Premier degré - Jusqu’où ira le gouvernement ? Qui l’arrêtera ?

mercredi 19 novembre 2008
popularité : 5%

Mai 2007, une belle journée de grève, des dizaines de milliers de manifestants dans les rues… Réponse du gouvernement : le Service Minimum d’Accueil organisé par les communes. Cela n’a pas affaibli la détermination des enseignants et des citoyens préoccupés par les questions de l’Ecole : 80 000 personnes ont manifesté le 19 octobre à Paris.

Il y a un an, le ministère s’inquiète des faibles résultats de 15% d’élèves à la fin de la scolarité obligatoire. Réponse : mise en place de nouveaux programmes n’incitant pas les enfants à réfléchir, développement des apprentissages automatiques, contre l’avis quasi unanime des experts en pédagogie, des personnels et des organisations syndicales.

Dans le même temps, suppression de la classe le samedi matin permettant de laisser le week-end aux familles et surtout de développer le soutien. Ce soutien, 60 heures à l’année, est organisé en plus des 24 heures de classe maintenant obligatoires. Il va permettre le démantèlement de Réseaux d’Aide Spécialisés aux Enfants en Difficulté. 3 000 postes RASED vont déjà être récupérés et réinjectés dans les écoles, devant des classes ordinaires à la rentrée 2009. Dans de nombreux endroits, les personnels mécontents s’organisent et proposent d’autres fonctionnements pour les 60 heures.

Le ministre de l’Éducation nationale a récemment prouvé l’estime qu’ils porte aux enseignants des écoles maternelles en développant l’idée qu’il n’est pas nécessaire d’être titulaire d’un bac plus 5 pour organiser la sieste et changer les couches des petits.
Cette déclaration ne vise qu’à discréditer les enseignants, provoquer de façon malhonnête le soutien de l’opinion publique, et continuer tranquillement la casse de l’école maternelle.
Cela se confirme avec la publication de deux rapports. Après le rapport Tabarot remis cet été à François Fillon, le rapport de Papon présenté au sénat reprend mot pour mot les arguments du précédent et préconise la création de "jardins d’éveil" payants.

N. Sarkozy s’est engagé à créer un droit de garde opposable pour les jeunes enfants avant 2012. L’Union Européenne de son côté veut mettre en place une directive pour inciter les Etats membres de l’Europe à offrir davantage de structures d’accueil pour la petite enfance. L’accueil des deux ans sera, dans l’avenir, un marché porteur.

Des attaques sont menées contre les droits syndicaux.
Les heures d’informations syndicales, selon un courrier du ministère, doivent dorénavant se tenir en dehors des 24 heures de classe et des 60 heures annuelles de soutien.
Cela contraint fortement l’organisation de ce droit syndical alors que les textes n’ont pas changé et que la participation des personnels sur l’ensemble du temps de service est toujours possible.

La mise en place du Service Minimum d’Accueil (SMA) à la charge des communes va mettre nombre de celles-ci dans l’illégalité à cause d’un manque de personnel.

De plus le protocole de négociation prévu dans la loi va fortement contraindre le droit de grève en allongeant considérablement le délai de préavis (plus de 16 jours).

Le projet d’Établissement Public d’Enseignement Primaire (EPEP) réapparaît. Il vise à transformer les écoles de 15 classes et plus en établissement scolaire doté d’un Conseil d’Administration, d’un directeur ayant un statut d’emploi, le tout sous la coupe des politiques locales.

Cette liste affligeante est malheureusement loin d’être close.
Dans le carton des réformes à venir, on trouve encore :

• la création d’une agence de remplacement des enseignants (un audit sur l’efficacité des remplacements est en ce moment mené par une société privée : que fait l’Inspection Générale ?),

• la mise en place de primes pour les enseignants des CE1 et CM2 (liées à la correction des évaluations bilan),

• l’organisation de stages de formation continue en dehors des heures de face à face élèves…

Jusqu’où ira ce gouvernement ?
Le plus loin possible pour désengager l’État de ses obligations envers l’Éducation nationale !
Les enseignants et les élèves du premier degré en paient très lourdement les frais.

Qui pourrait arrêter ce processus ?
Le gouvernement doit trouver en face de lui un syndicalisme fort et confédéré. La CGT, avec ses 700 000 adhérents, regroupe tous les salariés, quelle que soit leur profession.
Des luttes se mènent actuellement pour défendre les RASED, pour ne pas mettre en place le soutien en dehors des heures ordinaires de classe, pour défendre la tenue des heures d’information syndicales.

Au sommaire du 6 pages

- p. 2 Diviser pour mieux régner

- p. 3 . Empêcher les EPEP / Touche pas à mon RASED

- p. 4 . Service minimum d’accueil / Évaluations CE1 et CM2

- p. 5 Accueil des enfants de 2 ans

- p. 6 . Élections professionnelles


Documents joints

6 pages
6 pages

Agenda

<<

2021

 

<<

Janvier

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
28293031123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Aucun évènement à venir les 3 prochains mois

Sites favoris


1 site référencé dans ce secteur

Brèves

Mouvement 2019 des personnels ATSS :

samedi 22 décembre 2018

Mouvement inter-académique des AAE et des SAENES :
La saisie des voeux doit se faire du 11 décembre 2018 au 8 janvier 2019. La CAPN des SAENES aura lieu le 19 mars 2019, et celle des AAE le 21 mars 2019.

