Un début d’année 2009 sous le signe de la contestation sociale

La Tribune du 1er janvier 2009
jeudi 1er janvier 2009
popularité : 7%

Réforme de l’indemnisation du chômage : aux syndicats de trancher

La négociation des partenaires sociaux sur l’assurance chômage ayant abouti à un projet d’accord dans la nuit du 23 au 24 décembre, les syndicats soumettront le texte à leurs instances en janvier. Pour être appliqué, le projet doit être approuvé par au moins une organisation syndicale de salariés et une organisation patronale. D’ores et déjà, l’attitude des syndicats se révèle contrastée, rendant difficile tout pronostic.

La CGT, qui rejette le texte, communiquera sa décision définitive le 6 janvier.

La CFDT, qui se prononcera le 8, a prévenu par la voix de son secrétaire général, François Chérèque, qu’elle “ne signera pas toute seule“.

FO tranchera pour sa part “après le 6” et son secrétaire général Jean-Claude Mailly a déclaré qu’il y avait dans ce projet “quelques points positifs, et beaucoup de points négatifs, comme prévoir dès aujourd’hui une baisse des cotisations“.

La CFTC a regretté un accord qui ne se montre pas “à la hauteur de la crise“. “Nombreux vont être les personnes indemnisées qui vont voir leur durée d’indemnisation réduite, notamment les seniors“, a déclaré la confédération chrétienne, qui se décidera le 12.

La CFE-CGC statuera le 20, son chef de file Alain Lecanu soulignant qu’il n’avait pas “forcément une approche très positive du texte“.

Le projet doit permettre d’indemniser plus de demandeurs d’emploi (100.000, selon l’Unedic, de 200.000 à 300.000 selon le Medef et les syndicats) et de baisser les cotisations - des salariés comme des employeurs - en cas d’excédent du régime.

La difficile naissance du Pôle emploi

Le Pôle emploi, issu de la fusion, au 1er janvier, des Assedic et de l’ANPE, se met en place dans la douleur. Cinq syndicats du nouvel organisme (FO, Snap, SNU, Sud et CGT) ont appelé à faire grève dès le lundi 5 janvier, date prévue pour l’ouverture de ses portes. Une grève est également prévue le 8 janvier à l’appel de l’ensemble des syndicats du Pôle (les cinq précédents plus la CFDT, la CFE-CGC et la CFTC).

“Nous revendiquons une augmentation immédiate des salaires, une amélioration des conditions de travail, et des effectifs permanents en nombre suffisant permettant de rendre un véritable service aux usagers“, déclarent les syndicats, qui dénoncent “l’exaspération des personnels des deux institutions fusionnées devant tant d’impréparation, d’incohérences et d’incertitudes“.

La dernière grève commune ANPE-Assedic contre cette fusion avait eu lieu le 27 novembre 2007, et avait mobilisé 60% du personnel des Assedic (14.000 personnes), et 25% à l’ANPE (30.000 personnes). Le 1er décembre 2008, 48% des agents de l’ANPE avaient fait grève, à l’appel commun de leurs huit syndicats.

Une grève interprofessionnelle prévue le 29 janvier

Lundi 15 décembre, l’ensemble des syndicats français se sont mis d’accord pour demander au monde du travail de refuser de “payer la crise” en participant à une grande journée d’action interprofessionnelle de manifestations le jeudi 29 janvier, sur les thèmes de la défense de l’emploi “privé et public” et le “maintien du pouvoir d’achat“.

Sept fédération de l’Education - FAEN, Ferc-CGT, Fnec-FP-FO, FSU, SGEN-CFDT, SUD-Education, UNSA-Education - ont appelé le 23 décembre “à participer massivement” à ce mouvement. Sont appelés à la grève à la fois les personnels de l’Education, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, ainsi que de la Jeunesse et des Sports, précisent les syndicats, dans un communiqué commun.

Les fédérations CGT, Sud, CFDT, FO et CFTC de La Poste ont également appelé “tous les postiers à s’inscrire massivement” dans cette journée. Ils s’opposent au changement du statut de La Poste en société anonyme, et à l’ouverture de son capital, annoncés le 19 décembre, qui selon eux “ne font que confirmer la volonté du gouvernement de privatiser La Poste“.

