Grève AESH du 19 octobre : retour sur une belle journée de lutte !

mardi 16 novembre 2021
par  Luc De Chivré
popularité : 14%

Pour la quatrième fois cette année, les AESH ont fait leur retour sur le terrain de la lutte. Notre terrain :la rue ! Mais cette fois-ci avec un décor bien différent des manifestations précédentes : Paris.
Mardi 19 octobre 2021, une nouvelle journée de grève nationale appelée par une intersyndicale FSU, FO, CGT, SUD a mobilisé 3000 personnes.
Les AESH de l’académie de Normandie ont battu le pavé parisien en direction du ministère avec toute la détermination qui les caractérise. Tel un défilé de force combattante qui entre en action dans les rues parisiennes, les AESH ont démontré une fois de plus que la colère est toujours vive. Les drapeaux se sont hissés et les voix se sont élevées pour clamer haut et fort les conditions dégradantes de l’inclusion scolaire du ministre Blanquer.
Pour les militant.es que nous sommes, Paris était une évidence, le lieu où il fallait être ! Après avoir sollicité notre syndicat et exposé nos arguments, la décision a été prise en intersyndicale de faire « une montée des AESH à Paris ». Plus d’une centaine de rassemblements étaient prévus dans chaque académie de France. Dans certains départements, des bus ont permis aux grévistes AESH et enseignants de se rendre à la manifestation parisienne. L’intersyndicale du 76/27 a été brillante pour organiser le déplacement des AESH vers la capitale. Nous avons vécu un mois de folie à suivre les mails, à contacter les collègues, à communiquer depuis les réseaux sociaux, les mails et les sms, à jouer notre rôle de militant.es pour réussir cette journée qui s’annonçait inoubliable.

Nous partîmes soixante ; mais par un prompt renfort nous nous vîmes trois mille en arrivant au ministère !

7h50 : message de Sébastien Jumel, député et rapporteur de la commission d’enquête sur l’inclusion des élèves en situation de handicap en mars 2019. Il est dans le train en direction de Paris pour l’Assemblée nationale. Il assure de son soutien et me demande l’itinéraire de la manifestation pour venir nous saluer à Paris.
8h15 : le 1ER départ est à la gare de Dieppe, une poignée d’AESH est au rendez-vous. L’UL CGT de Dieppe et des représentants de la municipalité sont présents pour souhaiter une bonne manifestation parisienne. Top départ ! les pancartes et les drapeaux CGT sont dans le coffre du bus, c’est parti ! Paris, nous voilà !
9h15  : un deuxième point de rendez-vous : Rouen. On accueille les camarades du secteur rouennais. Des militants tous syndicats confondus prennent place dans le bus. Le sourire aux lèvres, l’air déterminé et l’envie de partager un moment solidaire se font ressentir dans le bus.
9h45  : troisième arrêt : Criquebœuf. Nous retrouvons les collègues de Fécamp qui ont fait le déplacement. Nous sommes ravi⸱es de nous retrouver. Le bus reprend sa route dans la bonne humeur.
10h30 : un dernier arrêt à Douains pour faire monter les collègues de l’Eure. Le bus est plein, les 60 places sont prises. Les portes du bus se ferment, on attache les ceintures et nous voici plongé⸱es vers nos pensées parisiennes. Paris approche, l’adrénaline se fait sentir.
12h30 : nous arrivons à Paris, rue Edmond Rostand. Nous retrouvons notre camarade Jérôme du 94. Nous nous échappons pour manger un bout pour prendre des forces avant le combat. Nous sommes à Paris, voici venue la mobilisation rêvée.
13h : le cortège prend place, les camarades se positionnent derrière la grande banderole revendicative. Une fourmilière d’AESH grouille à ce moment-là. Telle une marée humaine, les AESH entonnent les différents slogans, ils/elles avancent d’un pas décidé vers le ministère. La vue d’ensemble est impressionnante, une vision qui restera dans nos têtes de militant.es, les AESH ensemble pour porter les revendications, l’ampleur de la mobilisation est féroce et on sent la détermination et la volonté de ne rien lâcher.
Les revendications restent identiques : création d’un vrai statut, l’augmentation des salaires, l’abandon des Pial, l’arrêt de cette mutualisation à foison qui détériore l’accompagnement et use moralement et physiquement les AESH, ? l’accès aux primes REP et REP+.
15h : Sébastien Jumel, accompagné de François Ruffin nous attendent au détour d’une rue. Ils prennent place dans le cortège et la présence des deux hommes nous animent. Les AESH sont debout ! On reste déterminées !
15h30 : le cortège s’arrête au carrefour à 200 m de la rue de Grenelle. Nous sommes entouré⸱es de CRS, les AESH seraient-ils/elles une menace ? Nous continuons à lancer nos slogans de plus en plus fort , histoire que le ministre les entende ! 3000 personnes en arrêt forcé continuent la mobilisation en mode statique. Les syndicats prennent la parole, au tour de Stéphanie pour la CGT Educ’ de dénoncer les conditions de travail des AESH. Une délégation sera reçue par la suite.
16h : le bus est stationné tout près de la rue de Grenelle, nous nous forçons à quitter Paris pour nos terres normandes. L’envie de rester est tellement forte. On s’est pris une claque par une telle mobilisation, 3000 personnes ensemble et solidaire, 3000 mécontent⸱es, 3000 à vouloir changer les choses.

Au retour, c’est une ambiance très joyeuse dans le bus entre le chauffeur et les passager.es. A chaque arrêt du retour, nous avons applaudi toutes et tous les AESH à leur descente.
Nous réalisons petit à petit que nous l’avons fait. Ce n’est qu’un déplacement à Paris mais la proximité avec le ministre a été très forte. Les AESH se prononcent fortement pour une poursuite du mouvement. La lutte pour une vraie reconnaissance continue, on ne lâche rien !


