POUR UN PLAN D’URGENCE DANS L’EDUCATION NATIONALE 

EN SEPTEMBRE, N’ATTENDONS PAS POUR LUTTER !
mercredi 23 juin 2021
par  Luc De Chivré
popularité : 4%

La CGT Educ’action 76/27 appelle d’ores et déjà à déposer des heures d’informations syndicales pour la pré-rentrée et les premiers jours de septembre, afin de discuter dans tous les établissements, les écoles, les services de la question de la grève et de la mobilisation.

La crise sanitaire a fait éclater au grand jour le manque criant de moyens, de postes dans les services publics, notamment dans les hôpitaux, mais aussi dans l’Éducation nationale et dans les collectivités locales. Ce sont pourtant des milliards que le gouvernement a dépensés pour les entreprises et les grands groupes du CAC 40, sans aucune contrepartie pour la sauvegarde de l’emploi.
Dans l’Education Nationale, de nombreuses suppressions de postes ont non seulement été entérinées en juin 2020 alors même que faire face à l’épidémie de COVID-19 demanderait des moyens en remplacement pour tous les personnels, et des créations de postes pour pouvoir alléger drastiquement les effectifs de classe et les effets nocifs de la réforme de l’enseignement professionnel et du lycée se sont faits durement sentir. Mais, comme si cela ne suffisait pas, Blanquer a décidé des suppressions de postes supplémentaires pour la rentrée 2021, notamment dans le second degré qui perd au moins 1883 postes.
La prochaine rentrée s’annonce donc catastrophique avec pour plus d’élèves moins de postes, un nombre accru d’heures supplémentaires utilisées comme « arme » pour détruire les postes, la précarité galopante, un système de remplacements des personnels exsangue, des administratifs à bout de souffle.... Le Grenelle a été une véritable mascarade destinée à donner du « vernis » à des attaques déjà programmées : une bien trop faible « revalorisation salariale » de 400 millions d’euros en contrepartie de l’instauration d’un salaire au mérite avec des « primes d’attractivité » pour une minorité seulement, des attaques prévisibles sur les statuts et le temps de travail.
Jean Michel Blanquer n’est pas non plus à cours d’idées dangereuses pour précariser un peu plus les salarié.e.s, avec le recours à des contractuel-les dans le premier degré, des embauches « kleenex » d’assistant.e.s d’Education pour des remplacements et la création en pleine crise COVID d’une nouvelle catégorie d’enseignant.es contractuel.le.s sous-payé.e.s. Et il espère bien généraliser l’expérimentation « Elimas » pour supprimer la carte de l’éducation prioritaire, la remplacer par une contractualisation sur trois ans et récupérer ainsi des moyens.
Dès septembre, et sans perdre de temps, il sera nécessaire de construire une grève forte dans notre secteur, pour imposer un plan d’urgence dans l’Education Nationale. Mais également de lutter aux côtés des autres salarié.e.s du public et du privé, des jeunes... pour faire reculer le gouvernement sur la casse des services publics, la réforme de l’assurance chômage, et enterrer définitivement la réforme des retraites.
AESH... la précarité et le mépris ça suffit !
Ces personnels précaires se sont fortement mobilisés cette année. Entre février et juin, ils ont été en grève à 3 reprises. Et malgré la force des rassemblements du 3 juin partout en France le Ministère refuse toujours de créer un statut de titulaire AESH et de titulariser sans conditions tous les personnels, alors même que les missions effectuées par ces personnels sont vitales et pérennes. L’instauration des Pials a fortement dégradé les conditions de travail et la situation des AESH. Et alors que les AED en lutte également ont réussi à décrocher quelques moyens hyper précaires pour des remplacements au coup par coup, rien n’est encore prévu en cas d’absence des Accompagant.e.s en Situation de handicap, si ce n’est faire porter le remplacement par les autres AESH lorsque c’est possible ! Dès septembre, c’est dans la rue, avec le soutien et aux côtés des autres salarié.e.s de l’Education, que les AESH pourront gagner le statut et le salaire auxquels ils ont droit !
La CGT Educ’action 76/27 appelle d’ores et déjà à déposer des heures d’informations syndicales pour la pré-rentrée et les premiers jours de septembre, afin de discuter dans tous les établissements, les écoles, les services de la question de la grève et de la mobilisation.