Education : une réforme du lycée et des suppressions de postes très contestés

Avant la manifestation interprofessionnelle du 29 janvier à laquelle les syndicats de l’éducation ont appelé à participer, deux autres rendez-vous sont prévus. Le ministre de l’Education, Xavier Darcos, a annoncé qu’il allait reprendre de zéro son projet de réforme du lycée, en organisant “une sorte d’états généraux du lycée à partir des établissements“, les 24 et 25 janvier, pour essayer de “faire s’exprimer tous les lycéens“. En prévision de ce rendez-vous, les principales organisations lycéennes, l’UNL et la Fidl, ont appelé pour le 8 janvier à des mobilisations dans les lycées se traduisant par des assemblées générales, des actions d’informations ou des rassemblements.

Puis, le samedi 17 janvier, personnels de l’Education, élèves et parents d’élèves sont appelés à une journée de manifestations pour “protester contre les suppressions de postes inscrites au budget 2009” (13.500) et “contre les mesures éducatives du gouvernement“. Cet appel émane d’un collectif regroupant les principales fédérations de l’Education - FSU, Unsa-Education, Sgen-CFDT -, les lycéens de l’UNL et de la Fidl, les étudiants de l’Unef, les parents de la FCPE ou encore des mouvements pédagogiques.

L’audiovisuel en colère

La CGT, la CFDT, la CFTC, FO, le SNJ et le SRCTA-UNSA de France 2 ont déposé un préavis de grève de 24 heures pour le 7 janvier, date du début de l’examen du projet de loi sur l’audiovisuel public par le Sénat. Ils réclament entre autres “un financement pérenne de France Télévisions et la garantie de l’indépendance politique, éditoriale et stratégique de France 2“.

Sept syndicats de France 3 (CFDT, FO, CFTC, CFE-CGC, SNJ, SUD et SRCTA-UNSA) ont déposé un préavis, pour une grève de 24 heures le 5 janvier 2009. Les journalistes et techniciens CGT de France 3 (SNJ-CGT et SNRT-CGT) ont aussi déposé un préavis du 5 janvier (à partir de 0H00) au 7 janvier (à minuit).

C’est à partir du 5 janvier que s’appliquera la partie la plus visible par le grand public de la réforme de l’audiovisuel public, avec la suppression de la publicité sur les antennes de France Télévisions après 20 h.

La loi sur le travail le dimanche, rejetée jusque au sein de la majorité

A l’Assemblée, le débat sur la proposition de loi l’extension du travail dominical, une promesse de campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy, a été ajournée, au mieux à la mi-janvier après une séance de débat houleuse le 17 décembre.

Le texte - qui divise la majorité et rencontre l’opposition acharnée de la gauche - est le fruit d’un compromis arraché par Nicolas Sarkozy au sein de sa propre majorité. Il permet désormais au maire d’autoriser l’ouverture des magasins dans sa ville huit dimanches par an contre cinq aujourd’hui.

Mais il ne fait toujours pas l’unanimité à droite, où certains députés s’inquiètent de la référence toujours explicite à des droits plus étendus pour les agglomérations de plus de 1 million d’habitants et, surtout, de la possibilité donnée au préfet d’autoriser, sans l’avis du maire, l’ouverture dominicale dans les “zones touristiques“.


Agenda

<<

2020

 

<<

Juillet

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
293012345
6789101112
13141516171819
20212223242526
272829303112
Aucun évènement à venir les 3 prochains mois

Sites favoris


8 sites référencés dans ce secteur

Brèves

Grève à la BNF, contre la loi des « marchands d’esclaves »

dimanche 12 avril 2015

Les agents d’entretien payent cash les mesures d’économie des entreprises publiques. Après Radio France et le ministère des Finances, ils se mobilisent à la Bibliothèque nationale de France.
Lire la suite dans Politis

Avec la future réforme des retraites, les égoutiers seront-ils condamnés à mourir au travail ?

mercredi 26 juin 2013

Ils partent en retraite à 52 ans, mais meurent beaucoup plus tôt que les autres catégories de travailleurs. Victimes d’une surmortalité liée à leur travail insalubre, au milieu des gaz mortels, des produits chimiques ou des rejets radioactifs d’hôpitaux, les égoutiers peinent à faire reconnaître leurs pathologies comme maladies professionnelles. A l’heure des privatisations, les égoutiers du secteur public se battent pour conserver leurs droits à une retraite anticipée et à des conditions de travail sécurisées. Reportage en Ile-de-France.
Lire la suite sur Bastamag

