STOP à la CASSE des ULIS !

appel intersyndical SUD Education, SNES-FSU, SNUIPP-FSU, CGT Educ’action, FNEC-FP-FO, SNCL-FAEN, SNALC, FCPE
lundi 22 novembre 2021
par  Luc De Chivré
popularité : 100%

RASSEMBLEMENT LE MERCREDI 1er DÉCEMBRE A 15H
- ROUEN DEVANT L’INSPECTION ACADÉMIQUE (place des Faïenciers) À 15H.
- le HAVRE DEVANT LA MAISON DE L’EDUCATION
SOYONS NOMBREUX !

La casse des ULIS continue dans notre académie. Après avoir retiré bon nombre de coordonnateurs·trices d’ULIS des collèges et lycées pour les réaffecter dans le premier degré, laissant les élèves de ces unités dans la panade, nous avons appris que les effectifs des ULIS allaient passer à 13 élèves puis 14 en décembre !
D’année en année depuis la création des ULIS, les effectifs n’ont fait qu’augmenter en dépit des difficultés dénoncées par les coordonnateurs·trices, les élèves et les AESH les accompagnant.
Malgré les multiples difficultés d’ordres social, affectif, psychologique et les besoins de ces élèves en termes d’apprentissages, les temps d’inclusion sont de plus en plus courts. Sans compter les élèves ayant une notification IME, IMPro, ITEP qui sont de plus en plus nombreux·euses, n’ayant pas pu être affectée·es dans des structures répondant à leurs besoins, faute de places.
NOUS CONDAMNONS LA POLITIQUE DE SUPPRESSIONS DE POSTES ET DE STRUCTURES SPÉCIALISÉES MENÉES PAR L’ARS (IMP, IMPRO…).

De ces mesures découlent un certain nombre de scandales :

  • une souffrance accrue des élèves lors des inclusions dans les classes de référence, la plupart du temps surchargées ;
  •  des besoins d’accompagnement nécessitant un accompagnement individuel de plus en plus marqué ;
  • de grosses difficultés des enseignant·es des classes ordinaires pour inclure ces élèves à besoins éducatifs particuliers car ils/elles manquent cruellement de formations, mais aussi des AESH confronté·es à des situations de plus en plus dures ;
  • une souffrance des élèves mais aussi des collègues enseignants et AESH qui voient leur investissement méprisé.

Les tâches des coordonnateurs·trices des ULIS et des AESH en poste en ULIS sont pourtant multiples :

  • travail avec les différents partenaires (assistant·es sociaux·ales, éducateurs·trices, psychologues, orthophonistes, neuropsy, chauffeurs de taxi…) ;
  • travail avec l’équipe pédagogique pour les inclusions (mise en place des emplois du temps, d’outils spécifiques, de projets...) ;
  • travail avec les AED et les CPE pour l’inclusion des élèves dans les activités sportives et culturelles ;
  • travail autour de la préparation aux orientations professionnelles des élèves (stages en entreprises, visites d’établissements, rédaction des dossiers des élèves…) ; préparation au CFG et au DNB parfois ;
  • accompagnement dans les classes des élèves inclus. Et tout cela, en plus du travail de la préparation des cours auprès de leurs élèves.

Au vu de la difficulté de ces postes et de la souffrance palpable chez beaucoup de professionnels·les de l’ASH, il est inadmissible d’imposer une augmentation des effectifs ! Les coordonnateurs·trices des ULIS ne sont pas interchangeables comme bon vous semble ! Les élèves en situation de handicap ne peuvent pas être sacrifié·es !

Pour la qualité de l’accompagnement auxquels tous les élèves des ULIS ont droit, nous réclamons :

  • le retour des ULIS à 10 élèves dans les 1er et 2nd degrés ;
  • que les règles du mouvement intra-départemental 2022 prévoient un retour aux règles antérieures de priorité d’affectation et que tous les PE puissent postuler sur des postes ULIS collège ;
  • le droit à 4 années d’enseignement au collège, qui soient adaptées à leurs difficultés ; des créations d’ULIS supplémentaires afin que chaque jeune puisse avoir droit à l’orientation scolaire préconisée par la MDPH avec des enseignants volontaires du 1er et du 2nd degré spécialisés ou en cours de formation ;
  •  le droit des élèves à pouvoir bénéficier d’un enseignement adapté avec le maintien et le développement des structures spécialisées (classes spécialisées, SEGPA, EREA, ITEP, SESSAD, RASED…) ;
  • des créations de postes statutaires et à temps complet d’AESH et d’enseignant·es spécialisé·es, tant dans les structures spécialisées qu’en milieu ordinaire, pour un réel accompagnement des élèves et une vraie prise en charge de leurs besoins ;
  • une véritable formation spécialisée pour des enseignant·es spécialisé·es.

