Non à une politique d’immigration, non seulement choisie, mais aussi discriminatoire !

samedi 3 novembre 2007
popularité : 4%

La Cgt réitère sa demande de régularisation de tous les salariés sans-papiers. Elle demande instamment que, pour le moins, toute discrimination soit bannie des listes de métiers ouverts aux travailleurs migrants. Elle demande qu’une commission nationale de régularisation soit mise en place, pour assurer à chacun une application non discriminatoire de l’« amendement Lefebvre ».

L’article L313-10 du Code de l’entrée et du séjour des étrangers et du droit d’asile (CESEDA) issu de la loi du 24 juillet 2006 prévoit qu’une liste de métiers ouverts aux étrangers soit établie au niveau national. Un projet a été présenté le 23 octobre aux organisations syndicales et patronales. Le comité interministériel du contrôle de l’immigration (CICI) doit valider ce projet le 5 novembre, avant qu’il ne soit officiellement soumis à consultation.

Dans le même temps, le gouvernement finalise une autre liste de métiers, celle qui découle des « mesures transitoires » décidées par l’Etat Français et qui concerne les nouveaux citoyens de l’Union européenne à 27.

La Cgt, tout comme l’ensemble des syndicats unis dans la Confédération européenne des Syndicats, s’est prononcée contre ces « mesures transitoires » qui font des citoyens des pays de l’Est des Européens de seconde zone. Sans parler des tout nouveaux entrants, les Roumains et les Bulgares, qui remplissent hors de toute légalité européenne, les autocars d’expulsés alors qu’ils ont parfaitement le droit de s’installer en France et d’y travailler.

C’est dans ce contexte que l’article 40 de la loi Hortefeux prévoit, selon l’amendement « Lefebvre » adopté à l’unanimité des parlementaires, une éventuelle possibilité de régularisation de travailleurs « sous réserve qu’ils trouvent un travail dans un métier et une zone géographique caractérisés par des difficultés de recrutement ». Il n’inclut fort logiquement aucune discrimination selon l’origine.

Or en comparant les deux listes, il apparaît que sur les 30 métiers ouverts aux migrants hors Union Européenne, seuls 5 sont des métiers « ouvriers », 21 sont des métiers de niveau « supérieur ». Tandis que pour les 153 métiers ouverts ou à ouvrir aux migrants issus des pays de l’Est européen, 76 sont des métiers « ouvriers », sans compter 11 métiers considérés comme « en tension » ou inscrits à la demande du Patronat, comme aide soignant, employé de restauration, employé d’étage, employés à domicile, agent d’entretien.

Le message que semble faire vouloir passer le gouvernement avec de telles listes est redoutable : chacun sait bien qu’il y a peu de géomètres, de cadres auditeurs ou d’attachés commerciaux parmi les salariés « sans papiers », migrants des « pays tiers » déjà arrivés en France. Et donc l’amendement « Lefebvre » ne serait que du « vent ». Les dizaines de milliers de « sans papiers » aujourd’hui massivement salariés dans des hôtels, cafés, restaurants, sur des chantiers, dans des ateliers, dans l’agriculture ne seraient que de la « chair à expulsion » et devraient être remplacés par des « blancs » issus de l’Union Européenne ? Quelle ignominie pour une France qui se dit des « droits de l’Homme » !

Mais aussi quel gâchis économique ! Au moment où beaucoup admettent que, suite au retournement démographique, il y a la nécessité absolue d’accueillir, à égalité de traitement avec les salariés Français ou « avec papiers », des travailleurs migrants pour contribuer au rééquilibrage des comptes sociaux et au développement économique, qu’est-ce qui est le plus important pour la France : reconnaître pragmatiquement cet état de fait ou atteindre coûte que coûte des quotas d’expulsions honteux, inhumains et odieux ?

La Cgt réitère sa demande de régularisation de tous les salariés sans-papiers. Elle demande instamment que, pour le moins, toute discrimination soit bannie des listes de métiers ouverts aux travailleurs migrants. Elle demande qu’une commission nationale de régularisation soit mise en place, pour assurer à chacun une application non discriminatoire de l’« amendement Lefebvre ».