Éducation nationale : quelques remèdes de cheval pour dégraisser le mammouth

mercredi 26 juin 2013

À l’occasion de la remise récente au gouvernement de deux rapports sur l’Éducation nationale et sa gestion – celui de la Cour des comptes et celui de la médiatrice de l’Éducation nationale –, certains médias en profitent pour accabler les enseignants en relayant et en amplifiant les préjugés les plus communs à leur égard, et pour livrer, plus ou moins subtilement, leurs solutions pour redresser une école publique dont ils dressent un tableau apocalyptique…
Lire la suite sur le site d’ACRIMED

« Elle était la seule à maîtriser le braille, on l’a remerciée »...

jeudi 30 mai 2013

Karine (1) est auxiliaire de vie scolaire. Elle a notamment accompagné un élève autiste, puis une malvoyante. Elle adore ce qu’elle fait et pourtant, on vient de la congédier. Motif : AVS, ce n’est pas un métier. Elle a atteint les six ans maximum de CDD dans la fonction publique. Alors, direction Pôle emploi.
Lire la suite

A lire dans "Le Café Pédagogique" du 14 février 2011

lundi 14 février 2011

Le Centre d’Analyse Stratégique, organisme directement rattaché au Premier Ministre, vient de publier son rapport et l’idée toute faite selon laquelle l’emploi public serait en France une charge plus importante qu’ailleurs est bousculée...

Sur le Web : Le Café Pédagogique

Québec - La question épineuse du redoublement

mercredi 15 juillet 2009

L’interdiction du redoublement passée dans les mœurs scolaires québécoises pèse lourd sur le niveau des élèves qui entrent au secondaire
« Plusieurs élèves passent au secondaire sans avoir les acquis et je ne parle pas de petites faiblesses. Je parle de graves lacunes. » Cette parole d’enseignants n’est pas rare car ils commencent à récolter les – mauvais - fruits d’une réforme dont le maître mot est : pas d’échec possible. Même si l’interdiction du redoublement n’est pas officielle, elle est passée dans les faits. 2% seulement des élèves redouble la sixième année de primaire (l’année qui précède l’entrée en secondaire ou collège dans le système français). Mais à force de faire passer des enfants en échec scolaire sans les aider, la situation est devenue difficile en première année de cycle secondaire. Une des conséquences de cette baisse de niveau est le départ des bons élèves dans le privé : 30% des élèves choisissent des établissements secondaires dans le secteur privé ou dans les écoles élitistes du public. Résultat : les établissements normaux se retrouvent avec une forte concentration d’élèves en difficulté. Pour enrayer la spirale des lacunes et de l’échec scolaire, les spécialistes appellent à se concentrer sur la lecture, quitte à réduire le volume horaire d’autres disciplines. L’apprentissage de la lecture est un bon moyen pour repérer les failles dans les mécanismes d’apprentissage.
La Presse, www.cyberpresse.ca, 22 juin 2009

J’ai 17 ans et je suis exclu car j’ai fait blocage contre Darcos

mardi 7 juillet 2009

Ce lundi matin, une élue parisienne, Danielle Simonet, conseillère de Paris (Parti de gauche), alertait par un e-mail très viral sur le sort de Tristan Sadeghi, lycéen tout juste sorti de classe de première, à qui son proviseur refuse l’inscription en terminale. Sauf s’il s’engage par écrit à ne plus participer à des manifs ou des blocages, tels que ceux qui ont émaillé l’année, au lycée Maurice-Ravel, dans le XXe arrondissement comme ailleurs.
Rue89 a proposé à ce jeune élu représentant au conseil de la vie lycéenne de raconter son histoire, alors que la mobilisation autour de son cas commence à prendre.

Royaume-Uni : parents et élèves au rapport

mardi 7 juillet 2009

À partir de la rentrée prochaine, un nouveau mode d’inspection des établissements scolaires sera lancé en Angleterre : les parents et les élèves seront mis à contribution pour classer les écoles et ainsi, décider du déplacement éventuel d’un inspecteur. L’année dernière, 600 établissements scolaires avaient été épinglés pour ne pas avoir atteint les résultats escomptés alors que l’organisme d’inspection les avait très bien notés. Désormais, les parents et leurs enfants rempliront des questionnaires qui permettront de définir le niveau des écoles. Les meilleures d’entre elles seront inspectées tous les 5 ans (au lieu de tous les 3 ans actuellement). Les autres auront droit à des visites surprises plus fréquentes des inspecteurs. Une décision qui ne fait pas l’affaire des enseignants : leurs représentants dénoncent un manque de confiance dans les écoles et redoutent de faire l’objet d’une observation accrue dès la rentrée.