Généralisation du Bac Pro 3 ans : le nouveau passage en force !

vendredi 23 novembre 2007
popularité : 6%

Sans aucune concertation, sans aucune préparation, le ministre Xavier Darcos entend généraliser les baccalauréats professionnels 3 ans d’ici 2010. Une première étape à la rentrée 2008 consisterait à remplacer 25 % des secondes professionnelles BEP par une 1ère année de bac pro. Cette décision, pour ne pas dire ce diktat, s’accompagne de l’objectif d’une réduction, à terme du nombre de diplômes.

Si elle aboutissait, elle aurait des conséquences désastreuses sur l’organisation et la finalité des enseignements professionnels.
Elle conduirait à la disparition complète des BEP et de la passerelle vers la voie technologique.
Elle mettrait en difficulté les élèves de Lycée Professionnel qui ont besoin d’un cursus complet pour construire leur qualification professionnelle.

En effet, le bac pro réunit plusieurs finalités. Comme les autres bacs, il associe formation générale et poursuite d’études, mais il intègre une dimension particulière par des objectifs d’insertion professionnelle.
Ses contenus sont définis en concertation avec les professions à partir de Référentiels d’Activités Professionnelles (RAP), socles des contenus de formation.
Actuellement, le BEP s’inscrit dans le cursus du bac pro. Les unités constitutives des référentiels confèrent une continuité pédagogique du niveau V au niveau IV. Le fondement de cette continuité BEP/ Bac pro est à rechercher dans ce modèle original qui combine savoirs généraux et savoir-faire. En d’autres termes, les 4 ans de formation (2+2), prennent en compte les exigences multifonctionnelles de la formation, à la fois scolaire et professionnelle.

L’UNSEN-CGT n’est pas opposée par principe à la possibilité de parcours diversifiés mais elle n’acceptera pas la généralisation du bac pro 3 ans qui rompt avec les exigences des formations.
Plusieurs comptes rendus ou rapports de l’administration vont dans ce sens en délimitant les conditions des parcours 3 ans et en mettant en garde contre toute généralisation.
Cette volonté d’amputer d’un an ces parcours est guidée par la seule recherche d’économie budgétaire. Il faut bien trouver comment supprimer les 85 000 postes dans l’Education nationale d’ici 4 ans. L’intérêt pédagogique disparaît. La structure d’accueil des formations est imposée comme préalable avant même que ne soit discutés et définis les contenus d’enseignement.
C’est mettre la charrue avant les bœufs mais c’est surtout indiquer les priorités qui sont maintenant celles de l’Education nationale.

Sur cette question comme sur beaucoup d’autres, le ministre illustre une conception particulière du dialogue social. Les informations ont été mises sous embargo. Les groupes de travail chargés de la rénovation de l’enseignement général dans les BEP et les Bac Pro en place depuis 2006 sont suspendus. La volonté de passer en force est patente.

Mais ces décisions révélées par les organisations syndicales, dont l’UNSEN-CGT et exposées dans les réunions des conseils d’administration des EPLE, suscitent l’inquiétude des personnels, qui de plus en plus nombreux se mobilisent pour exprimer leur désaccord.

L’UNSEN-CGT mettra tout en œuvre pour que la mobilisation des personnels impose l’abandon de la généralisation des bacs pro 3 ans.


Ce communiqué fait suite à une note de X. Darcos aux recteurs d’académies dont l’objet est le développement du bac pro en trois ans, note proposée en fichier joint.


Documents joints

Circulaire-Bac-pro-3-ans
Circulaire-Bac-pro-3-ans

Agenda

<<

2019

 

<<

Décembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345
Aucun évènement à venir les 3 prochains mois

Sites favoris


7 sites référencés dans ce secteur

Brèves

Motion de soutien aux salariés de la Chapelle d’Arblay

mercredi 18 septembre

Les camarades de la CGT Educ’action Haute-Normandie réunis en Assemblée générale de rentrée le 16 septembre 2019 à Maromme expriment leur soutien aux salariés de la Chapelle Darblay, menacés de licenciement.
Dans le secteur privé, les fermetures de site et les plans de licenciement se multiplient. Dans les services publics, ce sont les suppressions de postes massives et la dégradation des conditions de travail.
De plus, la réforme des retraites est une attaque contre l’ensemble des salariés.

  • Zéro licenciement !
  • Non à la fermeture des sites !
  • Non à la casse des services publics !
  • Non à la réforme des retraites ! Luttons tous ensemble !

Motion adoptée à l’unanimité par l’AG des syndiqué-e-s CGT éduc’action Rouen

Fusion des académies : j’habite à Evreux, pourra-t-on me nommer à Cherbourg ?

vendredi 13 septembre

La lettre de cadrage pour la fusion des académies de Caen et Rouen certifiait que la gestion des personnels enseignants ne serait pas impacté jusqu’en 2022 (Mais en 2018 on nous jurait que la fusion n’était pas encore décidée). A en croire M. le Ministre, jusqu’à cette ce cas de figure n’existera pas. Mais après 2022 ça devient tout à fait possible pour les personnels du second degré. Le Rectorat a tout intérêt à ce que la souplesse et la mobilité des personnels soient maximales. Et avec l’affaiblissement du rôle des CAPA il sera encore plus compliqué d’influer sur les choix des services académiques, sans oublier que pour les contractuels ce « contrôle » est inexistant.

Une fusion des académies pour fermer des sections !

vendredi 13 septembre

Le Rectorat et la Région Normandie lancent la réflexion pour une nouvelle carte de formation à la rentrée de septembre 2020. Ca ne sent pas bon du tout ! L’académie et la région de Normandie auront, si nous ne faisons pas reculer le Ministère, le même périmètre au 1° janvier. Les filières de formation, frontalières pour le moment, ou seulement identiques, seront à la prochaine rentrée dans la même académie. Ce sera une très bonne excuse pour fusionner et fermer par ci par là et pour récupérer les postes.

Mac Do Neufchâtel en Bray veut licencier une militante syndicale CGT !

vendredi 6 juillet 2018

Suite à un entretien disciplinaire une syndiquée CGT depuis un mois au McDonald’s de Neufchatel en Bray a été mise à pieds à titre conservatoire avant que ne soit décidé un licenciement. Les vrais motifs de cette mise à pied : la distribution de tracts dans les restaurants de cette franchise (Dieppe, Yvetot et Neufchâtel en bray) mentionnant les acquis obtenus au restaurant d’Elbeuf (13e mois, prime trimestrielles, congés enfants malades, arbre de Noël ...), et la crainte que les salariés reprennent eux aussi ces revendications !
Rassemblement Dimanche 8 juillet 18h45 devant le Mac Donald de Neufchâtel en Bray.

Grève à l’hôpital psychiatrique Janet au Havre !

mercredi 20 juin 2018

A l’image des salariés de l’hôpital psychiatrique du Rouvray, les personnels grévistes de l’hôpital psychiatrique Janet du Havre ne lâchent pas le morceau. Ils exigent la venue de Mme Gardel, directrice de l’Agence régionale de santé, l’ouverture d’une nouvelle unité pour que les patients ne soient plus dans des lits supplémentaires avec la création de 50 postes pluridisciplinaires pour la faire fonctionner, la stagiarisation de tous les contractuels-les, l’arrêt de la polyvalence, l’embauche de médecins psychiatres titulaires. Rendez vous jeudi 21 à 8h45 à l’hôpital Flaubert pour une haie de déshonneur pour les administrateurs de l’hôpital, et le samedi 23 à 17h45 sur le parvis du printemps.
Soutenez les revendications en écrivant à Mme Gardel