10 décembre : Une option minimaliste qui ne correspond pas à l’attente des personnels.

jeudi 4 décembre 2008
popularité : 10%

Fédérations présentes : FERC-CGT, FSU, UNSA-Éducation, SGEN-CFDT, FNEC FP-FO, FAEN, SUD-Éducation.

Participants pour la CGT : Patrick Désiré, Christophe Godard.

La position portée par la FERC CGT était de donner une suite à la journée du 20 novembre, en proposant une nouvelle étape dans la construction de la mobilisation par un appel à la grève avant les vacances de Noël.

Nous avons toujours été favorables à un appel unitaire 1er et 2nd degré.

Nous avons rappelé aussi que, dans le contexte de crise actuel, le budget 2009 sera désastreux pour l’emploi public, cela nécessite d’avoir une réponse plus large que le seul secteur éducation.

Nous rappelons que la confédération CGT avait proposé à ses partenaires une action interprofessionnelle avant la fin de l’année 2008.
Nous indiquons aussi que l’action, sans appel à la grève, du 10 ainsi que le texte proposé par la FSU ne sont pas à la hauteur de la situation.

Il n’a pas été possible d’aboutir à un appel unitaire à une journée de grève.

La seule décision prise est d’appeler à une journée d’action (sans appel à la grève) le 10 décembre.
Nous considérons que cette option est minimaliste et ne correspond pas à l’attente des personnels.

La FSU a fait la même analyse que nous !
Toutefois elle ne souhaite pas, pour l’instant, s’engager dans une action de grève avec la CGT, FO et SUD seulement.

L’UNSA-Éducation pense qu’il ne faut pas créer un « brouillage » de la journée d’action du 10 décembre en appelant à la grève dans la même semaine.
Elle analyse que la mobilisation n’est pas la même entre le 1er et le 2nd degré et qu’il ne faut pas engager un mouvement de grève qui serait inférieur à celui du 20 novembre.

Le SGEN-CFDT reprend l’analyse précédente même s’il constate une forte mobilisation dans le 1erdegré et serait prêt à envisager une action dans ce secteur uniquement. Il considère que, compte tenu des différences d’analyse sur les réformes en cours dans le second degré, il serait difficile d’avoir une action unitaire large dans le second degré. Pour les questions budgétaires et salariales, il préfère attendre une possible action interprofessionnelle au mois de janvier 2009.

La FNEC FP-FO considère qu’il faut se mobiliser autour d’une plate-forme unitaire qui dénonce l’ensemble des réformes en cours et qu’il faut élargir, le plus vite possible, la mobilisation public/privé par des actions de grève, en appelant à des assemblées générales dans les établissements.

Pour FO, l’action sans appel à la grève du 10 ainsi que le texte proposé par la FSU ne sont pas à la hauteur de la situation.
SUD Éducation serait prêt à participer à une grève en décembre à condition que celle-ci soit le point de départ d’une action qui se poursuive au mois de janvier.
Sud considère que la journée d’action sans appel à la grève du 10 ainsi que le texte proposé par la FSU ne sont pas une réponse à la hauteur de la situation.

Une prochaine rencontre interfédérale est prévue pour faire le point entre les fédérations après les rencontres bilatérales avec Xavier Darcos.

Le constat a été identique à celui de la réunion précédente de l’interfédérale, il n’y a pas volonté, pour certaines organisations, de porter une quelconque initiative nationale avant le mois de janvier.

Des interventions lors du débat ont fait apparaître que des rencontres bilatérales ont lieu entre le ministre de l’Éducation et certaines organisations syndicales (FSU, UNSA-Éducation, SGEN-CFDT).
D’autres organisations ont été tenues à l’écart de ces rencontres (FERC -CGT, FNEC FP-FO FAEN, SUD Éducation).

Nous sommes aussi conscients de l’importance, pour les personnels, de préserver un cadre unitaire. Nous devrons continuer à construire, avec les personnels, un mouvement dès le mois de janvier et plus tôt partout où cela serait possible.
Nous sommes pleinement conscients que ces informations ne sont pas satisfaisantes, mais elles reflètent malheureusement l’état du paysage syndical !

