Compte-rendu réunion COVID

jeudi 20 janvier 2022
par  François-Xavier Durand
popularité : 7%

Le DASEN a réuni les organisation syndicales en visio pour faire le point sur la situation sanitaire liée à la pandémie du COVID. La CGT Éduc’action 76 vous fait le compte-rendu et donne son analyse.

Nombre de cas positifs dans les écoles et établissement du 2nd degré
Semaine 49
1er degré : 581 cas positif chez les élèves et 12 chez les personnels de l’EN
2nd degré : ? chez les élèves et 14 chez les personnels EN

Semaine 2 (1ère semaine de la rentrée)
1er degré : 1851 cas positif chez les élèves, 58 chez les personnels EN et 22 chez les personnels hors EN
2nd degré : 1716 chez les élèves, 110 chez les personnels EN et 30 chez les personnels hors EN

Semaine 3
1er degré : 4665 chez les élèves, 217 chez les personnels EN et 145 chez les personnels hors EN
2nd degré : 3318 chez les élèves, 233 chez les personnels EN et 47 chez les personnels hors EN

Le DASEN explique cette augmentation par le changement des remontées par le lien quotidien et non les fiches assez lourdes qui étaient demandées aux directeurs, directrices et chef·fe·s d’établissement. en fait jusqu’au vacances de Noël, les remontées ne seraient pas si fiables !

La CGT Éduc’action 76 a toujours dénoncé la sous-estimation par le ministère du nombre de cas positifs dans les écoles. La différence entre les chiffres du ministère et de l’ARS était importante. La nouvelle procédure des remontées explique en partie l’augmentation importante du nombre de cas positif mais confirme aussi l’effet propagateur du virus au sein des écoles et établissements scolaires. Toutefois, le nouveau protocole qui instaure 3 auto-tests risque fort de ne pas permettre un nombre de dépistage fiable. Pour la CGT Éduc’action 76, seule une campagne de tests régulière dans les établissements par des professionenels de santé peut permettre un dépistage fiable du nombre de cas positif.

Nombre de classes non remplacées
Le DASEN n’a pas voulu donné de chiffres. Toutefois, il informe qu’il y aurait entre 3% et 5% de classes fermées par manque de remplaçant dans le département chaque jour. Cela ferait entre 150 et 300 moyens de remplacement qui manqueraient. La question est aussi posée concernant les documents à fournir aux familles qui doivent garder leur enfant pour cause de non remplacement. Le DASEN en prend note et étudie la faisabilité de fournir une attestation.

Pour la CGT Éduc’action 76, le manque de remplacement lors de cette pandémie, ne doit pas faire oublier le manque de remplacement hors période de crise sanitaire. Il est urgent de répondre aux besoins de remplacement par l’ouverture de la liste complémentaire et un collectif budgétaire pour répondre aux besoins.

Embauche de retraités
Il y a eu 300 courriers envoyés aux jeunes retraités. 15 auraient acceptés.

La CGT Éduc’action 76 dénonce le recours aux retraités pour répondre aux besoins notamment de remplacement.

Embauche de contractuel·le·s
Il y avait 79 contractuels dans les écoles. Une contractuelle a démissionnée. Il y a une vingtaine de candidatures, ce qui devraient porter le nombre à une centaine de contractuel·le·s.

La CGT Éduc’action 76 dénonce le recours aux contractuel·le·s pour répondre aux besoins des écoles et des établissements. Pour rappel, nombre de ces embauches ont été réalisées pour palier le manque de recrutement d’enseignants notamment dans les ULIS collège mais aussi dans les écoles.

Ouverture de la liste complémentaire PE
Le DASEN n’a pas encore le nombre de possibilité. Il assure que les contractuel·le·s actuel·le·s qui seraient éligibles à la liste complémentaire basculeraient sur l’embauche puis la titularisation en qualité de liste complémentaire.

La CGT Éduc’action 76 revendique toujours l’ouverture complète de la liste complémentaire et un collectif budgétaire permettant de répondre aux besoins pour toutes les écoles et établissements du 2nd degré. Elle demande l’arrêt de toutes suppressions de postes.

Campagne de tests salivaires
il y avait 20 000 tests salivaires réalisés par semaine pour les élèves avant les vacances. Mais, à la demande de l’ARS, les campagnes de tests salivaires dans les écoles ont été suspendues par saturation des laboratoires. Si tel était effectivement le cas lorsqu’il y avait obligation de faire un test antigénique ou RT-PCR des cas contacts la 1ère semaine entrainant de longues files d’attente, ce n’est plus le cas actuellement. Le DASEN réfléchit à des campagnes de tests salivaires sous un autre format, qui seraient ciblées lorsqu’il y a des cas positifs dans les écoles.

La CGT Éduc’action 76 redemande des tests salivaires réguliers réalisés par des professionnels de santé pour tous les élèves et s’assurer ainsi qu’aucun élève ne vient positif.

Masques chirurgicaux
Les masques chirurgicaux sont ou vont arriver dans les circonscriptions et les établissements du 2nd degré pour les enseignants, les AESH, les services civiques...
Après deux semaines depuis la rentrée, les collègues n’ont pratiquement toujours pas vu un masque chirurgical dans les écoles.

La CGT Éduc’action 76 dénonce les effets de
communication dans la presse sans concertation ni organisation permettant d’assurer réellement la sécurité des personnels.

