Temps de travail - Contre la directive européenne

mercredi 10 décembre 2008
popularité : 3%

Le 16 décembre prochain, le Parlement européen doit se prononcer sur une proposition de directive porteuse de régression sociale, notamment en ce qui concerne la durée de la semaine de travail, qui pourrait être portée à 65 heures !

La CGT appelle à participer à l’Euromanifestation de Strasbourg.

Un projet de régression sociale

1/ La banalisation de la semaine de 65 heures

La durée maximale hebdomadaire de travail a été fixée à 48 heures par la directive de 1993, assortie d’un dispositif dérogatoire dit d’opt-out individuel, autorisant les employeurs à faire travailler le salarié au-delà de la durée maximale de 48 heures hebdomadaires en vigueur dans l’Union Européenne, sous réserve qu’il « en soit d’accord ». Cependant, le texte même de la directive prévoyait un réexamen de cette disposition, essentiellement appliquée au Royaume Uni, d’ici fin 2003 au plus tard.

Mais, loin d’envisager la suppression de cette dérogation, la proposition soumise aujourd’hui au Parlement prévoit au contraire sa pérennisation, sous prétexte qu’elle serait mieux « encadrée », avec notamment un maxima de 65 heures par semaine ! Un tel recul social est bien sûr totalement inacceptable car le caractère permanent de cette dérogation sera une incitation directe au dumping social et à la banalisation des longues heures de travail.

2/ Une nouvelle définition du temps de travail défavorable pour le salarié

La proposition de directive modifie la définition du temps de travail en introduisant la notion de « temps de garde » et surtout de « période inactive du temps de garde », cette dernière catégorie n’étant plus considérée comme du temps de travail, même si le travailleur doit être disponible sur le lieu de travail. Les travailleurs du secteur médical, social, les pompiers seront par exemple directement concernés par cette modification qui vise à revenir sur plusieurs jugements successifs de la Cour Européenne de Justice favorables aux salariés.

3/ Introduction de la modulation annuelle du temps de travail

La directive actuelle autorise le calcul de la durée maximale du travail sur 4 mois. Il est proposé de faire passer la durée de cette période de référence à 12 mois, ce qui rendrait possible des semaines de 78 heures en période haute de modulation, selon la CES.

4/ Repos compensateur

Le repos compensateur sera pris « dans un délai raisonnable » et non plus immédiatement après le fait qui l’a généré comme c’est le cas actuellement.

La proposition de directive néglige d’autres points importants : conciliation de la vie professionnelle et de la vie privée, temps de travail des cadres, etc.

La directive de 1993 avait pour objectif d’améliorer les conditions de travail dans l’Union européenne. Mais si la proposition de directive est adoptée en l’état, ce sera la première fois que la révision d’une directive se traduit par une régression de la législation européenne dans le domaine social.

Comment en est-on arrivé là ?

Pour mémoire, rappelons que pour entrer en vigueur, cette proposition de directive doit être adoptée avec un contenu identique par le Parlement européen et le Conseil de l’Union Européenne composé des ministres du travail des Etats membres.

En juin 2005, le Parlement avait déjà repoussé un projet de texte quasi identique et formulé des amendements pour améliorer le niveau de protection des salariés : fin de « l’opt out », refus de l’annualisation, etc.
Suite à ce rejet, le Conseil de l’Union européenne est resté divisé jusqu’en juin 2008, où l’Italie et la France ont fait basculer la position de cette institution et permis de déboucher sur la proposition de texte sur laquelle le Parlement se prononcera en décembre prochain.

Agir pour peser sur les décisions

La CES organise une euro manifestation le mardi 16 décembre, pour appeler les parlementaires à rejeter les modifications proposées et à adopter une législation qui permette :

  • la protection de la santé et de la sécurité des travailleurs ;
  • la conciliation de la vie privée et de la vie professionnelle ;
  • la promotion du dialogue social ;
  • l’amélioration de l’organisation du travail.

La manifestation se déroulera à Strasbourg, à partir de 13 h 30.
La CES s’est fixé un objectif de 10 000 manifestants.
La CGT sera partie prenante de cette initiative.


