Le programme "social" de Sarkozy : l’aggravation des inégalités !

vendredi 15 juin 2007
par  Vincent Severino
popularité : 3%

Pendant la campagne électoral, Sarkozy a présenté ler volet « social » de son programme de façon habile, mais mensongère. La « rupture » qu’il prône, c’est remettre en cause notre modèle social, issu du CNR (Conseil National de la Résistance, présidé par le général de Gaulle) à la Libération. Il veut aller très vite car il sait que l’immense majorité des français y est attaché.

Atteintes majeures au droit de grève

Sarkozy sait que tromper les électeurs, les salariés, n’a qu’un temps. Il n’a pas oublié les manifestations, les grèves contre Juppé, Fillon, le CPE, … Dans les services publics (service minimum), comme dans le privé (vote à bulletin secret décidé autoritairement au bout de 8 jours) il veut se donner les moyens faire échouer et de casser les grèves.

La « Sécurité sociale professionnelle » de Sarkozy n’est que pure flexibilité

On ne doit pas se laisser abuser par le terme sécurité sociale professionnelle repris par Sarkozy. En réalité il veut faciliter les licenciements en réduisant les délais, les coûts, les possibilités de recours des salariés. S’il devait y avoir un volet « sécurité », compte tenu des 5 millions de chômeurs et précaires, il faudrait rajouter 30 à 50 milliards d’euros dans les ASSEDIC (évaluation faite à partir de l’exemple danois, souvent donné comme référence). Ce n’est pas au programme de Sarkozy. Il ne reste donc que la flexibilité.

Le « Contrat unique » est la négation du CDI

Il y a déjà le CDI (qui devrait être la règle) et le CDD pour des missions particulières. Si Xavier Bertrand voulait simplement diminuer le nombre de contrats comme il l’affirme, il rétablirait le CDI comme contrat de base. Il n’est pas possible de fusionner tous les contrats en un contrat unique sauf si le soi disant « contrat unique » est à peu près vide de droit pour les salariés.

Le libéralisme contre la fonction publique et notre modèle social

C’est par une fonction publique forte, un secteur nationalisé fort entraînant l’industrie et la recherche, que la France s’est redressée après la guerre. C’est le cœur de notre modèle social. Celui qui a généré les 30 glorieuses. La vague de privatisations n’a pas profité ni à notre industrie en recul dramatique, ni à la recherche en fort recul. M Sarkozy veut continuer les privatisations, ne remplacer qu’un fonctionnaire partant à la retraite sur 2, soit plusieurs centaines de milliers de suppressions de postes à brève échéance. C’est l’idéologie thatchérienne du « tout marché ».

Retraites : privé comme public dans le collimateur

Fillon, comme Juppé, a déjà sévi. Le rapport du COR (Conseil d’Orientation des Retraites) est déjà publié. Voici le cocktail proposé :

- fin des régimes spéciaux, non pour faire des économies minimes, mais pour préparer les privatisations de la Poste, de la SNCF,… et transférer les déficits sur le régime général.

- Nouvel allongement de la durée de cotisation

- Diminution du montant des retraites

- Fonds de pension

Sécurité Sociale

La Sécurité Sociale est maintenant dans le champ de la « concurrence libre et non faussée » de l’Union européenne. Les caisses de Sécurité Sociale ferment massivement. Les hôpitaux, maternités…aussi

Sarkozy propose la TVA « sociale » (+ 5% selon Fillon !), pour transférer sur la population des cotisations sociales patronales.
Il propose également une série de nouvelles franchises, qui risquent fort d’être massives car elles sont supposées équilibrer les comptes de la Sécurité Sociale. Les assurances privées – dont Méderic dirigée par M Guillaume Sarkozy – s’en félicitent.

Exonération des heures supplémentaires

C’est entre autres un nouveau dispositif d’exonération des entreprises de cotisations sociales, qui lui aussi creusera le « trou » de la Sécu. Les heures supplémentaires sont à la discrétion du patronat. C’est donc une nouvelle flexibilité économisant des embauches.

Autonomie et financement privé des universités.

Comme pour la Sécurité Sociale, il veut s’aligner sur le système américain. Les universités seraient gérées comme des entreprises, seraient mises en concurrence, auraient leurs propres programmes. A quand la mise en Bourse de la Sorbonne, comme un club de foot ?

Bouclier fiscal à 50 %, pour les très riches seulement

Contrairement à ce qu’on veut leur faire croire dans les médias, les cadres, les couches moyennes n’en profiteront pas. Pour profiter du bouclier fiscal il faut avoir un patrimoine de plusieurs millions d’euros (« l’outil de travail » étant déjà exonéré)

Après le 6 mai, la réorientation de l’Europe est oubliée

La Constitution européenne revient. Sarkozy en campagne est lucide : « Mais je les conjure (les partenaires européens) d’entendre la voix des peuples qui veulent être protégés. Je les conjure de ne pas rester sourds à la colère des peuples qui perçoivent l’Union Européenne non comme une protection mais comme le cheval de Troie de toutes les menaces que portent en elles les transformations du monde. ». Après la présidentielle il n’est plus question des peuples. Ils ne seront pas consultés par référendum. Il n’est plus question de réorientation de la construction européenne, pourtant promise entre les deux tours. Actuellement des directives européennes de libéralisation, de privatisation, sont adoptées ou en discussion (Poste, SNCF, énergie…) ; nul doute que Sarkozy approuvera. Le « mini traité » ne réoriente pas la construction européenne. Il réintroduit la Constitution. Il viole le vote des français !