Agenda

<<

2022

 

<<

Juin

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930123
Aucun évènement à venir les 3 prochains mois

Sites favoris


1 site référencé dans ce secteur

Brèves

Mouvement 2019 des personnels ATSS :

samedi 22 décembre 2018

Mouvement inter-académique des AAE et des SAENES :
La saisie des voeux doit se faire du 11 décembre 2018 au 8 janvier 2019. La CAPN des SAENES aura lieu le 19 mars 2019, et celle des AAE le 21 mars 2019.

Mouvement à gestion déconcentrés ADJAENES
la pré-inscription se fera du 10 janvier 2019 au 7 février 2019. Le reste du calendrier sera en fonction des académies demandées.

Mouvement à gestion déconcentrés des ATRF
la pré-inscription se fera du 10 janvier 2019 au 7 février 2019. Le reste du calendrier sera en fonction des académies demandées.

La pédagogie Nutella ou le collège 2016... vu à la TV !

lundi 20 avril 2015

La réforme du collège 2016 agite le Landerneau enseignant depuis quelques semaines. Elle inquiète aussi à juste titre les parents qui se demandent bien ce que ledit collège réformé fera avec leur progéniture.

Pour rassurer tout le monde, la télévision publique nous montre à quoi ressemblera le collège 2016, dans deux reportages successifs. En effet, le collège réformé s’inspire de dispositifs innovants qui existent déjà dans quelques établissements expérimentaux.

Alors savourons cet avant-goût du collège nouveau...

Lire la suite sur le site La Vie Moderne

Chatel : "Certaines mesures vont dans le bon sens"

lundi 20 avril 2015

C’est le spécialiste des réformes destructrices Chatel qui ont mis à mal le lycée général et liquidé la voie STI qui nous le dit.
On constate facilement où Vallaud-Belkacem trouve son inspiration !

"Que les conservateurs tombent les masques !"

lundi 20 avril 2015

Voici le titre de l’interview de Vallaud-Belkacem au très réactionnaire journal Le Point.
Notre seule réponse à NVB : "Que les néo-libéraux tombent également le masque !"

4 pages spécial Retraités de la FERC

samedi 31 août 2013

Au sommaire : Conférence de l’UFR... les retraités à l’offensive ! - Quelle UFR, quelle structure ? - Place des retraités dans la CGT - Continuité syndicale et renforcement - Impressions croisées
Télécharger le 4 pages

Au sujet des dépenses scolaires…

jeudi 22 août 2013

Chaque année, à l’approche de la rentrée, on retrouve dans les médias des articles plus ou moins bien renseignés sur les "dépenses de la rentrée des classes". Je les parcours toujours avec un peu d’agacement quand ils mettent en avant les nouveaux cartables, les vêtements, les classeurs, les crayons et les compas, les garderies et les cantines.
Parler de ces frais là, c’est évoquer l’arbre pour cacher la forêt. Les cartables et les compas durent facilement plusieurs années et les vêtements ne me semblent pas être une dépense scolaire : mes filles iraient-elles nues si l’école n’existait pas ? Idem pour la cantine : il faut manger même en dehors de l’obligation scolaire. Admettons pour la garderie des petits. Ce qui m’interpelle, ce sont les frais dont on parle moins et qui pourtant jalonnent bien le parcours scolaire des jeunes.
Lire la suite sur le site de l’Ecole démocratique

Ecole élémentaire : en France, le nombre d’élèves par enseignant supérieur à la moyenne OCDE (Depp)

vendredi 16 août 2013

Selon la revue "L’Éducation natio­nale en chiffres" de la Depp, le taux d’encadrement dans les écoles élémen­taires fran­çaises se situe en des­sous de la moyenne des pays de l’OCDE.
Le taux d’encadrement dans les écoles élémen­taires fran­çaises est en des­sous de la moyenne des pays de l’OCDE, selon la revue "L’Éducation natio­nale en chiffres" éditée par la Depp et parue en juillet 2013.
Dans les pays de l’OCDE, le nombre moyen d’élèves par ensei­gnant était à ce niveau de 15,4, en 2011 contre 18,4 en moyenne en France.

Loire-Atlantique / Rythmes : lettre ouverte des UD CGT, FO, FSU et Solidaires au DASEN et aux 26 maires de Loire-Atlantique appliquant la réforme en 2013

samedi 29 juin 2013

Depuis plusieurs mois, nos organisations syndicales ne cessent de dénoncer la précipitation et les dangers contenus dans la réforme des rythmes scolaires. Si les appréciations de nos syndicats respectifs peuvent diverger sur l’analyse de la loi Peillon et de son volet sur les rythmes scolaires, cela ne nous empêche en rien de partager nombre de points de vue sur les effets néfastes de cette réforme. Les propos volontaristes des municipalités ayant décidé de s’engager dès septembre 2013 dans la mise en œuvre du pan de réforme sur les rythmes ne résistent pas à un l’examen pragmatique. Pour notre part cette réforme relève plus d’un projet politique portant sur la territorialisation de l’École que sur les effets bénéfiques pour les enfants et les familles.
L’intention gouvernementale affiche une volonté de servir la réussite scolaire des élèves. Nous pensons qu’il y a loin du discours à une réalité qui malmène aussi les personnels concourant aux rythmes éducatifs des enfants. Les campagnes de communication politiciennes ne peuvent dissimuler les malaises grandissant autour de la rentrée 2013 précipitée.
Lire la suite