Non à la masterisation des concours - Pour un recrutement à Bac + 3

Aucune suppression de poste – Rétablissement des postes supprimés - Pour des recrutements à la hauteur des besoins
lundi 17 novembre 2008
popularité : 4%

Pour tenter de faire face à la crise, le gouvernement compte accélérer le rythme de ses contre-réformes. Outre les suppressions de postes et la « réforme » des lycées, le gouvernement annonce une réforme des concours de l’enseignement dès 2010 : seront touchés tous les concours, y compris l’agrégation. Le projet de Darcos accroît la logique de sélection sociale, tout en déqualifiant les enseignants et en dégradant encore davantage la qualité de l’enseignement.

Une sélection sociale accrue

A l’avenir, pour pouvoir se présenter aux concours de recrutement, les étudiants devront avoir d’un master. Ils auront dû étudier cinq années après le Bac contre 3 aujourd’hui (4 pour l’agrégation) : les concours ne seront ouverts qu’aux étudiants qui pourront financé ces cinq années. Or de moins en moins d’étudiants ont accès à des bourses qui, de plus, sont réévaluées plus lentement que l’inflation, les aides au logement sont insuffisantes et beaucoup d’étudiants sont contraints de trouver un emploi. La sélection sociale se renforce donc pour devenir enseignant.

Casse de la qualité de l’enseignement

La masterisation doit permettre de passer « d’une logique de revalidation du niveau universitaire à une logique de recrutement conforme aux besoins de l’employeur ».

Darcos affirme chercher « l’élévation du niveau de recrutement et une amélioration de la qualité de la formation ». En réalité, les trois exigences pour devenir enseignant seront désormais la culture disciplinaire (et non pas la connaissance), la capacité à organiser un enseignement et la connaissance du système éducatif. Les compétences disciplinaires sont mises sur le même plan que la « connaissance » des « réformes » successives et des annonces ministérielles démagogiques !

Les nouveaux concours compteront deux épreuves. L’admissibilité aura lieu à l’issue du premier semestre universitaire et l’admission à la fin du second. Que feront le restant de l’année les étudiants non admissibles ? Ils iront travailler en attendant de se représenter au concours l’année suivante ? C’est seulement pendant l’admissibilité que seront évaluées les connaissances du candidat, limitées à une « culture générale disciplinaire » et à la manière dont il la « réinvestit » dans « l’étude des programmes d’enseignement secondaire ».

Pour l’oral, la « réforme » veut ajouter une épreuve d’entretien avec un jury pour « vérifier les connaissances du candidat relatives aux valeurs et aux exigences du service public, au système éducatif et à ses institutions et de manière plus générale à son aptitude à exercer le métier de professeur de collège et de lycée. » C’est en réalité un exercice de formatage. On peut s’interroger sur ce que sera la connaissance des « valeurs » du service public. La maîtrise et l’adhésion aux dernières contre-réformes du gouvernement ?

Changement fondamental, le ministre souhaite « impliquer dans le recrutement des personnels de direction, des membres de l’administration et la hiérarchie de l’éducation nationale, ainsi que des membres de la société civile ». Des chefs d’établissements et des patrons auront désormais leur mot à dire sur le recrutement des enseignants ! Cette « épreuve » pourrait même être la porte ouverte au recrutement par piston, copinage voire pire.

Des enseignants déqualifiés

Selon Darcos, la « réforme » permettrait de juger réellement l’aptitude des candidats à enseigner. Est-ce le cas ? Tout d’abord, l’actuelle formation des enseignants comporte une immense partie pratique, le stage d’un an en situation, complété par une formation à l’IUFM (insatisfaisante mais qui a pourtant le mérite d’exister !) Ensuite, on voit mal comment il serait possible de juger des capacités supposées des candidats à enseigner grâce à « un entretien » visant à « vérifier les connaissances du candidat relatives aux valeurs et exigences du service public, au système éducatif et à ses institutions ».
De plus, cela nie le fait que la première condition pour assurer un enseignement consiste à bien maîtriser sa discipline.

