Travailleurs sans papiers - Une importante étape est franchie dans les régularisations

vendredi 12 décembre 2008
popularité : 4%

À la veille du neuvième mois du mouvement de grèves et d’occupations des travailleurs sans-papiers en lutte pour leur régularisation, la Cgt vient de faire le point avec ses unions départementales et fédérations professionnelles engagées dans ce mouvement.
La détermination des deux mille grévistes et plus, dans ce conflit social inédit, a déjà permis de gagner la régularisation de nombre d’entre eux, mais elle vient d’ouvrir la voie de la régularisation pour toutes celles et ceux qui, depuis de nombreuses années travaillent dans les secteurs « en tension », que ce soit en région parisienne ou dans les autres départements.

A l’issue de plusieurs réunions entre le Ministère de l’Immigration et la Cgt, des critères et des instructions pour permettre cette « régularisation par le travail » viennent d’être communiqués par le Ministère à toutes les préfectures.

1) Ces régularisations interviennent sur la base de la liste dite des « 150 métiers en tension » définis dans la circulaire du 20 décembre 2007, à l’origine réservés aux seuls ressortissants des nouveaux pays entrés dans l’Union européenne.

2) L’employeur doit s’engager à proposer au salarié un contrat de travail à durée déterminée (CDD) d’au moins 12 mois ou un contrat de travail à durée indéterminée (CDI), et à payer la taxe requise à l’Agence nationale de l’accueil des étrangers et des migrations (ANAEM).

3) Pour les 3500 dossiers déposés dans les préfectures dans le cadre du mouvement du 15 avril 2008 et ce jusqu’à la date du 16 octobre, la présence sur le territoire demandée est de 3 ans avec un an d’activité salariée au moment de la demande de régularisation (période de grève et période liée à un licenciement pour défaut de titre de séjour prises en compte). Pour les autres dossiers, la présence requise sur le territoire est de 5 ans.

4) Les 90 travailleuses sans papiers, embauchées dans le secteur de l’aide à la personne, portés par la Cgt, Droits devant et l’organisation Egalité bénéficieront d’une autorisation de séjour de 3 mois avec autorisation de travail (APS), renouvelable une fois si besoin, pour leur permettre d’obtenir un plein temps, condition imposée pour l’obtention de la carte salariée d’un an.

5) Les dossiers rejetés et accompagnés d’une obligation de quitter le territoire (OQTF), déposés dans le cadre du mouvement avant le 16 octobre, seront réexaminés par les préfectures.

Pour les travailleurs intérimaires : Outre les exigences ministérielles ci-dessus, les préfectures ont maintenant un texte indiquant que la régularisation intervient dans le cadre :

1) D’ une période d’activité salariée correspondant au moins à 12 Smic mensuels dans la période du 1er janvier 2007 au 30 juin 2008, dont 910 heures de travail dans l’entreprise de travail temporaire qui va remplir les documents en vue de la régularisation.

2) Avec un engagement de l’entreprise utilisatrice sous forme d’un CDI ou d’un CDD de 12 mois au moins dans le cadre d’une requalification du contrat de travail.

3)- Ou un engagement de l’entreprise de travail temporaire :
avec un contrat de mission de 12 mois garantissant une rémunération au moins égale au Smic mensuel.
ou, dans le cadre d’un accord avec l’organisation syndicale, un engagement de la part de l’entreprise d’intérim à fournir un volume d’heures garantissant :
soit une rémunération au moins équivalent à 12 mois de Smic sur les 12 mois à venir.
soit à un cumul de 1600 heures sur les 18 mois à venir.

Ces résultats engrangés par la lutte déterminée des travailleurs sans-papiers, avec à leurs côtés une partie du mouvement syndical dont la Cgt et de nombreuses associations de défense et de soutien des « sans-papiers » doivent maintenant être concrétisés dans les faits.

Immédiatement et sans réserve pour tous celles et ceux qui sont encore en grève.

Très rapidement pour toutes celles et ceux qui répondent aux critères définis.

Il y a urgence maintenant que quelques hauts responsables de certaines préfectures arrêtent, une bonne fois pour toutes, de faire de l’obstruction systématique et que le gouvernement donne partout les moyens adéquats y compris en personnel pour que ses engagements sur ce dossier soient respectés.

La CGT, avec l’ensemble de ses militantes et militants qui se sont investis depuis des mois aux côtés de ces ouvriers et employés, du bâtiment, du nettoyage, de la restauration, de l’industrie graphique, de l’aide à la personne et d’autres secteurs en tension, n’accepteront pas que le fruit de cette lutte de plusieurs mois dépérisse dans les préfectures.

De même, la CGT n’acceptera pas que des employeurs continuent de nier l’évidence. Il est urgent que ces employeurs stoppent les licenciements pour « défaut de papiers » et engagent la régularisation de leurs salariés.

Cette régularisation n’est que justice. Ces salariés participent pleinement, souvent dans de très dures conditions et sans prendre le travail de quiconque, à la création des richesses de notre pays. En faisant valoir leurs droits de salariés, ils aident l’ensemble des salariés à lutter contre le dumping social. Et cela, c’est bon pour tous les salariés !

