Ils veulent notre peau ! Il faut réagir !

dimanche 25 janvier 2009
par  David Querret
popularité : 7%

5 lycées en grève la semaine dernière : les Lycées professionnels ne se laisseront pas faire !

Les LP E.Labbé à Barentin, Aragon à Gisors, Brassens à Neufchatel, Descartes à Fécamp et Val de Seine (avec le Lycée) au Grand Quevilly, se sont mis en grève, mercredi, jeudi ou vendredi dernier. Le rectorat en catastrophe a reçu des délégations les unes après les autres et à chaque fois a "lâché" des moyens à toute allure (en
général création d’un CAP en remplacement du BEP supprimé).

Mais rien n’est réglé, les DHG qui vont tomber mardi 27 le montreront bien, c’est toute la formation professionnelle en LP public qui est visée !

Généralisation du bac pro 3 ans = dévalorisation des formations et des diplômes

Le temps de préparation d’un bac professionnel passe de
quatre à trois ans. Le nombre d’heures de cours baisse
jusqu’à 30 ou 35% selon les matières, car on passe à 22
semaines de stage. Quelle valeur pour une formation qui
offre de moins en moins d’heures de cours ? Comment
former un professionnel avec seulement 6 heures d’atelier
par semaine ?

Une session de rattrapage est mise en place. L’idée est
bonne, mais cette session consistera en un entretien de 20
minutes, avec un jury de deux membres, sans contenu
défini. Voilà qui ressemble fort à un moyen artificiel de faire
remonter les taux de réussite...

Le BEP sera passé en fin de première année, en CCF, et il
ne serait plus nécessaire d’avoir la moyenne en
enseignement professionnel pour l’obtenir ! Bref, le BEP ne
vaudra plus rien.

Réduction de l’offre de formation, saignée dans les postes : la casse s’accélère.

A la rentrée 2009, 596 places seront supprimées dans
les LP de l’académie, des filières entières
disparaissent. Toutes les places fermées en BEP ne sont
pas compensées par des ouvertures de bac pro 3 ans ou
de CAP, loin de là.

Tout cela se traduit par 72 suppressions de postes, mais
aussi par une offre de formation réduite dans
l’enseignement public. L’objectif du rectorat (et la région va
dans le même sens) est clair : confier une part de plus en
plus grande de la formation professionnelle au secteur privé
(LP privés et CFA). Et la question est désormais posée :
que restera-t-il des LP publics dans quelques années si on
continue comme ça ?

Dégradation des conditions de travail, ça continue

De nouvelles modalités de répartition des heures sont
prévues, et sont d’une complexité incroyable. Ce qui
est sûr, c’est que les possibilités de dédoublements vont
être réduites.

La place du CCF continue d’augmenter, au détriment de
l’égalité des élèves entre établissements, et au prix d’une
surcharge de travail pour les collègues.

BIO ATA : une filière qui recrute et qui assure des débouchés professionnels ? On ferme !

Le ministère vient de décider de fermer brutalement
toutes les sections BIO ATA. Face aux grèves dans les
établissements touchés, il s’oriente dans l’urgence (et le
bricolage) vers un remplacement par d’autres formations.
Cette affaire est symbolique du mépris pour les enseignants
et les élèves, de la volonté de faire des "économies" coûte
que coûte... et de l’hypocrisie d’un recteur qui connaissait
cette nouvelle, mais l’a cachée aux syndicats lors du
Comité Technique Paritaire Académique du 19 janvier !

La casse actuelle de l’enseignement professionnel
préfigure celle de l’enseignement technologique
prévue dans la réforme des lycées (reportée à
septembre 2010) et accompagne les suppressions
massives de postes que nous subissons depuis des
années.

La semaine dernière les LP ayant des BIO ATA ont entamé la contre-offensive.

Cette semaine, poursuivons-là, amplifions-là

"Réunion de crise" des LP

A l’appel des syndicats
CGT, SNUEP, SNEP, SUD, FO

Mercredi 28 janvier

- 14 heures, Halle aux Toiles, ROUEN
- 14h30, Franklin, LE HAVRE

Pour faire le point sur les problèmes
et discuter de la riposte
JPEG - 6.4 ko Grève le jeudi 29 janvier

interprofessionnelle, public et privé
pour l’emploi et le pouvoir d’achat

AG des grévistes de l’Education Rouen : 14 heures, Halle aux Toiles

Les autres Rendez-Vous dans l’agenda à la date du 29 janvier.