CGT, 2 novembre 2007


Agenda

<<

2020

 

<<

Janvier

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
272829303112
Aucun évènement à venir les 3 prochains mois

Sites favoris


7 sites référencés dans ce secteur

Brèves

Motion de soutien aux salariés de la Chapelle d’Arblay

mercredi 18 septembre 2019

Les camarades de la CGT Educ’action Haute-Normandie réunis en Assemblée générale de rentrée le 16 septembre 2019 à Maromme expriment leur soutien aux salariés de la Chapelle Darblay, menacés de licenciement.
Dans le secteur privé, les fermetures de site et les plans de licenciement se multiplient. Dans les services publics, ce sont les suppressions de postes massives et la dégradation des conditions de travail.
De plus, la réforme des retraites est une attaque contre l’ensemble des salariés.

  • Zéro licenciement !
  • Non à la fermeture des sites !
  • Non à la casse des services publics !
  • Non à la réforme des retraites ! Luttons tous ensemble !

Motion adoptée à l’unanimité par l’AG des syndiqué-e-s CGT éduc’action Rouen

Fusion des académies : j’habite à Evreux, pourra-t-on me nommer à Cherbourg ?

vendredi 13 septembre 2019

La lettre de cadrage pour la fusion des académies de Caen et Rouen certifiait que la gestion des personnels enseignants ne serait pas impacté jusqu’en 2022 (Mais en 2018 on nous jurait que la fusion n’était pas encore décidée). A en croire M. le Ministre, jusqu’à cette ce cas de figure n’existera pas. Mais après 2022 ça devient tout à fait possible pour les personnels du second degré. Le Rectorat a tout intérêt à ce que la souplesse et la mobilité des personnels soient maximales. Et avec l’affaiblissement du rôle des CAPA il sera encore plus compliqué d’influer sur les choix des services académiques, sans oublier que pour les contractuels ce « contrôle » est inexistant.

Une fusion des académies pour fermer des sections !

vendredi 13 septembre 2019

Le Rectorat et la Région Normandie lancent la réflexion pour une nouvelle carte de formation à la rentrée de septembre 2020. Ca ne sent pas bon du tout ! L’académie et la région de Normandie auront, si nous ne faisons pas reculer le Ministère, le même périmètre au 1° janvier. Les filières de formation, frontalières pour le moment, ou seulement identiques, seront à la prochaine rentrée dans la même académie. Ce sera une très bonne excuse pour fusionner et fermer par ci par là et pour récupérer les postes.

Mac Do Neufchâtel en Bray veut licencier une militante syndicale CGT !

vendredi 6 juillet 2018

Suite à un entretien disciplinaire une syndiquée CGT depuis un mois au McDonald’s de Neufchatel en Bray a été mise à pieds à titre conservatoire avant que ne soit décidé un licenciement. Les vrais motifs de cette mise à pied : la distribution de tracts dans les restaurants de cette franchise (Dieppe, Yvetot et Neufchâtel en bray) mentionnant les acquis obtenus au restaurant d’Elbeuf (13e mois, prime trimestrielles, congés enfants malades, arbre de Noël ...), et la crainte que les salariés reprennent eux aussi ces revendications !
Rassemblement Dimanche 8 juillet 18h45 devant le Mac Donald de Neufchâtel en Bray.

Grève à l’hôpital psychiatrique Janet au Havre !

mercredi 20 juin 2018

A l’image des salariés de l’hôpital psychiatrique du Rouvray, les personnels grévistes de l’hôpital psychiatrique Janet du Havre ne lâchent pas le morceau. Ils exigent la venue de Mme Gardel, directrice de l’Agence régionale de santé, l’ouverture d’une nouvelle unité pour que les patients ne soient plus dans des lits supplémentaires avec la création de 50 postes pluridisciplinaires pour la faire fonctionner, la stagiarisation de tous les contractuels-les, l’arrêt de la polyvalence, l’embauche de médecins psychiatres titulaires. Rendez vous jeudi 21 à 8h45 à l’hôpital Flaubert pour une haie de déshonneur pour les administrateurs de l’hôpital, et le samedi 23 à 17h45 sur le parvis du printemps.
Soutenez les revendications en écrivant à Mme Gardel