Rouen : Des ouvriers de Renault au Conseil Régional

lundi 8 décembre 2008
popularité : 9%

Des salariés de Renault ont envahi ce lundi le conseil régional de Haute-Normandie pour protester contre le chômage partiel (ou “chômage technique”) et en particulier attirer l’attention sur les pertes de salaires qui en découlent. Plusieurs voix, dont celles des syndicats et du chef de l’Etat, demandent la revalorisation de l’indemnisation du chômage partiel.

Entre 200 et 300 salariés des usines Renault de Cléon et de Sandouville, en Seine-Maritime, ont envahi ce lundi 8 décembre l’hémicycle du Conseil régional de Haute-Normandie. Des délégués CGT et FO ont pris la parole pour demander aux élus de faire pression sur Renault pour que le groupe indemnise en totalité le chômage partiel qui affecte ses usines (et que la loi impose aujourd’hui d’indemniser à 50% du salaire).

La manifestation a entraîné de vifs échanges entre les élus et les syndicalistes. Le président socialiste du conseil régional Alain Le Vern a regretté cette manifestation, jugeant que les syndicalistes se trompaient de cible, et a invité ces derniers à se tourner vers les députés de droite.

Dans le même temps ce lundi, face à la dégradation de la situation économique et à la recrudescence du recours au chômage partiel, Force Ouvrière a demandé au patronat dans un communiqué l’ouverture “dans l’urgence” d’une négociation interprofessionnelle sur l’indemnisation du chômage partiel. Dans un entretien publié par Le Parisien, le secrétaire général du syndicat, Jean-Claude Mailly, rappelle que “certains salariés perdent 300 euros lorsqu’ils sont placés au chômage technique“.

Le 27 novembre, la présidente du Medef, Laurence Parisot, avait déclaré sur RTL qu’elle n’était “pas hostile à ouvrir une négociation sur le sujet“. “Il faut aussi que l’Etat précise la part qu’il veut consacrer à ce dossier“, avait-elle ajouté.

“Ce chômage partiel que j’aimerais tant qu’on appelle ‘travail partiel‘”, avait déclaré Nicolas Sarkozy le 4 décembre lors de la présentation de son plan de relance pour l’économie. Le chef de l’Etat s’est en effet prononcé à plusieurs reprises en faveur de ce dispositif. Fin novembre, il a notamment déclaré qu’il jugeait “urgent” de relever le montant minimum de son indemnisation pour la porter au niveau du Smic. Il a demandé aux partenaires sociaux “d’augmenter le taux de prise en charge des rémunérations perdues qui n’est aujourd’hui que de 50%” et a proposé de passer de 600 à 800 le nombre d’heures de chômage partiel autorisées, voire à 1.000 dans les secteurs les plus en difficulté.

Renault a détaillé le 9 septembre un plan social de 4.000 “départs volontaires” en France, dont 1.000 dans son usine de Sandouville. Elle a annoncé ensuite le 25 septembre la suppression de 2.000 emplois supplémentaires dans ses filiales européennes, dont 900 en France. Le groupe a fermé temporairement une quinzaine de sites en France, dont ceux de Cléon et de Sandouville. A Sandouville, la situation est particulièrement critique puisque qu’une semaine sur deux y est chômée depuis septembre.

Une partie de ces fermetures temporaires prennent la forme de “journées non travaillées”, traditionnellement placées sur des périodes de vacances, qui, du fait d’accords propres à l’entreprise sur les 35 heures, ne doivent pas entraîner de pertes de salaires. En revanche, sur les sites de Sandouville, de Cléon et du Mans, des journées de chômage partiel au sens strict ont été mises en place.

Devant l’ampleur des emplois amenés à disparaître, Nicolas Sarkozy a annoncé par ailleurs le 28 octobre l’extension du contrat de transition professionnelle (CTP) de sept à dix-huit bassins d’emploi, dont celui de Sandouville. Le CTP, expérimenté depuis 2006 permet aux licenciés économiques - dans les entreprises de moins de 1000 salariés et dans celles en redressement ou en liquidation judiciaire quel que soit leur effectif - de toucher 80% de leur salaire brut pendant un an et de bénéficier d’un suivi personnalisé renforcé.

La rémunération du salarié au chômage partiel prévue par la loi
En cas de chômage partiel, l’employeur doit verser au salarié 50% de sa rémunération brute, avec un montant minimum de 4,42 euros par heure chômée. Il se fait ensuite rembourser par l’Etat une allocation spécifique dont le montant horaire est de 2,13 euros pour les entreprises de plus de 250 salariés, et de 2,44 euros pour celles de 250 salariés et moins. Le quota d’heures autorisées est de 600 heures par an et par personne.