Téléchargez ce tract au format pdf.


Documents joints

Tract_28janv09
Tract_28janv09

Agenda

<<

2021

 

<<

Mars

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930311234
Aucun évènement à venir les 3 prochains mois

Sites favoris


7 sites référencés dans ce secteur

Brèves

Lubrizol : 1 an après on oublie pas ! Réunion publique le 25 septembre, manifestation le 26 septembre

mardi 8 septembre 2020

Réunion publique d’information sous chapiteau Vendredi 25 septembre 2020 de 18 à 20h A la Friche Lucien, place Carnot, ROUEN
Jeudi MANIFESTATION Samedi 26 septembre 13h30 Rendez-vous devant : LUBRIZOL (quai de France)

Télécharger et diffuser :

Ecoles Delaunay en action le 22 janvier 2020 pour revenir en REP+

jeudi 23 janvier 2020

Lors de l’animation pédagogique du mercredi 22 janvier 2020 sur « les élèves à besoins particuliers », les enseignants ont rappelé leur exigence de classer les écoles maternelle Delaunay-Laurencin et élémentaire Sonia Delaunay de Dieppe (Val Druel) en REP+. En effet, elles sont sorties de l’Éducation Prioritaire en 2014 et ont été exclues des dispositifs REP et REP+ alors qu’elles répondent à tous les critères pour être classées en REP+. Son rang (64ème) au niveau académique la situe au même niveau que les écoles de REP+ du Havre ou de Rouen Nord.

Tous les enseignant·e·s des deux écoles sont venu·e·s avec un tee-shirt rappelant leur exigence et ont pris la parole en début d’animation. À l’issue de l’animation, l’urne était disponible pour pouvoir faire voter au référendum d’initiative populaire.

La CGT Éduc’action 76 soutient les collègues dans leurs actions.

Motion de soutien aux salariés de la Chapelle d’Arblay

mercredi 18 septembre 2019

Les camarades de la CGT Educ’action Haute-Normandie réunis en Assemblée générale de rentrée le 16 septembre 2019 à Maromme expriment leur soutien aux salariés de la Chapelle Darblay, menacés de licenciement.
Dans le secteur privé, les fermetures de site et les plans de licenciement se multiplient. Dans les services publics, ce sont les suppressions de postes massives et la dégradation des conditions de travail.
De plus, la réforme des retraites est une attaque contre l’ensemble des salariés.

  • Zéro licenciement !
  • Non à la fermeture des sites !
  • Non à la casse des services publics !
  • Non à la réforme des retraites ! Luttons tous ensemble !

Motion adoptée à l’unanimité par l’AG des syndiqué-e-s CGT éduc’action Rouen

Fusion des académies : j’habite à Evreux, pourra-t-on me nommer à Cherbourg ?

vendredi 13 septembre 2019

La lettre de cadrage pour la fusion des académies de Caen et Rouen certifiait que la gestion des personnels enseignants ne serait pas impacté jusqu’en 2022 (Mais en 2018 on nous jurait que la fusion n’était pas encore décidée). A en croire M. le Ministre, jusqu’à cette ce cas de figure n’existera pas. Mais après 2022 ça devient tout à fait possible pour les personnels du second degré. Le Rectorat a tout intérêt à ce que la souplesse et la mobilité des personnels soient maximales. Et avec l’affaiblissement du rôle des CAPA il sera encore plus compliqué d’influer sur les choix des services académiques, sans oublier que pour les contractuels ce « contrôle » est inexistant.

Une fusion des académies pour fermer des sections !

vendredi 13 septembre 2019

Le Rectorat et la Région Normandie lancent la réflexion pour une nouvelle carte de formation à la rentrée de septembre 2020. Ca ne sent pas bon du tout ! L’académie et la région de Normandie auront, si nous ne faisons pas reculer le Ministère, le même périmètre au 1° janvier. Les filières de formation, frontalières pour le moment, ou seulement identiques, seront à la prochaine rentrée dans la même académie. Ce sera une très bonne excuse pour fusionner et fermer par ci par là et pour récupérer les postes.