Enfin, envoyer les candidats admis enseigner immédiatement à temps plein, c’est préparer de multiples catastrophes pédagogiques (du côté des élèves) et des difficultés personnels et une souffrance au travail (du côté des enseignants). Toute personne connaissant le métier d’enseignant sait que les premiers cours sont longs et difficiles à préparer et que la gestion d’une classe est quelque chose qui s’apprend peu à peu, sur le terrain, avec l’aide d’enseignants expérimentés.

Les motivations réelles de cette « réforme »

Si les prétextes « pédagogiques » ne justifient pas la « réforme », quelles sont ses objectifs ?

Modifier la nature même du corps enseignant pour faciliter la mise au pas de l’Education nationale
Le collège et le lycée actuels demeurent, pour le gouvernement et le patronatt, encore trop organisés autour de la transmission des savoirs et de la formation du jugement. Darcos veut un système éducatif proposant une formation limitée au strict nécessaire pour la production, afin de former les futurs travailleurs les plus dociles possibles.
L’un des obstacles à cette transformation est la volonté des enseignants d’enseigner. Or celle-ci est liée , en partie, à leur recrutement : sélectionnés sur leur savoir disciplinaire, les professeurs développent au cours de leurs études à la fois un goût pour le savoir et un certain sens de l’indépendance intellectuelle. L’importance de l’entretien avec le jury, un véritable entretien d’embauche, permettra de sélectionner les futurs enseignants sur des critères qui ne sont pas purement intellectuel et scientifique.

Enfin, cette réforme permettrait aussi de faire une économie importante de postes : en envoyant directement les lauréats du concours enseigner à plein temps, le ministre récupère 10 000 emplois.

* * *

La Cgt revendique

⇨Le concours comme voie normale de recrutement des fonctionnaires

⇨L’augmentation du nombre de places aux concours

⇨La titularisation sans conditions de tous les précaires, pour résorber de façon définitive la précarité

⇨La revalorisation conséquente et l’extension des bourses, la gratuité des droits d’inscription et des transports, la construction de logements étudiants à loyer modéré, pour les étudiants

⇨La mise en place un système de pré-recrutement dans le cadre de cycles préparatoires rémunérés

⇨Une formation progressive programmée, accompagnée, étalée sur deux années scolaires, avec une titularisation au bout d’un an de stage

⇨La mise en place de critères explicites de titularisation, la possibilité de faire appel devant le jury de la décision, l’obligation pour le jury de motiver par écrit ses décisions de refus

⇨Le renouvellement automatique de stage avec un suivi et une formation adaptée pour les stagiaires en difficulté


Documents joints

tract contre la masterisation
tract contre la masterisation

Agenda

<<

2017

 

<<

Octobre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345
Aucun évènement à venir les 3 prochains mois

Sites favoris


1 site référencé dans ce secteur

Brèves

Justice - La taxe de 35 euros enfin supprimée

dimanche 4 août 2013

L’instauration d’un timbre fiscal de 35 €, décidée par le Gouvernement en 2011 et applicable depuis octobre 2011, pour toutes instances introduites devant les juridictions civiles, sociales, administratives et prud’homales, remet en cause l’accès au juge pour des milliers de salariés.

Comme nous l’avions prévu, cette taxe a entraîné une baisse conséquente des contentieux judiciaires, nombreux justiciables ayant renoncé à leur droit.

12 organisations, à l’initiative de la CGT se sont prononcées contre cette taxe. Après des mois de lutte nous avons enfin été entendus.

Christiane Taubira, Garde des sceaux, Ministre de la Justice, a annoncé, le 23 juillet 2013, la suppression, dans le projet de loi de finances pour 2014, de cette taxe.

