Droit de retrait au collège Charcot, à Oissel : pour ne pas perdre sa vie à la gagner !

vendredi 21 janvier 2022
popularité : 7%

Communiqué commun SUD éducation 76/27 et CGT éduc’action 76

Vendredi 7 janvier 2022, dix-huit enseignants du collège Charcot, à Oissel, ont exercé leur droit de retrait face à une situation sanitaire incontrôlable : 33 cas positifs de Covid-19 parmi les élèves, ainsi que 80 cas contacts, et 6 enseignants absents (cas positifs ou cas contacts).

Fortement exposés aux risques de contamination, à cause d’un protocole inefficace ne permettant pas de garantir des lieux sains et sécurisés au collège (aération très insuffisante, risques très élevés à la cantine, port du masque aléatoire...), les collègues de Charcot, invoquant un « motif raisonnable » de penser que ces situations de travail présentaient « un danger grave et imminent pour leur vie et leur santé  », se sont retirés de leur poste de travail (article 5-6 du décret modifié 82-453). Ils ont ensuite alerté leur chef d’établissement, puis ont consigné par écrit, individuellement et dans le registre santé et sécurité au travail dématérialisé, les circonstances les ayant conduit à se retirer de leur poste de travail.

Non seulement les collègues ont eu bien raison d’exercer leur droit de retrait, soutenus et conseillés par la section Sud éducation du collège, mais de plus, ils ont exercé ce droit conformément à la réglementation et sans se mettre en faute.

Consécutivement à ce droit de retrait, la CGT Educ’action a de son côté adressé un droit d’alerte écrit au DASEN, président du CHSCT départemental, afin d’obtenir une enquête du CHSCT.

Or, le DASEN de Seine-Maritime a refusé de se plier à ses obligations d’employeur en matière de santé, de sécurité et de conditions de travail. En effet, il a tout d’abord refusé de diligenter l’enquête du CHSCT alors que celle-ci est obligatoire en cas de droit d’alerte (article 5-7). Ensuite, après la séance extraordinaire du CHSCT du 12 janvier, à laquelle le DASEN n’a pas participé, celui-ci a refusé la totalité des mesures votées en séance, notamment sur les masques FFP2, les jauges, l’achat de capteurs de CO2, ou encore la mise en œuvre d’une campagne de prévention et de tests salivaires. Circulez, y’a rien à voir. Ultime provocation, il n’a pas reconnu non plus le droit de retrait et a même demandé aux enseignants de rattraper les heures perdues !

Quant au chef d’établissement, il n’a pas respecté l’obligation d’évaluer les risques professionnels dans le Document unique (DUER) du collège. Et, alors qu’une CHS (Commission Hygiène et Sécurité) existe dans cet établissement, celle-ci n’avait pas été réunie depuis la rentrée de septembre, malgré le contexte épidémique.

La balle est maintenant dans le camp de l’inspection du travail : en application de la procédure d’alerte (article 5-5 du décret modifié 82-453), elle va être saisie du dossier puisqu’une divergence importante persiste au sein du CHSCT sur les mesures à prendre en urgence.

A noter que plusieurs mesures du taux de CO2 effectuées depuis le 7 janvier à l’aide de capteurs dans des salles de classe accueillant des élèves ont révélé des seuils frôlant très souvent les 900 ppm et parfois dépassant les 1000 ppm (cela a fait l’objet de remarques écrites sur le Registre Santé et Sécurité au Travail, accessible en ligne via Portail métier et Arena).

A l’image des personnels du collège Charcot, mais aussi ceux du collège Cousteau (Caudebec-lès-Elbeuf) qui ont exercé leur droit de retrait le 11 janvier, exigeons :

- un protocole réellement protecteur, applicable et qui se conforme au Code du travail et aux obligations de l’employeur ;

- des équipements de protection à hauteur des besoins : masques aux normes (chirurgicaux EN 14683 et FFP2), capteurs de CO2, purificateurs d’air... ;

- des moyens à hauteur des besoins pour réduire les effectifs par classe, recruter des personnels de santé, former et décharger les assistants de prévention... ;

- le respect de nos droits, et notamment celui de se retirer de son poste de travail en cas de danger grave (décès, hospitalisation, Covid long) et imminent (les collègues peuvent être contaminés à tout moment sur leur lieu de travail) ;

- une vraie politique de prévention et d’évaluation des risques professionnels (documents uniques, programme annuel de prévention) conforme aux obligations employeur ;

- des moyens pour la médecine de prévention alors qu’il n’y a actuellement que 0,4 poste équivalent temps plein de médecin de prévention pour l’ensemble des personnels de Seine-Maritime et de l’Eure !