Masques FFP2
Le recensement a été fait via les données de l’administration concernant le nombre de collègues qui exercent en maternelle, les AESH. La remontée a été faite auprès du Rectorat et transmise au ministère.

Dès le début de la crise sanitaire et la réouverture des écoles le 18 mai 2020, la CGT Éduc’action 76 n’a jamais cessé de revendiquer des masques FFP2 pour tous les personnels. L’annonce faite par le ministre au lendemain de la forte journée de mobilisation est limitée aux enseignant·e·s de maternelle et aux AESH et aux personnels exerçant en ULIS. Pour la CGT Éduc’action 76, le compte n’y est pas.

Accueil des élèves des personnels prioritaire à la gestion de la crise
Il y a 97 pôles d’accueil pour le 1er degré qui sont prêt à être activée dans les écoles voire des centres de loisirs. Ils ne sont activés que lorqu’il n’y a pas de possibilité d’accueillir les élèves dans l’école de rattachement. Le DASEN pour l’instant privilégie l’accueil dans les écoles de rattachement. L’activation des pôles nécessitera la mobilisation d’autant d’enseignants.
Le DASEN réaffirme que les enseignants ne font pas partie de la liste des personnels prioritaire à la gestion de la crise. Il l’a rappelé et le refera lors d’un conseil d’IEN.

La CGT Éduc’action 76 invite les collègues qui subiraient des pressions pour accueillir tous les élèves et notamment les élèves des personnels enseignants qui ne sont, à l’heure actuelle, pas compris dans les personnels prioritaires à la gestion de la crise.


Agenda

<<

2022

 

<<

Mai

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345
Aucun évènement à venir les 3 prochains mois

Sites favoris


7 sites référencés dans ce secteur

Brèves

Lubrizol : 1 an après on oublie pas ! Réunion publique le 25 septembre, manifestation le 26 septembre

mardi 8 septembre 2020

Réunion publique d’information sous chapiteau Vendredi 25 septembre 2020 de 18 à 20h A la Friche Lucien, place Carnot, ROUEN
Jeudi MANIFESTATION Samedi 26 septembre 13h30 Rendez-vous devant : LUBRIZOL (quai de France)

Télécharger et diffuser :

Ecoles Delaunay en action le 22 janvier 2020 pour revenir en REP+

jeudi 23 janvier 2020

Lors de l’animation pédagogique du mercredi 22 janvier 2020 sur « les élèves à besoins particuliers », les enseignants ont rappelé leur exigence de classer les écoles maternelle Delaunay-Laurencin et élémentaire Sonia Delaunay de Dieppe (Val Druel) en REP+. En effet, elles sont sorties de l’Éducation Prioritaire en 2014 et ont été exclues des dispositifs REP et REP+ alors qu’elles répondent à tous les critères pour être classées en REP+. Son rang (64ème) au niveau académique la situe au même niveau que les écoles de REP+ du Havre ou de Rouen Nord.

Tous les enseignant·e·s des deux écoles sont venu·e·s avec un tee-shirt rappelant leur exigence et ont pris la parole en début d’animation. À l’issue de l’animation, l’urne était disponible pour pouvoir faire voter au référendum d’initiative populaire.

La CGT Éduc’action 76 soutient les collègues dans leurs actions.

Motion de soutien aux salariés de la Chapelle d’Arblay

mercredi 18 septembre 2019

Les camarades de la CGT Educ’action Haute-Normandie réunis en Assemblée générale de rentrée le 16 septembre 2019 à Maromme expriment leur soutien aux salariés de la Chapelle Darblay, menacés de licenciement.
Dans le secteur privé, les fermetures de site et les plans de licenciement se multiplient. Dans les services publics, ce sont les suppressions de postes massives et la dégradation des conditions de travail.
De plus, la réforme des retraites est une attaque contre l’ensemble des salariés.

  • Zéro licenciement !
  • Non à la fermeture des sites !
  • Non à la casse des services publics !
  • Non à la réforme des retraites ! Luttons tous ensemble !

Motion adoptée à l’unanimité par l’AG des syndiqué-e-s CGT éduc’action Rouen

Fusion des académies : j’habite à Evreux, pourra-t-on me nommer à Cherbourg ?

vendredi 13 septembre 2019

La lettre de cadrage pour la fusion des académies de Caen et Rouen certifiait que la gestion des personnels enseignants ne serait pas impacté jusqu’en 2022 (Mais en 2018 on nous jurait que la fusion n’était pas encore décidée). A en croire M. le Ministre, jusqu’à cette ce cas de figure n’existera pas. Mais après 2022 ça devient tout à fait possible pour les personnels du second degré. Le Rectorat a tout intérêt à ce que la souplesse et la mobilité des personnels soient maximales. Et avec l’affaiblissement du rôle des CAPA il sera encore plus compliqué d’influer sur les choix des services académiques, sans oublier que pour les contractuels ce « contrôle » est inexistant.

Une fusion des académies pour fermer des sections !

vendredi 13 septembre 2019

Le Rectorat et la Région Normandie lancent la réflexion pour une nouvelle carte de formation à la rentrée de septembre 2020. Ca ne sent pas bon du tout ! L’académie et la région de Normandie auront, si nous ne faisons pas reculer le Ministère, le même périmètre au 1° janvier. Les filières de formation, frontalières pour le moment, ou seulement identiques, seront à la prochaine rentrée dans la même académie. Ce sera une très bonne excuse pour fusionner et fermer par ci par là et pour récupérer les postes.