Une prochaine rencontre interfédérale est prévue pour faire le point entre les fédérations après les rencontres bilatérales de certaines d’entre elles avec Xavier Darcos.

Patrick Désiré,
Co-secrétaire général


Documents joints

Compte-rendu
Compte-rendu

Agenda

<<

2021

 

<<

Janvier

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
28293031123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Aucun évènement à venir les 3 prochains mois

Sites favoris


7 sites référencés dans ce secteur

Brèves

Lubrizol : 1 an après on oublie pas ! Réunion publique le 25 septembre, manifestation le 26 septembre

mardi 8 septembre 2020

Réunion publique d’information sous chapiteau Vendredi 25 septembre 2020 de 18 à 20h A la Friche Lucien, place Carnot, ROUEN
Jeudi MANIFESTATION Samedi 26 septembre 13h30 Rendez-vous devant : LUBRIZOL (quai de France)

Télécharger et diffuser :

Ecoles Delaunay en action le 22 janvier 2020 pour revenir en REP+

jeudi 23 janvier 2020

Lors de l’animation pédagogique du mercredi 22 janvier 2020 sur « les élèves à besoins particuliers », les enseignants ont rappelé leur exigence de classer les écoles maternelle Delaunay-Laurencin et élémentaire Sonia Delaunay de Dieppe (Val Druel) en REP+. En effet, elles sont sorties de l’Éducation Prioritaire en 2014 et ont été exclues des dispositifs REP et REP+ alors qu’elles répondent à tous les critères pour être classées en REP+. Son rang (64ème) au niveau académique la situe au même niveau que les écoles de REP+ du Havre ou de Rouen Nord.

Tous les enseignant·e·s des deux écoles sont venu·e·s avec un tee-shirt rappelant leur exigence et ont pris la parole en début d’animation. À l’issue de l’animation, l’urne était disponible pour pouvoir faire voter au référendum d’initiative populaire.

La CGT Éduc’action 76 soutient les collègues dans leurs actions.

Motion de soutien aux salariés de la Chapelle d’Arblay

mercredi 18 septembre 2019

Les camarades de la CGT Educ’action Haute-Normandie réunis en Assemblée générale de rentrée le 16 septembre 2019 à Maromme expriment leur soutien aux salariés de la Chapelle Darblay, menacés de licenciement.
Dans le secteur privé, les fermetures de site et les plans de licenciement se multiplient. Dans les services publics, ce sont les suppressions de postes massives et la dégradation des conditions de travail.
De plus, la réforme des retraites est une attaque contre l’ensemble des salariés.

  • Zéro licenciement !
  • Non à la fermeture des sites !
  • Non à la casse des services publics !
  • Non à la réforme des retraites ! Luttons tous ensemble !

Motion adoptée à l’unanimité par l’AG des syndiqué-e-s CGT éduc’action Rouen

Fusion des académies : j’habite à Evreux, pourra-t-on me nommer à Cherbourg ?

vendredi 13 septembre 2019

La lettre de cadrage pour la fusion des académies de Caen et Rouen certifiait que la gestion des personnels enseignants ne serait pas impacté jusqu’en 2022 (Mais en 2018 on nous jurait que la fusion n’était pas encore décidée). A en croire M. le Ministre, jusqu’à cette ce cas de figure n’existera pas. Mais après 2022 ça devient tout à fait possible pour les personnels du second degré. Le Rectorat a tout intérêt à ce que la souplesse et la mobilité des personnels soient maximales. Et avec l’affaiblissement du rôle des CAPA il sera encore plus compliqué d’influer sur les choix des services académiques, sans oublier que pour les contractuels ce « contrôle » est inexistant.

Une fusion des académies pour fermer des sections !

vendredi 13 septembre 2019

Le Rectorat et la Région Normandie lancent la réflexion pour une nouvelle carte de formation à la rentrée de septembre 2020. Ca ne sent pas bon du tout ! L’académie et la région de Normandie auront, si nous ne faisons pas reculer le Ministère, le même périmètre au 1° janvier. Les filières de formation, frontalières pour le moment, ou seulement identiques, seront à la prochaine rentrée dans la même académie. Ce sera une très bonne excuse pour fusionner et fermer par ci par là et pour récupérer les postes.