Agenda

<<

2022

 

<<

Mai

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345
Aucun évènement à venir les 3 prochains mois

Sites favoris


1 site référencé dans ce secteur

Brèves

Justice - La taxe de 35 euros enfin supprimée

dimanche 4 août 2013

L’instauration d’un timbre fiscal de 35 €, décidée par le Gouvernement en 2011 et applicable depuis octobre 2011, pour toutes instances introduites devant les juridictions civiles, sociales, administratives et prud’homales, remet en cause l’accès au juge pour des milliers de salariés.

Comme nous l’avions prévu, cette taxe a entraîné une baisse conséquente des contentieux judiciaires, nombreux justiciables ayant renoncé à leur droit.

12 organisations, à l’initiative de la CGT se sont prononcées contre cette taxe. Après des mois de lutte nous avons enfin été entendus.

Christiane Taubira, Garde des sceaux, Ministre de la Justice, a annoncé, le 23 juillet 2013, la suppression, dans le projet de loi de finances pour 2014, de cette taxe.

Nous nous félicitons de cette décision obtenue grâce aux multiples manifestations dont une pétition nationale.

Montreuil, le 29 juillet 2013

Motion de la CGT Renault Cléon à propos de la défense des retraites

mardi 25 juin 2013

Texte de la motion votée à l’unanimité par la Commission exécutive du Syndicat CGT Renault Cléon à propos de la mobilisation contre la prochaine réforme des retraites.
Dès la fin septembre – début octobre, le gouvernement soumettra au parlement un projet de loi modifiant les conditions de départ à la retraite et abaissant le niveau des pensions des retraités, aggravant les effets de la réforme imposée par le gouvernement Sarkozy en 2010.
Ce qui laisse très peu de temps pour construire un rapport de force suffisant pour imposer l’abandon de ce projet de réforme.
Réuni en Commission exécutive, ce vendredi 21 juin, le syndicat CGT Renault Cléon appelle le bureau confédéral de la CGT :
- à proposer dès le début juillet une première date de mobilisation nationale pour les premiers jours de septembre
- à inscrire très clairement cette première date de mobilisation dans la perspective d’un blocage de l’économie, à la différence de la stratégie qui a conduit à l’échec de la mobilisation pour les retraites de 2010.

Voté à l’unanimité des 28 membres présents de la Commission exécutive

Projet de loi sur l’égalité femmes/hommes Pour la CGT le compte n’y est pas

mercredi 12 juin 2013

La Ministre des droits des femmes a présenté ce lundi en conseil supérieur pour l’égalité professionnelle le projet de loi pour l’égalité entre les femmes et les hommes. La CGT considère que ce projet de loi doit être un levier historique pour enfin atteindre l’égalité réelle entre les femmes et les hommes et sera particulièrement exigeante quant à son contenu.
Lire la suite du communiqué de la Confédératio}

Garantie Individuelle de Pouvoir d’Achat (GIPA) 2013

mercredi 8 mai 2013

Consultez, ci-contre, la fiche de calcul de la GIPA versée en 2013 réalisée par la CGT Fonction Publique. Cette fiche permet à tou
un chacun de savoir s’il a droit à la GIPA et, si oui, quel en sera le montant. La fiche permet aussi decalculer la perte réelle hors GVT ("glissement vieillesse-technicité") subie par tout agent de la Fonction Publique.

Les inégalités se creusent entre retraités

mercredi 24 avril 2013

Le niveau de vie des seniors est proche de celui des actifs. Les pensions des jeunes retraités progressent plus vite. Les revenus du patrimoine accentuent les écarts.
Lire la suite sur le site des Echos

Notre fiche de paie finance la Protection Sociale

jeudi 12 juillet 2012

Sur mon salaire brut on me prélève différents pourcentages, à mon employeur aussi : C’est le financement de « Notre protection sociale ». Toutes ces cotisations assises sur mon salaire vont dans le « pot commun » et quand j’ai un problème, je bénéficie de droits. C’est le salaire Socialisé. Les cotisations permettent d’assurer la protection sociale de TOUS car nous sommes tous des assurés sociaux ! C’est la solidarité
Lire le tract de la CGT Organismes sociaux

L’enseignement agricole veut "crever l’abcès" de la précarité

mardi 3 juillet 2012

A la veille d’une rencontre avec le nouveau ministre de l’agriculture, six syndicats de l’enseignement agricole font démarche commune pour obtenir un plan de titularisation des contractuels correspondant aux besoins et sortir des agents de la grande pauvreté liée à des statuts parfois illégaux.
Lire la suite sur le Café pédagogique

NouveVidéo : M. et Mme Pognon ne payent pas beaucoup de taxe d’habitation.lle brève

jeudi 29 décembre 2011

Retrouver M. et Mme Pognon avec le paiement de leur taxe d’habitation. Comme toujours, ils trouvent cela bien trop cher, et pourtant...
Voir la vidéo sur le site de la CGT Finances