Nous nous félicitons de cette décision obtenue grâce aux multiples manifestations dont une pétition nationale.

Montreuil, le 29 juillet 2013

Motion de la CGT Renault Cléon à propos de la défense des retraites

mardi 25 juin 2013

Texte de la motion votée à l’unanimité par la Commission exécutive du Syndicat CGT Renault Cléon à propos de la mobilisation contre la prochaine réforme des retraites.
Dès la fin septembre – début octobre, le gouvernement soumettra au parlement un projet de loi modifiant les conditions de départ à la retraite et abaissant le niveau des pensions des retraités, aggravant les effets de la réforme imposée par le gouvernement Sarkozy en 2010.
Ce qui laisse très peu de temps pour construire un rapport de force suffisant pour imposer l’abandon de ce projet de réforme.
Réuni en Commission exécutive, ce vendredi 21 juin, le syndicat CGT Renault Cléon appelle le bureau confédéral de la CGT :

  • à proposer dès le début juillet une première date de mobilisation nationale pour les premiers jours de septembre
  • à inscrire très clairement cette première date de mobilisation dans la perspective d’un blocage de l’économie, à la différence de la stratégie qui a conduit à l’échec de la mobilisation pour les retraites de 2010.

Voté à l’unanimité des 28 membres présents de la Commission exécutive

Projet de loi sur l’égalité femmes/hommes Pour la CGT le compte n’y est pas

mercredi 12 juin 2013

La Ministre des droits des femmes a présenté ce lundi en conseil supérieur pour l’égalité professionnelle le projet de loi pour l’égalité entre les femmes et les hommes. La CGT considère que ce projet de loi doit être un levier historique pour enfin atteindre l’égalité réelle entre les femmes et les hommes et sera particulièrement exigeante quant à son contenu.
Lire la suite du communiqué de la Confédératio}

Garantie Individuelle de Pouvoir d’Achat (GIPA) 2013

mercredi 8 mai 2013

Consultez, ci-contre, la fiche de calcul de la GIPA versée en 2013 réalisée par la CGT Fonction Publique. Cette fiche permet à tou
un chacun de savoir s’il a droit à la GIPA et, si oui, quel en sera le montant. La fiche permet aussi decalculer la perte réelle hors GVT (« glissement vieillesse-technicité ») subie par tout agent de la Fonction Publique.

Les inégalités se creusent entre retraités

mercredi 24 avril 2013

Le niveau de vie des seniors est proche de celui des actifs. Les pensions des jeunes retraités progressent plus vite. Les revenus du patrimoine accentuent les écarts.
Lire la suite sur le site des Echos

Notre fiche de paie finance la Protection Sociale

jeudi 12 juillet 2012

Sur mon salaire brut on me prélève différents pourcentages, à mon employeur aussi : C’est le financement de « Notre protection sociale ». Toutes ces cotisations assises sur mon salaire vont dans le « pot commun » et quand j’ai un problème, je bénéficie de droits. C’est le salaire Socialisé. Les cotisations permettent d’assurer la protection sociale de TOUS car nous sommes tous des assurés sociaux ! C’est la solidarité
Lire le tract de la CGT Organismes sociaux

L’enseignement agricole veut « crever l’abcès » de la précarité

mardi 3 juillet 2012

A la veille d’une rencontre avec le nouveau ministre de l’agriculture, six syndicats de l’enseignement agricole font démarche commune pour obtenir un plan de titularisation des contractuels correspondant aux besoins et sortir des agents de la grande pauvreté liée à des statuts parfois illégaux.
Lire la suite sur le Café pédagogique

NouveVidéo : M. et Mme Pognon ne payent pas beaucoup de taxe d’habitation.lle brève

jeudi 29 décembre 2011

Retrouver M. et Mme Pognon avec le paiement de leur taxe d’habitation. Comme toujours, ils trouvent cela bien trop cher, et pourtant...
Voir la vidéo sur le site de la CGT Finances