Le modèle américain de Sarkozy

Près de 50 millions d’américains sans couverture sociale, 10 à 20 millions de plus avec une couverture sociale insuffisante.
35 millions d’américains ne mangent pas à leur faim dont 12 millions d’enfants (cf New York Times)

Nous n’en voulons pas .

Certes notre modèle social a été considérablement dégradé dans les 20 dernières années. Ce n’est pas une raison pour l’achever. Au contraire il faut le défendre et le restaurer.


Agenda

<<

2020

 

<<

Juillet

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
293012345
6789101112
13141516171819
20212223242526
272829303112
Aucun évènement à venir les 3 prochains mois

Sites favoris


7 sites référencés dans ce secteur

Brèves

Ecoles Delaunay en action le 22 janvier 2020 pour revenir en REP+

jeudi 23 janvier

Lors de l’animation pédagogique du mercredi 22 janvier 2020 sur « les élèves à besoins particuliers », les enseignants ont rappelé leur exigence de classer les écoles maternelle Delaunay-Laurencin et élémentaire Sonia Delaunay de Dieppe (Val Druel) en REP+. En effet, elles sont sorties de l’Éducation Prioritaire en 2014 et ont été exclues des dispositifs REP et REP+ alors qu’elles répondent à tous les critères pour être classées en REP+. Son rang (64ème) au niveau académique la situe au même niveau que les écoles de REP+ du Havre ou de Rouen Nord.

Tous les enseignant·e·s des deux écoles sont venu·e·s avec un tee-shirt rappelant leur exigence et ont pris la parole en début d’animation. À l’issue de l’animation, l’urne était disponible pour pouvoir faire voter au référendum d’initiative populaire.

La CGT Éduc’action 76 soutient les collègues dans leurs actions.

Motion de soutien aux salariés de la Chapelle d’Arblay

mercredi 18 septembre 2019

Les camarades de la CGT Educ’action Haute-Normandie réunis en Assemblée générale de rentrée le 16 septembre 2019 à Maromme expriment leur soutien aux salariés de la Chapelle Darblay, menacés de licenciement.
Dans le secteur privé, les fermetures de site et les plans de licenciement se multiplient. Dans les services publics, ce sont les suppressions de postes massives et la dégradation des conditions de travail.
De plus, la réforme des retraites est une attaque contre l’ensemble des salariés.

  • Zéro licenciement !
  • Non à la fermeture des sites !
  • Non à la casse des services publics !
  • Non à la réforme des retraites ! Luttons tous ensemble !

Motion adoptée à l’unanimité par l’AG des syndiqué-e-s CGT éduc’action Rouen

Fusion des académies : j’habite à Evreux, pourra-t-on me nommer à Cherbourg ?

vendredi 13 septembre 2019

La lettre de cadrage pour la fusion des académies de Caen et Rouen certifiait que la gestion des personnels enseignants ne serait pas impacté jusqu’en 2022 (Mais en 2018 on nous jurait que la fusion n’était pas encore décidée). A en croire M. le Ministre, jusqu’à cette ce cas de figure n’existera pas. Mais après 2022 ça devient tout à fait possible pour les personnels du second degré. Le Rectorat a tout intérêt à ce que la souplesse et la mobilité des personnels soient maximales. Et avec l’affaiblissement du rôle des CAPA il sera encore plus compliqué d’influer sur les choix des services académiques, sans oublier que pour les contractuels ce « contrôle » est inexistant.

Une fusion des académies pour fermer des sections !

vendredi 13 septembre 2019

Le Rectorat et la Région Normandie lancent la réflexion pour une nouvelle carte de formation à la rentrée de septembre 2020. Ca ne sent pas bon du tout ! L’académie et la région de Normandie auront, si nous ne faisons pas reculer le Ministère, le même périmètre au 1° janvier. Les filières de formation, frontalières pour le moment, ou seulement identiques, seront à la prochaine rentrée dans la même académie. Ce sera une très bonne excuse pour fusionner et fermer par ci par là et pour récupérer les postes.

Mac Do Neufchâtel en Bray veut licencier une militante syndicale CGT !

vendredi 6 juillet 2018

Suite à un entretien disciplinaire une syndiquée CGT depuis un mois au McDonald’s de Neufchatel en Bray a été mise à pieds à titre conservatoire avant que ne soit décidé un licenciement. Les vrais motifs de cette mise à pied : la distribution de tracts dans les restaurants de cette franchise (Dieppe, Yvetot et Neufchâtel en bray) mentionnant les acquis obtenus au restaurant d’Elbeuf (13e mois, prime trimestrielles, congés enfants malades, arbre de Noël ...), et la crainte que les salariés reprennent eux aussi ces revendications !
Rassemblement Dimanche 8 juillet 18h45 devant le Mac Donald de Neufchâtel en Bray.