La tribune, 8 décembre 2008


Agenda

<<

2020

 

<<

Août

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
272829303112
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31123456
Aucun évènement à venir les 3 prochains mois

Sites favoris


8 sites référencés dans ce secteur

Brèves

Grève à la BNF, contre la loi des « marchands d’esclaves »

dimanche 12 avril 2015

Les agents d’entretien payent cash les mesures d’économie des entreprises publiques. Après Radio France et le ministère des Finances, ils se mobilisent à la Bibliothèque nationale de France.
Lire la suite dans Politis

Avec la future réforme des retraites, les égoutiers seront-ils condamnés à mourir au travail ?

mercredi 26 juin 2013

Ils partent en retraite à 52 ans, mais meurent beaucoup plus tôt que les autres catégories de travailleurs. Victimes d’une surmortalité liée à leur travail insalubre, au milieu des gaz mortels, des produits chimiques ou des rejets radioactifs d’hôpitaux, les égoutiers peinent à faire reconnaître leurs pathologies comme maladies professionnelles. A l’heure des privatisations, les égoutiers du secteur public se battent pour conserver leurs droits à une retraite anticipée et à des conditions de travail sécurisées. Reportage en Ile-de-France.
Lire la suite sur Bastamag

Éducation nationale : quelques remèdes de cheval pour dégraisser le mammouth

mercredi 26 juin 2013

À l’occasion de la remise récente au gouvernement de deux rapports sur l’Éducation nationale et sa gestion – celui de la Cour des comptes et celui de la médiatrice de l’Éducation nationale –, certains médias en profitent pour accabler les enseignants en relayant et en amplifiant les préjugés les plus communs à leur égard, et pour livrer, plus ou moins subtilement, leurs solutions pour redresser une école publique dont ils dressent un tableau apocalyptique…
Lire la suite sur le site d’ACRIMED

« Elle était la seule à maîtriser le braille, on l’a remerciée »...

jeudi 30 mai 2013

Karine (1) est auxiliaire de vie scolaire. Elle a notamment accompagné un élève autiste, puis une malvoyante. Elle adore ce qu’elle fait et pourtant, on vient de la congédier. Motif : AVS, ce n’est pas un métier. Elle a atteint les six ans maximum de CDD dans la fonction publique. Alors, direction Pôle emploi.
Lire la suite

A lire dans "Le Café Pédagogique" du 14 février 2011

lundi 14 février 2011

Le Centre d’Analyse Stratégique, organisme directement rattaché au Premier Ministre, vient de publier son rapport et l’idée toute faite selon laquelle l’emploi public serait en France une charge plus importante qu’ailleurs est bousculée...

Sur le Web : Le Café Pédagogique

Québec - La question épineuse du redoublement

mercredi 15 juillet 2009

L’interdiction du redoublement passée dans les mœurs scolaires québécoises pèse lourd sur le niveau des élèves qui entrent au secondaire
« Plusieurs élèves passent au secondaire sans avoir les acquis et je ne parle pas de petites faiblesses. Je parle de graves lacunes. » Cette parole d’enseignants n’est pas rare car ils commencent à récolter les – mauvais - fruits d’une réforme dont le maître mot est : pas d’échec possible. Même si l’interdiction du redoublement n’est pas officielle, elle est passée dans les faits. 2% seulement des élèves redouble la sixième année de primaire (l’année qui précède l’entrée en secondaire ou collège dans le système français). Mais à force de faire passer des enfants en échec scolaire sans les aider, la situation est devenue difficile en première année de cycle secondaire. Une des conséquences de cette baisse de niveau est le départ des bons élèves dans le privé : 30% des élèves choisissent des établissements secondaires dans le secteur privé ou dans les écoles élitistes du public. Résultat : les établissements normaux se retrouvent avec une forte concentration d’élèves en difficulté. Pour enrayer la spirale des lacunes et de l’échec scolaire, les spécialistes appellent à se concentrer sur la lecture, quitte à réduire le volume horaire d’autres disciplines. L’apprentissage de la lecture est un bon moyen pour repérer les failles dans les mécanismes d’apprentissage.
La Presse, www.cyberpresse.ca, 22 juin 2009

J’ai 17 ans et je suis exclu car j’ai fait blocage contre Darcos

mardi 7 juillet 2009

Ce lundi matin, une élue parisienne, Danielle Simonet, conseillère de Paris (Parti de gauche), alertait par un e-mail très viral sur le sort de Tristan Sadeghi, lycéen tout juste sorti de classe de première, à qui son proviseur refuse l’inscription en terminale. Sauf s’il s’engage par écrit à ne plus participer à des manifs ou des blocages, tels que ceux qui ont émaillé l’année, au lycée Maurice-Ravel, dans le XXe arrondissement comme ailleurs.
Rue89 a proposé à ce jeune élu représentant au conseil de la vie lycéenne de raconter son histoire, alors que la mobilisation autour de son cas commence à prendre.

Royaume-Uni : parents et élèves au rapport

mardi 7 juillet 2009

À partir de la rentrée prochaine, un nouveau mode d’inspection des établissements scolaires sera lancé en Angleterre : les parents et les élèves seront mis à contribution pour classer les écoles et ainsi, décider du déplacement éventuel d’un inspecteur. L’année dernière, 600 établissements scolaires avaient été épinglés pour ne pas avoir atteint les résultats escomptés alors que l’organisme d’inspection les avait très bien notés. Désormais, les parents et leurs enfants rempliront des questionnaires qui permettront de définir le niveau des écoles. Les meilleures d’entre elles seront inspectées tous les 5 ans (au lieu de tous les 3 ans actuellement). Les autres auront droit à des visites surprises plus fréquentes des inspecteurs. Une décision qui ne fait pas l’affaire des enseignants : leurs représentants dénoncent un manque de confiance dans les écoles et redoutent de faire l’objet d’une observation accrue dès la rentrée.