Agenda

<<

2021

 

<<

Septembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930123
Aucun évènement à venir les 3 prochains mois

Sites favoris


7 sites référencés dans ce secteur

Brèves

Lubrizol : 1 an après on oublie pas ! Réunion publique le 25 septembre, manifestation le 26 septembre

mardi 8 septembre 2020

Réunion publique d’information sous chapiteau Vendredi 25 septembre 2020 de 18 à 20h A la Friche Lucien, place Carnot, ROUEN
Jeudi MANIFESTATION Samedi 26 septembre 13h30 Rendez-vous devant : LUBRIZOL (quai de France)

Télécharger et diffuser :

Ecoles Delaunay en action le 22 janvier 2020 pour revenir en REP+

jeudi 23 janvier 2020

Lors de l’animation pédagogique du mercredi 22 janvier 2020 sur « les élèves à besoins particuliers », les enseignants ont rappelé leur exigence de classer les écoles maternelle Delaunay-Laurencin et élémentaire Sonia Delaunay de Dieppe (Val Druel) en REP+. En effet, elles sont sorties de l’Éducation Prioritaire en 2014 et ont été exclues des dispositifs REP et REP+ alors qu’elles répondent à tous les critères pour être classées en REP+. Son rang (64ème) au niveau académique la situe au même niveau que les écoles de REP+ du Havre ou de Rouen Nord.

Tous les enseignant·e·s des deux écoles sont venu·e·s avec un tee-shirt rappelant leur exigence et ont pris la parole en début d’animation. À l’issue de l’animation, l’urne était disponible pour pouvoir faire voter au référendum d’initiative populaire.

La CGT Éduc’action 76 soutient les collègues dans leurs actions.

Motion de soutien aux salariés de la Chapelle d’Arblay

mercredi 18 septembre 2019

Les camarades de la CGT Educ’action Haute-Normandie réunis en Assemblée générale de rentrée le 16 septembre 2019 à Maromme expriment leur soutien aux salariés de la Chapelle Darblay, menacés de licenciement.
Dans le secteur privé, les fermetures de site et les plans de licenciement se multiplient. Dans les services publics, ce sont les suppressions de postes massives et la dégradation des conditions de travail.
De plus, la réforme des retraites est une attaque contre l’ensemble des salariés.

  • Zéro licenciement !
  • Non à la fermeture des sites !
  • Non à la casse des services publics !
  • Non à la réforme des retraites ! Luttons tous ensemble !

Motion adoptée à l’unanimité par l’AG des syndiqué-e-s CGT éduc’action Rouen

Fusion des académies : j’habite à Evreux, pourra-t-on me nommer à Cherbourg ?

vendredi 13 septembre 2019

La lettre de cadrage pour la fusion des académies de Caen et Rouen certifiait que la gestion des personnels enseignants ne serait pas impacté jusqu’en 2022 (Mais en 2018 on nous jurait que la fusion n’était pas encore décidée). A en croire M. le Ministre, jusqu’à cette ce cas de figure n’existera pas. Mais après 2022 ça devient tout à fait possible pour les personnels du second degré. Le Rectorat a tout intérêt à ce que la souplesse et la mobilité des personnels soient maximales. Et avec l’affaiblissement du rôle des CAPA il sera encore plus compliqué d’influer sur les choix des services académiques, sans oublier que pour les contractuels ce « contrôle » est inexistant.

Une fusion des académies pour fermer des sections !

vendredi 13 septembre 2019

Le Rectorat et la Région Normandie lancent la réflexion pour une nouvelle carte de formation à la rentrée de septembre 2020. Ca ne sent pas bon du tout ! L’académie et la région de Normandie auront, si nous ne faisons pas reculer le Ministère, le même périmètre au 1° janvier. Les filières de formation, frontalières pour le moment, ou seulement identiques, seront à la prochaine rentrée dans la même académie. Ce sera une très bonne excuse pour fusionner et fermer par ci par là et pour récupérer les postes.