RASSEMBLEMENT LE MERCREDI 1er DÉCEMBRE A 15H

  • ROUEN DEVANT L’INSPECTION ACADÉMIQUE (place des Faïenciers) À 15H.
  • le HAVRE DEVANT LA MAISON DE L’EDUCATION SOYONS NOMBREUX !


Agenda

<<

2021

 

<<

Décembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
293012345
6789101112
13141516171819
20212223242526
272829303112
Aucun évènement à venir les 3 prochains mois

Sites favoris


7 sites référencés dans ce secteur

Brèves

Lubrizol : 1 an après on oublie pas ! Réunion publique le 25 septembre, manifestation le 26 septembre

mardi 8 septembre 2020

Réunion publique d’information sous chapiteau Vendredi 25 septembre 2020 de 18 à 20h A la Friche Lucien, place Carnot, ROUEN
Jeudi MANIFESTATION Samedi 26 septembre 13h30 Rendez-vous devant : LUBRIZOL (quai de France)

Télécharger et diffuser :

Ecoles Delaunay en action le 22 janvier 2020 pour revenir en REP+

jeudi 23 janvier 2020

Lors de l’animation pédagogique du mercredi 22 janvier 2020 sur « les élèves à besoins particuliers », les enseignants ont rappelé leur exigence de classer les écoles maternelle Delaunay-Laurencin et élémentaire Sonia Delaunay de Dieppe (Val Druel) en REP+. En effet, elles sont sorties de l’Éducation Prioritaire en 2014 et ont été exclues des dispositifs REP et REP+ alors qu’elles répondent à tous les critères pour être classées en REP+. Son rang (64ème) au niveau académique la situe au même niveau que les écoles de REP+ du Havre ou de Rouen Nord.

Tous les enseignant·e·s des deux écoles sont venu·e·s avec un tee-shirt rappelant leur exigence et ont pris la parole en début d’animation. À l’issue de l’animation, l’urne était disponible pour pouvoir faire voter au référendum d’initiative populaire.

La CGT Éduc’action 76 soutient les collègues dans leurs actions.

Motion de soutien aux salariés de la Chapelle d’Arblay

mercredi 18 septembre 2019

Les camarades de la CGT Educ’action Haute-Normandie réunis en Assemblée générale de rentrée le 16 septembre 2019 à Maromme expriment leur soutien aux salariés de la Chapelle Darblay, menacés de licenciement.
Dans le secteur privé, les fermetures de site et les plans de licenciement se multiplient. Dans les services publics, ce sont les suppressions de postes massives et la dégradation des conditions de travail.
De plus, la réforme des retraites est une attaque contre l’ensemble des salariés.

  • Zéro licenciement !
  • Non à la fermeture des sites !
  • Non à la casse des services publics !
  • Non à la réforme des retraites ! Luttons tous ensemble !

Motion adoptée à l’unanimité par l’AG des syndiqué-e-s CGT éduc’action Rouen

Fusion des académies : j’habite à Evreux, pourra-t-on me nommer à Cherbourg ?

vendredi 13 septembre 2019

La lettre de cadrage pour la fusion des académies de Caen et Rouen certifiait que la gestion des personnels enseignants ne serait pas impacté jusqu’en 2022 (Mais en 2018 on nous jurait que la fusion n’était pas encore décidée). A en croire M. le Ministre, jusqu’à cette ce cas de figure n’existera pas. Mais après 2022 ça devient tout à fait possible pour les personnels du second degré. Le Rectorat a tout intérêt à ce que la souplesse et la mobilité des personnels soient maximales. Et avec l’affaiblissement du rôle des CAPA il sera encore plus compliqué d’influer sur les choix des services académiques, sans oublier que pour les contractuels ce « contrôle » est inexistant.

Une fusion des académies pour fermer des sections !

vendredi 13 septembre 2019

Le Rectorat et la Région Normandie lancent la réflexion pour une nouvelle carte de formation à la rentrée de septembre 2020. Ca ne sent pas bon du tout ! L’académie et la région de Normandie auront, si nous ne faisons pas reculer le Ministère, le même périmètre au 1° janvier. Les filières de formation, frontalières pour le moment, ou seulement identiques, seront à la prochaine rentrée dans la même académie. Ce sera une très bonne excuse pour fusionner et fermer par ci par là et pour récupérer les postes.