Agenda

<<

2020

 

<<

Janvier

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
272829303112
Aucun évènement à venir les 3 prochains mois

Sites favoris


7 sites référencés dans ce secteur

Brèves

Ecoles Delaunay en action le 22 janvier 2020 pour revenir en REP+

jeudi 23 janvier

Lors de l’animation pédagogique du mercredi 22 janvier 2020 sur « les élèves à besoins particuliers », les enseignants ont rappelé leur exigence de classer les écoles maternelle Delaunay-Laurencin et élémentaire Sonia Delaunay de Dieppe (Val Druel) en REP+. En effet, elles sont sorties de l’Éducation Prioritaire en 2014 et ont été exclues des dispositifs REP et REP+ alors qu’elles répondent à tous les critères pour être classées en REP+. Son rang (64ème) au niveau académique la situe au même niveau que les écoles de REP+ du Havre ou de Rouen Nord.

Tous les enseignant·e·s des deux écoles sont venu·e·s avec un tee-shirt rappelant leur exigence et ont pris la parole en début d’animation. À l’issue de l’animation, l’urne était disponible pour pouvoir faire voter au référendum d’initiative populaire.

La CGT Éduc’action 76 soutient les collègues dans leurs actions.

Motion de soutien aux salariés de la Chapelle d’Arblay

mercredi 18 septembre 2019

Les camarades de la CGT Educ’action Haute-Normandie réunis en Assemblée générale de rentrée le 16 septembre 2019 à Maromme expriment leur soutien aux salariés de la Chapelle Darblay, menacés de licenciement.
Dans le secteur privé, les fermetures de site et les plans de licenciement se multiplient. Dans les services publics, ce sont les suppressions de postes massives et la dégradation des conditions de travail.
De plus, la réforme des retraites est une attaque contre l’ensemble des salariés.

  • Zéro licenciement !
  • Non à la fermeture des sites !
  • Non à la casse des services publics !
  • Non à la réforme des retraites ! Luttons tous ensemble !

Motion adoptée à l’unanimité par l’AG des syndiqué-e-s CGT éduc’action Rouen

Fusion des académies : j’habite à Evreux, pourra-t-on me nommer à Cherbourg ?

vendredi 13 septembre 2019

La lettre de cadrage pour la fusion des académies de Caen et Rouen certifiait que la gestion des personnels enseignants ne serait pas impacté jusqu’en 2022 (Mais en 2018 on nous jurait que la fusion n’était pas encore décidée). A en croire M. le Ministre, jusqu’à cette ce cas de figure n’existera pas. Mais après 2022 ça devient tout à fait possible pour les personnels du second degré. Le Rectorat a tout intérêt à ce que la souplesse et la mobilité des personnels soient maximales. Et avec l’affaiblissement du rôle des CAPA il sera encore plus compliqué d’influer sur les choix des services académiques, sans oublier que pour les contractuels ce « contrôle » est inexistant.

Une fusion des académies pour fermer des sections !

vendredi 13 septembre 2019

Le Rectorat et la Région Normandie lancent la réflexion pour une nouvelle carte de formation à la rentrée de septembre 2020. Ca ne sent pas bon du tout ! L’académie et la région de Normandie auront, si nous ne faisons pas reculer le Ministère, le même périmètre au 1° janvier. Les filières de formation, frontalières pour le moment, ou seulement identiques, seront à la prochaine rentrée dans la même académie. Ce sera une très bonne excuse pour fusionner et fermer par ci par là et pour récupérer les postes.

Mac Do Neufchâtel en Bray veut licencier une militante syndicale CGT !

vendredi 6 juillet 2018

Suite à un entretien disciplinaire une syndiquée CGT depuis un mois au McDonald’s de Neufchatel en Bray a été mise à pieds à titre conservatoire avant que ne soit décidé un licenciement. Les vrais motifs de cette mise à pied : la distribution de tracts dans les restaurants de cette franchise (Dieppe, Yvetot et Neufchâtel en bray) mentionnant les acquis obtenus au restaurant d’Elbeuf (13e mois, prime trimestrielles, congés enfants malades, arbre de Noël ...), et la crainte que les salariés reprennent eux aussi ces revendications !
Rassemblement Dimanche 8 juillet 18h45 devant le Mac Donald de Neufchâtel en Bray.