Mouvement à gestion déconcentrés ADJAENES
la pré-inscription se fera du 10 janvier 2019 au 7 février 2019. Le reste du calendrier sera en fonction des académies demandées.

Mouvement à gestion déconcentrés des ATRF
la pré-inscription se fera du 10 janvier 2019 au 7 février 2019. Le reste du calendrier sera en fonction des académies demandées.

La pédagogie Nutella ou le collège 2016... vu à la TV !

lundi 20 avril 2015

La réforme du collège 2016 agite le Landerneau enseignant depuis quelques semaines. Elle inquiète aussi à juste titre les parents qui se demandent bien ce que ledit collège réformé fera avec leur progéniture.

Pour rassurer tout le monde, la télévision publique nous montre à quoi ressemblera le collège 2016, dans deux reportages successifs. En effet, le collège réformé s’inspire de dispositifs innovants qui existent déjà dans quelques établissements expérimentaux.

Alors savourons cet avant-goût du collège nouveau...

Lire la suite sur le site La Vie Moderne

Chatel : "Certaines mesures vont dans le bon sens"

lundi 20 avril 2015

C’est le spécialiste des réformes destructrices Chatel qui ont mis à mal le lycée général et liquidé la voie STI qui nous le dit.
On constate facilement où Vallaud-Belkacem trouve son inspiration !

"Que les conservateurs tombent les masques !"

lundi 20 avril 2015

Voici le titre de l’interview de Vallaud-Belkacem au très réactionnaire journal Le Point.
Notre seule réponse à NVB : "Que les néo-libéraux tombent également le masque !"

4 pages spécial Retraités de la FERC

samedi 31 août 2013

Au sommaire : Conférence de l’UFR... les retraités à l’offensive ! - Quelle UFR, quelle structure ? - Place des retraités dans la CGT - Continuité syndicale et renforcement - Impressions croisées
Télécharger le 4 pages

Au sujet des dépenses scolaires…

jeudi 22 août 2013

Chaque année, à l’approche de la rentrée, on retrouve dans les médias des articles plus ou moins bien renseignés sur les "dépenses de la rentrée des classes". Je les parcours toujours avec un peu d’agacement quand ils mettent en avant les nouveaux cartables, les vêtements, les classeurs, les crayons et les compas, les garderies et les cantines.
Parler de ces frais là, c’est évoquer l’arbre pour cacher la forêt. Les cartables et les compas durent facilement plusieurs années et les vêtements ne me semblent pas être une dépense scolaire : mes filles iraient-elles nues si l’école n’existait pas ? Idem pour la cantine : il faut manger même en dehors de l’obligation scolaire. Admettons pour la garderie des petits. Ce qui m’interpelle, ce sont les frais dont on parle moins et qui pourtant jalonnent bien le parcours scolaire des jeunes.
Lire la suite sur le site de l’Ecole démocratique

Ecole élémentaire : en France, le nombre d’élèves par enseignant supérieur à la moyenne OCDE (Depp)

vendredi 16 août 2013

Selon la revue "L’Éducation natio­nale en chiffres" de la Depp, le taux d’encadrement dans les écoles élémen­taires fran­çaises se situe en des­sous de la moyenne des pays de l’OCDE.
Le taux d’encadrement dans les écoles élémen­taires fran­çaises est en des­sous de la moyenne des pays de l’OCDE, selon la revue "L’Éducation natio­nale en chiffres" éditée par la Depp et parue en juillet 2013.
Dans les pays de l’OCDE, le nombre moyen d’élèves par ensei­gnant était à ce niveau de 15,4, en 2011 contre 18,4 en moyenne en France.

Loire-Atlantique / Rythmes : lettre ouverte des UD CGT, FO, FSU et Solidaires au DASEN et aux 26 maires de Loire-Atlantique appliquant la réforme en 2013

samedi 29 juin 2013

Depuis plusieurs mois, nos organisations syndicales ne cessent de dénoncer la précipitation et les dangers contenus dans la réforme des rythmes scolaires. Si les appréciations de nos syndicats respectifs peuvent diverger sur l’analyse de la loi Peillon et de son volet sur les rythmes scolaires, cela ne nous empêche en rien de partager nombre de points de vue sur les effets néfastes de cette réforme. Les propos volontaristes des municipalités ayant décidé de s’engager dès septembre 2013 dans la mise en œuvre du pan de réforme sur les rythmes ne résistent pas à un l’examen pragmatique. Pour notre part cette réforme relève plus d’un projet politique portant sur la territorialisation de l’École que sur les effets bénéfiques pour les enfants et les familles.
L’intention gouvernementale affiche une volonté de servir la réussite scolaire des élèves. Nous pensons qu’il y a loin du discours à une réalité qui malmène aussi les personnels concourant aux rythmes éducatifs des enfants. Les campagnes de communication politiciennes ne peuvent dissimuler les malaises grandissant autour de la rentrée 2013 précipitée.
Lire la suite