pourra-t-on me nommer à Cherbourg ?

vendredi 13 septembre 2019

La lettre de cadrage pour la fusion des académies de Caen et Rouen certifiait que la gestion des personnels enseignants ne serait pas impacté jusqu’en 2022 (Mais en 2018 on nous jurait que la fusion n’était pas encore décidée). A en croire M. le Ministre, jusqu’à cette ce cas de figure n’existera pas. Mais après 2022 ça devient tout à fait possible pour les personnels du second degré. Le Rectorat a tout intérêt à ce que la souplesse et la mobilité des personnels soient maximales. Et avec l’affaiblissement du rôle des CAPA il sera encore plus compliqué d’influer sur les choix des services académiques, sans oublier que pour les contractuels ce « contrôle » est inexistant.

Une fusion des académies pour fermer des sections !

vendredi 13 septembre 2019

Le Rectorat et la Région Normandie lancent la réflexion pour une nouvelle carte de formation à la rentrée de septembre 2020. Ca ne sent pas bon du tout ! L’académie et la région de Normandie auront, si nous ne faisons pas reculer le Ministère, le même périmètre au 1° janvier. Les filières de formation, frontalières pour le moment, ou seulement identiques, seront à la prochaine rentrée dans la même académie. Ce sera une très bonne excuse pour fusionner et fermer par ci par là et pour récupérer les postes.