« Ils bossent ici, ils vivent ici, ils restent ici ! ».


Agenda

<<

2019

 

<<

Octobre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
30123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031123
Aucun évènement à venir les 3 prochains mois

Sites favoris


7 sites référencés dans ce secteur

Brèves

Motion de soutien aux salariés de la Chapelle d’Arblay

mercredi 18 septembre

Les camarades de la CGT Educ’action Haute-Normandie réunis en Assemblée générale de rentrée le 16 septembre 2019 à Maromme expriment leur soutien aux salariés de la Chapelle Darblay, menacés de licenciement.
Dans le secteur privé, les fermetures de site et les plans de licenciement se multiplient. Dans les services publics, ce sont les suppressions de postes massives et la dégradation des conditions de travail.
De plus, la réforme des retraites est une attaque contre l’ensemble des salariés.

  • Zéro licenciement !
  • Non à la fermeture des sites !
  • Non à la casse des services publics !
  • Non à la réforme des retraites ! Luttons tous ensemble !

Motion adoptée à l’unanimité par l’AG des syndiqué-e-s CGT éduc’action Rouen

Fusion des académies : j’habite à Evreux, pourra-t-on me nommer à Cherbourg ?

vendredi 13 septembre

La lettre de cadrage pour la fusion des académies de Caen et Rouen certifiait que la gestion des personnels enseignants ne serait pas impacté jusqu’en 2022 (Mais en 2018 on nous jurait que la fusion n’était pas encore décidée). A en croire M. le Ministre, jusqu’à cette ce cas de figure n’existera pas. Mais après 2022 ça devient tout à fait possible pour les personnels du second degré. Le Rectorat a tout intérêt à ce que la souplesse et la mobilité des personnels soient maximales. Et avec l’affaiblissement du rôle des CAPA il sera encore plus compliqué d’influer sur les choix des services académiques, sans oublier que pour les contractuels ce « contrôle » est inexistant.

Une fusion des académies pour fermer des sections !

vendredi 13 septembre

Le Rectorat et la Région Normandie lancent la réflexion pour une nouvelle carte de formation à la rentrée de septembre 2020. Ca ne sent pas bon du tout ! L’académie et la région de Normandie auront, si nous ne faisons pas reculer le Ministère, le même périmètre au 1° janvier. Les filières de formation, frontalières pour le moment, ou seulement identiques, seront à la prochaine rentrée dans la même académie. Ce sera une très bonne excuse pour fusionner et fermer par ci par là et pour récupérer les postes.

Mac Do Neufchâtel en Bray veut licencier une militante syndicale CGT !

vendredi 6 juillet 2018

Suite à un entretien disciplinaire une syndiquée CGT depuis un mois au McDonald’s de Neufchatel en Bray a été mise à pieds à titre conservatoire avant que ne soit décidé un licenciement. Les vrais motifs de cette mise à pied : la distribution de tracts dans les restaurants de cette franchise (Dieppe, Yvetot et Neufchâtel en bray) mentionnant les acquis obtenus au restaurant d’Elbeuf (13e mois, prime trimestrielles, congés enfants malades, arbre de Noël ...), et la crainte que les salariés reprennent eux aussi ces revendications !
Rassemblement Dimanche 8 juillet 18h45 devant le Mac Donald de Neufchâtel en Bray.

Grève à l’hôpital psychiatrique Janet au Havre !

mercredi 20 juin 2018

A l’image des salariés de l’hôpital psychiatrique du Rouvray, les personnels grévistes de l’hôpital psychiatrique Janet du Havre ne lâchent pas le morceau. Ils exigent la venue de Mme Gardel, directrice de l’Agence régionale de santé, l’ouverture d’une nouvelle unité pour que les patients ne soient plus dans des lits supplémentaires avec la création de 50 postes pluridisciplinaires pour la faire fonctionner, la stagiarisation de tous les contractuels-les, l’arrêt de la polyvalence, l’embauche de médecins psychiatres titulaires. Rendez vous jeudi 21 à 8h45 à l’hôpital Flaubert pour une haie de déshonneur pour les administrateurs de l’hôpital, et le samedi 23 à 17h45 sur le parvis du printemps.
Soutenez les revendications en écrivant à Mme Gardel

RESF : une bonne nouvelle qui se concrétise enfin !

mardi 12 juin 2018

Mme Erdene, dont les enfants sont scolarisés au lycée de Déville-lès-Rouen et dans des écoles de Maromme, a reçu enfin son titre de séjour ; celui de son mari attend à la Préfecture, sauf imprévu.
Les bonnes nouvelles sur ce front sont si rares qu’il fallait en parler d’autant plus que pour d’autres familles, l’étau se resserre.
Mme Balogun - originaire du Nigéria et qui a une enfant scolarisée au collège de Maromme - s’est vu confirmer son OQTF par le Tribunal Administratif et France Terre d’Asile cherche à récupérer leur logement CADA en essayant de les en expulser.
La CGT Educ’action revendique la régularisation des lycéens majeurs et des parents d’élèves sans papiers.